Sur le papier, il y avait une classe d'écart entre le Dinamo Zagreb et le PSG. Restait à concrétiser cette supériorité sur le terrain, ce que l'équipe de Carlo Ancelotti a fait en s'imposant sur la pelouse de la formation croate (0-2). Des buts de Zlatan Ibrahimovic (33e) et Jérémy Ménez (43e) ont offert à des Parisiens dominateurs un succès logique qui leur permet de prendre seuls la deuxième place du groupe et de faire un pas vers les huitièmes de finale. Le PSG reste à trois longueurs du FC Porto, vainqueur de Dynamo Kiev (3-2) et solide leader après avoir acquis trois succès en trois matches.

Dans un stade Maksimir franchement dégarni, le PSG a pu compter sur Jérémy Ménez pour faire la différence face au Dinamo. L'international français, un temps incertain en raison d'un problème à un orteil, est apparu en très grande forme sur la pelouse croate. Après avoir éliminé un défenseur côté gauche, l'attaquant parisien a d'abord délivré un centre en retrait parfait converti en but par Zlatan Ibrahimovic, du plat du pied (0-1, 33e). Il a ensuite permis à sa formation de faire le break juste avant la pause en marquant d'un tir croisé du pied gauche sur un service de Javier Pastore (0-2, 43e). Omniprésent, il aurait pu donner une deuxième passe décisive, cette fois-ci à Pastore, si la demi-volée du stratège argentin n'avait pas terminé sa course dans le petit filet (47e).

Ligue des champions
Après la Liga et la C1, Messi devient la référence en Europe
10/12/2014 À 20:20

Les occasions d'Ibra

A l'image de la tentative manquée par El Flaco, ou d'une tête de Thiago Silva renvoyée par la barre (79e), le PSG a eu les occasions pour donner plus d'ampleur à sa victoire. Notamment Zlatan Ibrahimovic. S'il a inscrit un but capital en ouvrant le score, le buteur suédois a aussi manqué trois duels face à Ivan Kevala. Les deux premiers sur des passes impeccables de Marco Verratti (3e, 25e) et le troisième sur un lob qui n'a pas trouvé le cadre après une ouverture de Pastore. Parfois maladroit, l'avant-centre parisien a aussi vu deux frappes puissantes repoussées par le gardien croate, après un service de Blaise Matuidi (5e) et sur un coup franc (45e). Avec un peu plus d'efficacité, Ibrahimovic aurait permis au PSG de creuser un écart plus conforme à la réalité du terrain.

Car Paris n'a que très rarement été mis en danger par le Dinamo Zagreb. Revenue à son 4-3-3 traditionnel avec le retour de suspension de Verratti et la rentrée de Mathieu Bodmer, la formation de Carlo Ancelotti est apparue plus équilibrée que face à Reims samedi en championnat (1-0) et n'a pas connu de grandes difficultés pour maîtriser la formation croate. Hormis sur une tête non cadré de Domagoj Vida après un corner (3e), une frappe de Duje Cop captée sans souci par Salvatore Sirigu (13e) et un tir trop croisé de Sammir (39e), le Dinamo n'est jamais parvenu à porter le danger devant le but parisien. Il a affiché des limites que les Parisiens devront exploiter encore une fois dans quinze jours au Parc des Princes pour faire un pas supplémentaire vers les huitièmes de finale de la Ligue des champions.