"On en fait trop de l'atmosphère d'Anfield. Elle ne m'intimide pas." Frank Lampard bombe le torse. Pourtant, on raconte - sans doute les mauvaises langues - que le milieu de terrain international et sa troupe bleue n'en menaient pas large il y a deux ans, lorsque Chelsea était venu à Liverpool disputer et perdre une demi-finale retour de Ligue des Champions (1-0). Avant même de pénétrer sur la verte pelouse de ce stade séculaire, les Blues avaient le trouillomètre à zéro. Et selon certains - encore des mauvaises langues -, Chelsea avait perdu, bien avant le coup d'envoi, toute chance d'aller à Istanbul défier le Milan AC. Capitaine des Blues et évidemment de cette demi-finale là, John Terry ne confirme ni n'infirme mais reconnait avoir eu "la chair de poule" en entendant 45 000 fidèles pousser onze petits bonshommes rouges.

Une chose est sûre, ce soir sur les coups de 20h45, il n'en sera pas autrement. De "You'll never walk alone" à "We won it five times", les Scousers vont réciter leurs classiques et faire trembler les murs de l'enceinte construite en 1884 pour permettre à Liverpool de revenir sur Chelsea et, ainsi, effacer la courte défaite du match aller (1-0). Les fans chanteront d'autant plus fort que les mois d'Anfield sont désormais comptés. Au plus tôt en 2008, le Liverpool Football Club aura, modernité oblige, un nouvel écrin à Stanley Park et quittera définitivement le berceau qui a vu naître le Kop. Qui sait, cette demi-finale retour de Ligue des Champions est peut-être la dernière disputée à Anfield. Raison de plus pour qu'elle soit la plus belle.

Ligue des champions
Malmené, Rennes n'oublie pas ses bases ni son ADN
IL Y A 10 HEURES

"Faire tomber le toit"

Fidèle parmi les fidèles, Jamie Carragher est persuadé que l'ambiance de ce soir sera encore plus forte qu'il y deux saisons. Pour le défenseur international, la défaite de l'aller est de nature à chauffer les organes... "Le fait que l'on ait ce but de retard va probablement chauffer l'atmosphère. Si l'on passe, cette soirée sera certainement à ranger parmi les plus grandes de l'histoire d'Anfield." La couleur est annoncée. Et ce ne sont pas les supporters qui contrediront les propos de "Carra". A la question "L'ambiance de 2005 va-t-elle être surpassée ? ", la réponse est invariablement positive. Sur le forum du site officiel de Liverpool, les fans en sont persuadés. Mais craignent une chose. Une seule. Un but précoce des Blues. A part ça...

Il y a deux ans, Chelsea avait vécu le scénario inverse. Après le nul de l'aller (0-0), Liverpool avait ouvert le score dès la quatrième minute. Auteur du "premier but de l'histoire marqué par le public" dixit José Mourinho, Luis Garcia avait renforcé la ferveur des tribunes et fait monter la pression, jusqu'à ce que le bouchon de la cocotte soit proche d'exploser. "S'il y a bien des supporters qui peuvent faire tomber le toit de la tribune, ce sont bien les nôtres, se gargarise Steven Gerrard. Chelsea sait que ce n'est pas fini. Les Blues connaissent l'ambiance d'Anfield." Pour la plupart, oui. Mais certains, Obi Mikel par exemple, n'ont pas encore goûté à la ferveur rouge en Ligue des Champions. Le jeune Nigérian va vite comprendre. Et n'aura pas besoin d'attendre d'être dans le tunnel ni d'apercevoir le célébrissime panneau flanqué du non moins fameux "This is Anfield" pour se rendre compte qu'il a fait un premier pas en enfer.

Premier League
"Pas sûr que nous finissions la saison avec 11 joueurs" : le cri d'alarme des coaches anglais
IL Y A 19 HEURES
Premier League
Même blessé, Liverpool marque les esprits
HIER À 21:07