Imago

Un Bordeaux trop jeune

Bordeaux n'avait pas le niveau
Par Eurosport

Le 17/09/2008 à 12:45Mis à jour

Défait lourdement à Chelsea (4-0) mardi, Bordeaux a mal débuté sa campagne européenne. L'entraîneur des Girondins, Laurent Blanc, a surtout retenu le manque d'agressivité de ses joueurs. Et à ce niveau-là de la compétition, cela ne pardonne généralement p

Très affecté par la déroute de son équipe à Chelsea, Yoann Gourcuff a quitté le stade de Stamford Bridge la tête basse. A la fête avec les Bleus contre la Serbie il y a une semaine, le néo-international tricolore a toutefois été l'un des rares Girondins à surnager contre les Blues mardi soir. Etrillés 4 buts à 0 par les hommes de Luiz Felipe Scolari lors de cette première journée de Ligue des Champions, les Bordelais n'ont pas tous été à la hauteur de l'évènement. Ceux-là ont surtout pu mesurer le chemin qui leur reste à parcourir pour pouvoir se mesurer aux grands d'Europe et surtout rivaliser avec eux. Pourtant, ils avaient été prévenus : à ce niveau-là de la compétition, l'addition est souvent salée quand la réussite et surtout l'envie ne sont pas au rendez-vous.

A l'issue d'une rencontre dans laquelle son équipe n'a jamais donné l'impression d'exister, Laurent Blanc a clairement exprimé son mécontentement. Plus que le score, c'est la manière qui a gêné le technicien aquitain : "Chelsea a une équipe bien supérieure à la nôtre. Mais sur ce match-là, on est trop timide. On les a trop regardés jouer. Le reproche que j'ai déjà fait à mes joueurs, c'est de ne pas avoir tenté de répondre à la valeur de Chelsea" . Fataliste, l'entraîneur girondin. Pourtant sur le papier, ses joueurs avaient de quoi répondre aux vice-champions d'Europe. Sur le terrain, la donne n'a pas été la même. Timorés, endormis, impuissants, les Bordelais ont subi durant 90 minutes. Manquant d'enthousiasme, d'envie et de pugnacité, ils ont été anesthésiés par l'évènement.

Un manque de combativité

Dans l'autre match du Groupe A, la surprenante victoire des Roumains de Cluj sur le terrain de l'AS Rome (1-2) a redistribué les cartes. "On pensait avoir nos chances contre Cluj, reconnaissait un Blanc toujours sur ses gardes. Mais leur premier match montre que c'est une très bonne équipe. Si collectivement on ne s'améliore pas, on ne gagnera aucun match. Si on refait les mêmes matches, on aura du mal à prendre des points". Dans quinze jours, contre Rome, Bordeaux n'aura déjà plus le choix dans la plus prestigieuse des compétitions continentales. A Chaban-Delmas, la victoire sera impérative pour se relancer dans la course aux huitièmes de finale. Une deuxième défaite de rang compliquerait fortement la tâche girondine.

Pour Yoann Gourcuff, il faut désormais mettre la Ligue de Champions de côté et se concentrer de nouveau sur le championnat : "C'est le haut niveau, c'est décevant. A 2-0, ça devenait trop compliqué quand ils ont joué à leur main. Il va falloir réagir maintenant et se tourner tout de suite vers le match de Grenoble". La prochaine échéance des Bordelais est moins glamour, mais toute aussi importante. Actuel dixième de Ligue 1 (7 points), Bordeaux se déplace dans trois jours en Isère pour le compte de la 6e journée, avant de recevoir Saint-Etienne, huit jours plus tard. Deux rencontres qui pourraient permettre à Yoann Gourcuff et ses coéquipiers, revenus sur terre, de relever la tête. Ils en ont bien besoin...

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313