Getty Images

Après Real-PSG (3-1) - Adrien Rabiot : "C’est facile d’en mettre huit à Dijon..."

Rabiot : "C’est facile d’en mettre huit à Dijon..."

Le 15/02/2018 à 00:00

LIGUE DES CHAMPIONS - Frustré après la défaite en fin de match du PSG sur le terrain du Real Madrid ce mercredi (3-1), Adrien Rabiot n’a pas caché sa déception face au manque d’efficacité de son équipe. Logique tant les occasions parisiennes ont été nombreuses.

Un propos venu droit du cœur. Qui résume finalement toute la différence qui existe encore aujourd’hui entre les titans européens, comme le Real, et le PSG. Interrogé à chaud au sortir de la défaite parisienne à Bernabéu, Adrien Rabiot, buteur et joueur de la capitale le plus en vue, n’a pas caché sa déception. Car, comme beaucoup, il a eu l’impression de revivre des moments douloureux, déjà vécus par le passé.

Avec cette sensation désagréable de toujours répéter les mêmes choses. Interrogé par beIN Sport, le milieu parisien n’a pas caché sa frustration : "Comme d’habitude, on a les occasions. On n’est pas assez réaliste. Quand on joue face à des équipes comme ça, ils ont deux trois occasions et voilà ça finit au fond… Je suis déçu parce que on a fait le match qu’il fallait et voilà on prend ces buts à la fin". Un "Voilà" fataliste qui résume assez bien l’impression générale.

Mais Rabiot n’en est pas resté là. Car il avait envie de dire ses vérités. "On dit toujours les mêmes choses, on répète toujours les mêmes choses et à la fin on se fait toujours avoir de la même manière. […] C’est facile d’en mettre huit à Dijon, quatre ou cinq en championnat mais c’est dans ces matches là qu’il faut être décisif". Avant de lâcher, fataliste : "C’est vrai qu’avec un handicap comme ça, c'est compliqué…"

Adrien Rabiot félicité par Neymar

Adrien Rabiot félicité par NeymarGetty Images

" On peut y croire"

La tonalité était un peu différente chez Marco Verratti, visiblement moins abattu que son coéquipier. Mais le constat de l’Italien était identique : "Contre une grande équipe, c'est comme ça, ils peuvent marquer à tout moment, même s'ils ont de la chance car leurs deux buts viennent de déviations."

Pour autant, comme Unai Emery, "le Hibou" veut y croire. Car Paris a montré des armes qu’il faudra aiguiser au retour : "On est déçus car dans le football le résultat est la chose la plus importante, mais il y a encore un match retour et on peut y croire." Mais, cette fois-ci, il faudra se montrer autrement plus réaliste. Au risque d’encore quitter la scène européenne de manière prématurée. De la pire manière qui soit : avec des regrets.

0
0