Sur la pelouse du Camp Nou, il se pourrait bien qu'ils ne se croisent qu'au moment de la présentation des équipes. Pourtant, Thierry Henry (FC Barcelone) et Franck Ribéry (Bayern Munich) vont livrer un duel à distance qui va en intéresser plus d'un... et notamment un certain Raymond Domenech, sélectionneur d'une équipe de France revigorée par ses deux succès face à la Lituanie. Le patron des Bleus va avoir l'occasion, l'espace d'une soirée, de juger de qui est le mieux paré pour occuper le flanc gauche des Bleus.
Face à la Lituanie, c'est Franck Ribéry qui a occupé le côté gauche des Tricolores. Une position dont il raffole et qui est la sienne au Bayern Munich. Thierry Henry, en l'absence de Nicolas Anelka et en raison de la méforme de Karim Benzema, a lui été forcé de jouer dans l'axe, à une position qu'il revendiquait haut et fort lorsqu'il martyrisait les défenses anglaises avec Arsenal mais qui, aujourd'hui, ne l'intéresse que de très loin. Il faut dire que le meilleur buteur de l'histoire des Bleus (48 réalisations) se sent aujourd'hui comme un poisson dans l'eau lorsqu'il évolue sur la pointe gauche du trident barcelonais.
Ligue des champions
Comment Allegri a redressé Milan
11/03/2013 À 22:31
"Le Messi du Bayern"
Après une première année difficile, le numéro 14 du Barça a retrouvé toute sa fougue à un poste auquel il a brillamment commencé sa carrière du côté de Monaco. Capable de repiquer et ayant toujours ses vieux réflexes de Gunner, "Titi" a déjà fait trembler les filets à 15 reprises en Liga cette saison et a fait beaucoup de mal à l'Olympique Lyonnais au tour précédent en inscrivant trois des six buts catalans (1-1, 5-2). Pep Guardiola compte sur lui. Et c'est rien de le dire : "Il a été le meilleur joueur d'Arsenal, (...) c'est le meilleur buteur de l'équipe de France, un joueur de très haut niveau. Il est humble et accepte de faire des choses qu'il ne faisait pas avant."
Le coach de Barcelone tient une pépite. Mais sait que Jürgen Klinsmann possède également la sienne en la personne de Franck Ribéry. S'il n'est pas à son top niveau avec Munich ces derniers temps, celui que Thierry Henry surnomme le "Messi du Bayern" reste l'arme offensive numéro 1 du club aux quatre victoires en C1 (1974, 1975, 1976, 2001). L'ancien Marseillais, véritable dragster aimant plonger dans l'axe, voire permuter, est difficile à museler tout au long d'une rencontre. "Ribéry peut gagner un match à lui tout seul. Il est habile, rapide et aime jouer dans la verticalité. Le marquer est difficile", prévient Guardiola. Daniel Alves, latéral droit aux allures d'ailier, va avoir du pain sur la planche avec le feu follet du Bayern. Tout autant que son alter ego, Massimo Oddo, avec Thierry Henry. Alves-Oddo, eux aussi vont disputer un duel à distance. C'est certes moins clinquant que Ribéry-Henry mais tout aussi important. Bon courage à eux.
Ligue des champions
Schweini provoque l'Inter
22/02/2011 À 16:25
Ligue des champions
3000 Anglais au Vélodrome
21/02/2011 À 19:01