LIGUE DES CHAMPIONS - Barrage retour
ANDERLECHT - LYON 1-3 (aller 1-5)
Buts: Suarez (51e sp) pour Anderlecht; Lisandro Lopez (26e, 32e, 41e) pour Lyon
Avec le 5-1 de l'aller, on pouvait légitimement s'attendre à ce que le déplacement de l'OL sur la pelouse d'Anderlecht ne soit qu'une formalité. A aucun moment, la réalité du terrain n'a remis en cause ce pronostic. Car, sans trembler, Lyon a confirmé son succès de Gerland et ainsi validé son ticket pour la phase de poules de la Ligue des Champions version 2009-2010, soit la 10e participation consécutive des Gones à la prestigieuse compétition européenne.
Ligue des champions
Lyon lâche les chevaux
20/08/2009 À 04:00
Comme l'a analysé Claude Puel après le match, son OL "n'a pas laissé l'adversaire espérer". Et ce, car son équipe est venue dans la région bruxelloise avec l'intention de conclure proprement une mission déjà quasiment remplie au match d'aller. L'entraîneur des Gones a choisi de reconduire son système en 4-3-3, tout en optant pour un entrejeu plus musclé avec l'apport de Makoun, préféré au profil -plus offensif- de Pjanic. Pas question non plus de procéder une large revue d'effectif, Gomis étant le seul titulaire régulier à être laissé au repos. Puel a attendu la seconde période et un score cumulé de 8-2 pour offrir les premiers pas européens aux jeunes Gonalons et Belfodil.
Lisandro martyrise Anderlecht
Très rapidement, l'OL a su poser ses griffes afin de s'emparer du contrôle d'un match. Une gestion de bout en bout qui a eu pour effet d'éteindre prématurément les rares espoirs d'Anderlecht. Si De Sutter a été tout près de devancer une sortie de Lloris (2e), jamais le public présent n'a pu nourrir un fol espoir d'un renversement de situation. Surtout pas avec un Lisandro Lopez plus que jamais en verve. Déjà auteur d'un but et de deux passes décisives à l'aller, l'Argentin a encore été le bourreau de la formation d'Ariel Jacobs en s'offrant rien de moins qu'un coup du chapeau ! Il a débloqué son compteur en profitant d'une mauvaise relance de Mazuch dans l'axe pour s'en aller lober Schollen (0-1, 26e). Un déboulé dans la surface conclu d'une frappe croisée (0-2, 32e) et un tir en position arrêté des 20 mètres (0-3, 41e) ont permis de donner un aperçu supplémentaire de ses talents de finisseur.
La veille du match, Ariel Jacobs faisait part de son souhait de voir sa formation "laver l'affront" après la catastrophe du match aller. Pourtant, en première période, le public anderlechtois n'a pu que faire part de son désarroi par le manque de conviction de ses joueurs. Privés de ballon, auteurs de grossières erreurs défensives et absents offensivement, ces derniers ont rejoint les vestiaires sous les sifflets. Heureusement, après le repos, ils ont offert un visage plus méritant et récompensé par la réduction du score de Suarez sur penalty (1-3, 51e) suite à une obstruction de Cris dans la zone de vérité. Un réveil trop tardif et surtout trop insuffisant pour contrecarrer les plans d'un OL nettement supérieur. Dix ans après la première participation du club rhodanien en Ligue des Champions, les Gones semblent de nouveau armés pour y jouer les trouble-fêtes. Après une saison blanche, Lyon semble bel et bien de retour.
Ligue 1
Succession de Memphis, milieu à dégraisser, concurrent pour Lopes : les chantiers de Bosz à l’OL
10/07/2021 À 12:58
D1 Arkema
Parris quitte l'OL pour Arsenal
02/07/2021 À 14:15