Old Trafford. Un nom qui résonne encore aux oreilles des Milanais. Mardi dernier en demi-finale aller de la Ligue des Champions, les Lombards en ont pris plein les esgourdes et garderont un souvenir sans doute impérissable de cette soirée européenne, malgré la défaite concédée en toute fin de rencontre (3-2). En position légèrement défavorable avant de retrouver Manchester United, les Rossoneri peuvent cependant se rassurer : Milan n'a jamais perdu à Giuseppe-Meazza face à des équipes anglaises*. Pour autant, les joueurs de Carlo Ancelotti auront besoin de sortir un grand match face au leader de la Premiership. "Limiter les erreurs" et "ne concéder aucun espace" aux Mancuniens : la recette de Massimo Oddo a le mérite de la simplicité. Gennaro Gattuso est sur la même longueur d'onde que son partenaire. Mais Rino, impressionné par ce qu'il a vécu, vu et ressenti à Old Trafford, pense qu'il en faudra plus pour passer l'obstacle et atteindre Athènes, où les Lombards rejoindraient Liverpool pour y disputer une onzième finale de C1.
Avant la deuxième manche, le champion du monde est sorti de son rôle habituel en lançant un appel solennel dans le quotidien Corriere della Serra. Sur quelques colonnes, le teigneux Italien est revenu sur les mois difficiles qui ont précédé ce rendez-vous capital. La sanction infligée au club, une "injustice" selon lui, les nombreuses blessures qui ont frappé l'effectif rouge et noir, les nombreux bâtons dans les roues qui n'ont "pas réussi à couler" le Milan AC... Dans sa lettre, Gattuso passe en revue tous les évènements qui ont fait de 2006/2007 une saison particulière. On passera évidemment sur le terme "injustice" que l'on mettra aisément sur le compte de la passion et de la fidélité. La probité n'ayant malheureusement pas été la qualité principale du Milan AC ces dernières années.
La cicatrice n'est pas refermée
Serie A
Pourquoi Milan a pris l'accent français ces dernières années
17/01/2022 À 21:49
Une fois l'état des lieux établi, Rino Gattuso s'est tourné en direction des tribunes de Giuseppe-Meazza et vers ceux qui les garniront mercredi soir : les supporters du Milan AC. Sorti après cinquante-deux minutes de jeu pour une blessure au pied à l'aller, l'aboyeur a tout de même eu le temps d'apprécier la ferveur avec laquelle les 76 000 spectateurs d'Old Trafford ont poussé leur équipe. Lundi dans le Corriere della Serra, l'international transalpin en a demandé autant à ses fidèles dans un élan quasi mystique. Il en explique les raisons : "J'ai poussé les fans du Milan AC. Avec Liverpool et Manchester la semaine dernière, je me suis rendu compte que les Anglais n'abandonnaient jamais grâce à leurs supporters. Je ne critique pas les nôtres. Mais cette fois, il faudra qu'ils nous donnent la main."
Gagneur né, hargneux comme personne, Gennaro Gattuso est remonté comme un coucou avant de retrouver la bande à Paul Scholes. Champion du monde depuis juillet 2006, l'Italien n'en est pas apaisé pour autant. On l'a vu, la cicatrice n'est toujours pas refermée après les sanctions dont a été victime son club. Le traitement réservé à son entraîneur tout au long de la saison n'a pas été de son goût non plus. "Carlo Ancelotti a souffert à nos côtés. Nous sommes là grâce à lui. Ancelotti nous a permis d'aborder les matches plus calmement, relaxés. Avec toutes les difficultés que l'on a traversées cette année, s'il avait été quelqu'un d'autre, les choses auraient sans doute mal tourné." A l'arrivée, le Milan AC pointe à la troisième place du Championnat d'Italie et se retrouve à 90 minutes d'une finale de Ligue des Champions. Des années difficiles comme celle-là, beaucoup de clubs aimeraient en vivre.
* Le Milan AC a reçu onze fois des clubs anglais pour six victoires et cinq résultats nuls.
Serie A
L'AC Milan punie sur le gong, Naples engrange
17/01/2022 À 19:27
Transferts
Spiderman, Real à 11 ans et "Superclasico" : Alvarez, inclassable et convoité
12/01/2022 À 18:19