Eurosport

Ligue des champions, PSG - Barcelone (3-2) : Paris s'impose et prend la tête du groupe F

Une soirée de gala et le Barça : il fallait ça pour réveiller le PSG !

Le 30/09/2014 à 22:33Mis à jour Le 01/10/2014 à 01:45

Le Paris Saint-Germain s'est réveillé au moment opportun, mardi. Le club de la capitale s'est offert le scalp du FC Barcelone (3-2), lors de la deuxième journée de la Ligue des champions. Le PSG a réalisé sa prestation la plus accomplie de la saison et prend la tête du groupe F.

L'affiche pouvait sortir le PSG de ses doutes actuels, lancer sa saison et éteindre un début d'incendie qui menaçait Laurent Blanc. En livrant un match gigantesque face au grand Barça (victoire 3-2), Paris a étalé aux yeux du monde qu’il restait une place forte du foot européen. Un statut fragilisé par ses prestations médiocres en L1. En prenant le meilleur sur un Barça en grande forme à l'issue d'une rencontre intense et d'une qualité technique remarquable, le PSG a également rappelé que le décor et l'ambiance des grandes soirées européennes suffisaient à le sortir de son train-train hexagonal et à le transformer en redoutable machine de guerre. Le voilà seul en tête du groupe F avec 4 points, une unité devant son adversaire du soir. Et le PSG de ce milieu de semaine n'avait pas grand-chose à voir avec celui des week-ends de Ligue 1.

    Edinson Cavani face à Javier Mascherano, lors de PSG-Barça, en Ligue des champions.

    Edinson Cavani face à Javier Mascherano, lors de PSG-Barça, en Ligue des champions.AFP

    Messi et Neymar ont maintenu le Barça en vie

    Bien sûr, tout n'a pas été parfait. Notamment ces relâchements coupables 105 secondes après l'ouverture du score (1-1, 11e) puis 106 secondes après le dernier but de Matuidi (3-2, 56e). Deux trous noirs qui ont offert à Messi et Neymar l'occasion de ramener Barcelone dans la partie. Cavani, lui, traîne toujours son fantôme entre crochets manqués et mauvais choix. Mais ces aspérités ternissent à peine ce match référence et ne gomment pas la maîtrise retrouvée du PSG.

    Malgré une fin de match étouffante marquée par l'emprise du Barça et les difficultés parisiennes à ressortir le ballon, le club de la capitale a tenu. Et quand il s'est fait surprendre, Marquinhos a veillé au grain devant un Jordi Alba seul aux six mètres en fin de match (82e). Sans Ibrahimovic, sans Thiago Silva, sans Lavezzi, Paris a livré son meilleur match de la saison. Il fallait simplement un adversaire à la taille de sa nouvelle puissance pour réveiller la bête.

    0
    0