Reuters

Shakhtar-Dortmund (2-2): Moins de spectacle que prévu

Pas si fou que ça...
Par Eurosport

Le 13/02/2013 à 23:55Mis à jour Le 14/02/2013 à 07:44

En dépit des quatre buts marqués, le 8e de finale aller de Ligue des Champions entre le Shakhtar Donetsk et le Borussia Dortmund (2-2) n'a pas tenu toutes ses promesses en termes de spectacle. Les deux équipes se sont livrées avec retenue dans ce match, l'enjeu ayant pris le pas sur le jeu.

L'enjeu finalement plus fort que le jeu. Malgré quatre buts et un scénario renversant, les Allemands revenant deux fois au score pour prendre une option sur la qualification en quarts de finale (2-2), le Shakhtar Donetsk et le Borussia Dortmund n'ont pas offert le spectacle espéré en 8e de finale aller de la Ligue des champions. De l'avis de tous les observateurs, cette confrontation s'annonçait comme l'une des plus ouvertes. Les deux formations avaient séduit durant la phase de poules et avaient toutes deux marqué les esprits. Portées par un allant offensif traditionnel chez elles depuis plusieurs saisons (11 buts marqués par le Shakhtar en six matchs, 12 pour le Borussia), elles s'étaient extirpées de groupes très relevés pour poursuivre leur parcours européen en C1. "Je pense que le match sera intéressant et intense, les deux équipes vont devoir offrir leur meilleur football et plus encore", prédisait Jürgen Klopp mardi. Sauf que la vérité du terrain n'aura pas donné raison au coach de Dortmund.

Les matches à élimination directe ont modifié la donne et les deux équipes ne se sont pas livrées comme à leur habitude dans cette partie. Surtout celle de Mircea Lucescu. En pleine trêve hivernale dans son championnat national, le Shakhtar Donetsk n'avait pas disputé la moindre rencontre officielle depuis sa défaite contre la Juventus le 5 décembre dernier (0-1). Les Ukrainiens étaient donc conscients de leurs limites du moment, avant tout physiques, comme le confiait l'ancien sélectionneur de la Roumanie mardi. "Nous sommes habitués à disputer les matches européens en février contre des équipes qui sont en meilleure forme physique que nous parce qu’elles jouent des matches de compétition dans l’hiver alors que ce n’est pas notre cas." Devant ce constat, Lucescu avait demandé à ses joueurs d'évoluer avec un bloc bas et de sortir rapidement en contres, pour ne pas exploser sur le plan athlétique. Symbole de cette prise de risques mesurée, les latéraux ne se sont pas beaucoup montrés dans le camp adverse.

Le Borussia Dortmund, volontaire sans être kamikaze

Omniprésent dans son couloir droit en plein cœur de la première période, synonyme de temps fort pour son équipe, Dario Srna a ouvert le score d'un maître coup-franc. Mais le capitaine de Donetsk s'est bien moins aventuré en attaque au cours du deuxième acte. Son pendant sur le côté gauche n'a lui pas existé offensivement. Concentré sur ses tâches défensives, où il devait contenir un Mario Götze qui est beaucoup venu dans sa zone, Razvan Rat a touché très peu de ballons en position d'attaque. Habituellement positionnés haut sur le terrain, les joueurs de côté ont donc été confinés dans leur camp et n'ont jamais pu apporter le danger. Résultat, les Ukrainiens ont peiné à déstabiliser le bloc allemand et se sont crées très peu de situations, hormis deux buts venus de leurs deux seules occasions franches. De son côté, le Borussia Dortmund a longtemps buté sur le bloc compact du Shakhtar. Les hommes de Jürgen Klopp ont certes davantage tenté leur chance que les locaux.

Mais ils ont eux aussi souffert pour créer réellement le danger sur le but d'Andrei Pyatov. Volontaires sans être kamikazes, les Allemands se sont découverts avec retenue dans ce match. Le quatuor offensif a souvent été livré à lui-même pour faire la différence et leurs partenaires ont trop peu apporté le surnombre. Les doubles champions d'Allemagne en titre ont finalement été surtout menaçants sur coups de pied arrêtés, par l'intermédiaire de Mats Hummels. Après avoir trouvé la barre transversale, l'international allemand a égalisé à la fin du temps réglementaire pour mettre son équipe sur les rails avant le match retour. Ce but est venu récompenser la formation la moins timide sur l'ensemble de la rencontre. Mais les deux équipes sont évidemment capables d'en montrer bien davantage. A moins qu'elles aient gardé le meilleur pour le retour. Rendez-vous dans trois semaines pour juger sur pièce.

0
0