AFP

Trop juste, Lille

Trop juste à ce niveau, Lille
Par Eurosport

Le 02/11/2011 à 17:24Mis à jour Le 03/11/2011 à 00:35

La défaite concédée par Lille à Milan, face à l'Inter (2-1), complique les chances du LOSC d'accéder aux 8es de finale de la Ligue des champions, même si le nul entre Trabzonspor et le CSKA Moscou (0-0) arrange ses affaires. Mais ses deux points en quatre journées révèlent une vraie impuissance.

INTER MILAN - LILLE : 2-1
Buts : Samuel (18e), Milito (65e) pour l'Inter - De Melo (83e) pour Lille

N'en déplaise à Rio Mavuba, Lille n'avait donc pas retenu la leçon. Du moins, pas totalement. Mercredi, les Dogues ont une nouvelle fois plié devant le réalisme intériste (2-1). Ce même réalisme qui les avait douchés au Stadium Nord. A Giusseppe-Meazza, le LOSC a encore payé pour apprendre. Et comme l'expérience de la Ligue des champions ne s'acquiert pas en deux semaines chrono, il a payé cash. Une tête de Samuel, oublié par Mavuba sur un corner de Sneijder (1-0, 18e), et un numéro de Zanetti, conclu par Milito (2-0, 65e), ont précipité le revers lillois. Le premier à l'extérieur depuis sept mois. Le but inscrit par De Melo, celui de l'espoir, est arrivé. Trop tard (2-1, 83e).

Le plus étonnant, c'est qu'avec deux petits points au compteur, le champion de France n'est pas encore condamné à regarder les huitièmes de finale dans son canapé. Le LOSC est toujours dernier du groupe B. Et si la première place semble promise à l'Inter, la deuxième reste à prendre. Le CSKA, qui a ramené un nul de Trabzonspor (0-0), s'y accroche comme il peut. Lille tentera de lui ravir le 22 novembre, lors d'un déplacement à Moscou qui sera cette fois son ultime recours. Un succès en Russie, suivi d'un autre face à Trabzonspor, le 7 décembre, lui assurerait même une place en huitièmes.

Dans un 4-4-2 inédit, l'équipe de Rudi Garcia s'est bien efforcée de bousculer le 17e de Serie A. Comme à l'aller, il s'est appliqué à poser le jeu, à l'écarter, pour mieux étirer la défense lombarde. Celle de Lille n'était plus protégée. L'absence de Florent Balmont dans l'entrejeu a pesé lourd. Elle a offert des espaces, dans lesquels les Nerazzurri n'ont pas manqué de s'engouffrer. Avec plus d'adresse, Milito aurait tué le suspense, s'il n'avait pas trouvé la barre de Landreau (2e) ou s'il n'avait pas vendangé une occasion en or, seul aux six mètres (47e). Les offensives lilloises, elles, ont manqué cruellement de précision dans le dernier geste. Les Dogues ont beaucoup tenté. Mais ils n'ont cadré que cinq de leurs quatorze tentatives.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313