Homme en forme du PSG, Ezequiel Lavezzi brille surtout en Ligue des Champions

Lavezzi, Européen convaincu
Par Eurosport

Le 05/03/2013 à 21:48Mis à jour Le 06/03/2013 à 17:56

Auteur de quatre buts lors des trois derniers matchs de Ligue des Champions du PSG, Ezequiel Lavezzi affiche sur la scène européenne l'efficacité qu'il lui manque en Ligue 1. Homme en forme chez les Parisiens, l'Argentin aura les clefs de l'attaque parisienne mercredi contre Valence en 8e de finale retour de la Ligue des Champions, en l'absence de Zlatan Ibrahimovic et Jérémy Ménez.

Le patron de l'attaque parisienne, ce sera lui mercredi contre Valence. En l'absence de Zlatan Ibrahimovic (suspendu) et de Jérémy Ménez (touché aux adducteurs), Ezequiel Lavezzi (27 ans) sera la principale arme offensive du PSG en 8e de finale retour de la Ligue des champions. Certainement le plus régulier des hommes de Carlo Ancelotti en 2013, l'Argentin retrouvera en ce milieu de semaine le parfum enivrant de ces matchs européens qui lui réussissent si bien. L'ancien Napolitain (2007-12) a inscrit quatre buts en C1, répartis sur les trois dernières sorties des Parisiens dans la compétition. Il en est donc à une unité de plus qu'en Ligue 1, où il affiche un ratio bien moins impressionnant de trois réalisations en 18 rencontres disputées.

Au match aller sur la pelouse de Mestalla (1-2), Lavezzi avait confirmé son aisance sur les terrains de Ligue des champions. Après avoir ouvert le score, il avait fait planer un danger permanent sur la défense de Valence et aurait même pu alourdir la marque sans une certaine maladresse. Il avait vendangé deux énormes occasions de 0-3 et donc l'opportunité de plier la double confrontation dès la première manche. Son manque d'efficacité est quasiment le seul point noir à son bilan de ces derniers mois. Après des débuts difficiles au PSG, entre blessures à répétition et expulsion à Ajaccio (0-0, 2e journée de L1), qui lui avait valu trois matchs de suspension, Lavezzi ne cesse de monter en puissance.

"Croyez-moi, vous n’avez pas encore vu le meilleur Lavezzi"

Monstre d'activité, excellent sur le plan technique, tourné vers le collectif et jamais avare d'efforts défensifs, contrairement à certains de ses compères, l'international argentin (22 sélections) garde néanmoins une fâcheuse tendance à gâcher dans la zone de vérité. Dernier exemple en date à Reims samedi (1-0), où il s'est présenté seul face à Kossi Agassa avant de manquer le cadre à bout portant. Une action qui aurait permis au PSG de mener au tableau d'affichage et de s'ouvrir la voie du succès. Ce qui lui a valu un tacle de Carlo Ancelotti en conférence de presse après la rencontre. "Nous avons eu la possibilité de gagner ce match, en première mi-temps avec Lavezzi, en deuxième avec le but d’Ibra. La première fois, c’était une erreur de Lavezzi, la deuxième, une erreur de l’arbitre", a lâché le technicien italien. Ce dernier avait été bien plus élogieux envers son joueur une semaine plus tôt.

Au sortir d'un match plein contre Marseille en championnat (2-0), le natif de Villa Gobernador Gálvez s'était attiré les louanges de son entraîneur. "J'espère qu'il jouera tous les matches comme celui-là. C'est vrai qu'il n'a pas marqué mais son travail a été exceptionnel", avait souligné Ancelotti. Là encore, seule son inefficacité dans les trente derniers mètres adverses avait terni une prestation quasi parfaite. Lui-même admet d'ailleurs ne pas être encore au top de sa forme. "Croyez-moi, vous n’avez pas encore vu le meilleur Lavezzi, assurait-il dans les colonnes de L'Equipe le 24 février dernier. Je suis satisfait, mais je peux donner encore plus. Je n’ai pas encore retrouvé mon niveau de Naples. O.K., je dois m’adapter à une nouvelle vie depuis l’été dernier. Mais cela ne m’empêche pas d’être très exigeant envers moi-même. Je sais que je dois faire mieux. Être plus régulier, par exemple. Ou marquer plus de buts qu’en Italie, où j’avais un autre rôle."

"Valence ? Une équipe que nous devons énormément respecter"

Mais en Ligue des champions, Lavezzi a réglé la mire. Il a inscrit quatre buts sur ses neuf dernières frappes, des chiffres tout simplement exceptionnels. Sa campagne européenne est dans la lignée de celle réalisée avec Naples la saison passée. L'ex-attaquant d'Estudiantes avait notamment marqué les esprits en 8e de finale aller de la compétition. Dans un San Paolo en fusion, il avait fait tomber quasiment à lui seul Chelsea (3-1). Auteur d'un doublé, il avait mis sa formation sur orbite en vue du match retour. Mais les Londoniens avaient renversé la situation au retour (4-1) pour finalement se hisser en quarts.

Une désillusion que Lavezzi ne veut surtout pas revivre mercredi, même s'il se méfie beaucoup de Valence. "C'est une équipe que nous devons énormément respecter, parce qu'elle joue dans le championnat espagnol, où se pratique un très bon football, confie-t-il dans un entretien vidéo accordé à UEFA.com. Valence est une équipe forte techniquement, qui joue très bien au ballon et qui a beaucoup d'expérience de la Ligue des champions." Lavezzi a lui démontré qu'il avait la clef pour réussir dans cette compétition. Et pour forcer le passage vers les quarts de finale de la C1, ce qui serait inédit dans sa carrière.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0