Reuters

Ancelotti, vaincre ou mourir ?

Ancelotti, vaincre ou mourir ?
Par Eurosport

Le 21/02/2011 à 19:11Mis à jour Le 22/02/2011 à 16:24

Eliminé dans les coupes nationales et distancé en championnat avec Chelsea, Carlo Ancelotti, l'entraineur des Blues, joue gros à Copenhague en 8e de finale aller de la C1, ce soir. Victoire conseillée pour un entraineur qui faisait l'unanimité il y a encore six mois.

"Nous ne serons pas éliminés par Copenhague". Plus que jamais sur la sellette, Carlo Ancelotti reste combatif alors que Chelsea se rend dans la capitale danoise pour un 8e de finale aller de C1 qui pourrait sceller son histoire avec le club londonien. Malgré la pression, l'Italien refuse comme à son habitude de s'inquiéter d'un futur qui ne dépend plus de lui. "Ce n'est pas à moi de statuer sur mon avenir mais au propriétaire du club (Ndlr, Roman Abrahamovic). Je dois juste travailler en donnant le meilleur de moi-même. La pression fait partie intégrante du football et un manager doit savoir rester efficace dans les moments difficiles"

Cinquièmes à 12 points de Manchester United en championnat et éliminés des deux coupes nationales, les Blues n'ont plus que la Ligue des Champions pour sauver leur saison et Ancelotti sa tête. L'élimination face à Everton en Cup samedi (1-1, 3 tab à 4), après 120 minutes éreintantes, n'étant assurément pas la meilleure façon de préparer le déplacement à Copenhague. Pour sa première saison en Angleterre, la saison passée, Ancelotti avait permis à Chelsea de signer un brillant doublé Championnat-Cup. Avec 103 buts inscrits en 38 rencontres de championnat, son attaque était même devenue la plus prolifique de l'histoire de la Premier League.

Recherche Lampard désespérément

Imago

Troisième meilleur buteur de l'histoire du club, Frank Lampard passe ainsi complètement  à côté de sa saison. Auteur de 22 buts et  17 passes décisives lors de la saison 2009-2010, il n'est que l'ombre du joueur décisif qu'il était, affichant seulement trois maigres buts à son compteur. Mais malgré un bilan de sept petites victoires lors des 21 dernières rencontres, "The Rock" maintient cependant sa confiance au coach italien persuadé qu'il réussira à réorganiser son équipe. "Mon opinion est qu'il faut accorder du temps et du crédit à Carlo pour qu'il puisse trouver la solution. Il y a six mois il était l'homme de la situation, on ne peut donc le tenir responsables de tous les soucis de Chelsea."

L'ombre de Drogba

Le niveau actuel de Didier Drogba explique aussi la petite forme de Chelsea. Affaibli par la malaria en début de saison, l'Ivoirien, véritable baromètre de la santé des Blues, n’est également pas au top. La saison passée, le buteur avait trouvé 29 fois le chemin des filets en 32 matches de Premier League.  Il n'en est qu'à 10 en 25 rencontres cette saison. Désormais en concurrence avec Fernando Torres, arrivé pour 58 millions d'euros en provenance de Liverpool fin janvier, l'ancien Marseillais, auteur de 38 buts en C1 avec les Blues, se réveille toujours lorsqu'il renifle l'odeur des soirées européennes. Suffisant pour sauver son entraineur ?

0
0