Getty Images

Du Real au Bayern, comment James s'est relevé

Du Real au Bayern, comment James s'est relevé

Le 25/04/2018 à 00:26Mis à jour Le 25/04/2018 à 18:39

LIGUE DES CHAMPIONS - James Rodriguez signe une première saison réussie au Bayern Munich après une dernière année amère au Real, adversaire du club bavarois mercredi en demi-finale aller. Le FCB a fait ce qu'il fallait pour le relancer. Mais le Colombien a aussi su tirer les enseignements de son passage madrilène pour ne pas reproduire les mêmes erreurs en Bavière.

James Rodriguez ne débutera peut-être pas le match de ses retrouvailles face au Real Madrid. Ce ne serait pas une sanction. Juste un choix parmi les plus cornéliens que doit prendre un entraîneur, surtout quand il s'agit de celui d'un club comme le Bayern Munich. La sélection est impitoyable. Le maestro colombien est bien placé pour le savoir. Il a connu la même situation au Real. Il l'a mal vécue. Mais cette expérience ne lui a manifestement pas été inutile. Elle est même à la base de sa première saison aboutie au Bayern.

Pourquoi James a "échoué" au Real

L'échec est relatif. James est arrivé comme une star au Real après une Coupe du monde brillante en 2014. Dans la foulée, il a signé une première saison très aboutie à la Maison Blanche avec 17 buts et 18 passes décisives en 46 matches toutes compétitions confondues. Le Colombien avait alors un statut de titulaire indiscutable, le plus souvent dans un rôle de milieu offensif axial qu'il affectionne. Il était dans les meilleures conditions pour réussir. Et il a eu le mérite d'être performant dans ce contexte favorable.

Tout a changé à partir de la saison suivante avec la mise en place, surtout au moment de la prise de pouvoir de Zinédine Zidane, du trio Casemiro-Kroos-Modric au milieu. James est devenu moins important, à l'image de son temps de jeu (32 matches en 2015-16, 33 en 2016-17) et de son positionnement sur le terrain, beaucoup plus aléatoire que lors de sa première saison au Real. James supportait mal la dégradation de son statut. Le point de non-retour a été atteint avec son absence sur la feuille de match de la finale de la Ligue des champions remportée face à la Juventus (4-1).

Le Colombien est en partie responsable de son échec. Il n'a pas su se remettre en question quand le contexte est devenu plus délicat. "Il est bourré de qualités, mais on entendait souvent qu'il ne s'entraînait pas avec suffisamment d'intensité, témoigne José Manuel Antequera, notre confrère sur eurosport.es. Il réagissait mal à la concurrence à son poste et c'est ce qui l'a poussé à quitter le club. Pour moi, c'est un excellent joueur qui ne travaillait pas assez." Un constat général qui n'incitait pas forcément à l'optimisme quant à sa réussite dans un club aussi exigeant que le Bayern Munich.

Pourquoi James "réussit" au Bayern

Là aussi, la réussite est relative. Déjà parce que la saison de James n'est pas pleinement réussie. Le Colombien, en méforme physique et confronté à une blessure aux adducteurs, a connu une entame délicate sous la direction de celui qui avait milité pour sa venue en Bavière, Carlo Ancelotti. "Il n'est monté en puissance qu'à l'arrivée de Heynckes, comme le reste de l'équipe d'ailleurs, résume Florian Bogner, notre confrère sur eurosport.de. Il a débuté 23 matches sous l'ère Heynckes. C'est beaucoup pour un joueur dont les concurrents à son poste sont Thiago Alcantara et Thomas Müller."

  • Un rôle qu'il affectionne

Justement. Si James s'est relancé, c'est en grande partie parce que Heynckes le fait évoluer à un poste qui lui convient bien dans un rôle de milieu axial côté gauche au sein du 4-1-4-1 du FCB. "Il a eu un peu de mal à trouver sa place au début, mais il a su s'installer est créer des actions dans les zones dangereuses, à l'entrée de la surface, résume Florian Bogner. Ses coups de pieds arrêtés constituent aussi un véritable atout. Ils sont toujours dangereux pour l'adversaire." Ces qualités, James les a toujours eues. Mais sa place dans le système du Bayern lui offre le terrain idéal pour les exprimer.

Vidéo - Heynckes : ''James Rodriguez était un peu déprimé quand je suis arrivé''

01:15
  • Un entraîneur qui sait le gérer

Mettre James dans sa zone de prédilection est une chose. Lui donner du temps de jeu en est une autre au sein d'un effectif aussi riche en talents offensifs que celui du Bayern. Heynckes s'est attaché à lui en donner un maximum, sans négliger ceux de Müller, Thiago ou Vidal, avant la blessure du Chilien. Des joueurs aux qualités différentes. James a lui aussi un autre profil. Et l'entraîneur du Bayern a su composer en fonction des caractéristiques de chacun sans froisser les égos. "Heynckes sait comment avoir la paix dans son vestiaire", glisse Florian Bogner. Tout est dit.

  • Une expérience bien digérée

Heynckes a tenu son rôle. Mais James a mieux joué le sien qu'au Real. Le Colombien semble avoir retenu la leçon de son expérience madrilène. "Il a eu du mal à admettre cette sorte de pas en arrière, reconnaît Florian Bogner. Mais on peut dire qu'il est devenu plus humble au Bayern. J'apprécie son attitude sur le terrain, son travail sur le plan défensif." Et sa phase d'adaptation au club est en bonne voie. "Il suit des cours d'allemand mais il doit encore prouver qu'il est un vrai Bavarois pour entrer dans le coeur des fans du Bayern", juge Florian Bogner, qui cite Javi Martinez en exemple.

James n'en est pas encore là. Mais il a ravalé sa fierté. Après avoir quitté le Real avec beaucoup d'amertume, il a su tourner la page madrilène et n'en retirer que le meilleur. L'humilité et la remise en question étaient des qualités essentielles pour lui permettre de réussir sa première saison bavaroise. Celle de son passage au Real était également aboutie. Il appartiendra au Colombien de conserver le même état d'esprit pour la saison prochaine pour valider sa progression sur le plan mental. Et prouver à Munich cette capacité à s'imposer sur la durée dans un grand club qui lui a manqué à Madrid.

James Rodriguez (Bayern Munich)

James Rodriguez (Bayern Munich)Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313