Getty Images

Et au fait, Paris en est où mentalement ?

Et au fait, Paris en est où mentalement ?

Le 13/02/2018 à 23:01Mis à jour Le 14/02/2018 à 15:06

LIGUE DES CHAMPIONS - Il y un an à Barcelone, Paris avait notamment été victime d'une faillite psychologique. Est-ce de l'histoire ancienne ? Le doute plane encore. Face au Real Madrid en huitième de finale, le PSG va devoir démontrer qu'il a passé un cap sur le plan mental.

Cela vous est déjà arrivé de vous présenter à un examen avec la certitude d'avoir tout bien préparé ? D'être prêt à répondre à toutes les questions possibles. De maîtriser votre sujet. Et pourtant, un doute subsiste encore et toujours : comment allez-vous gérer la pression du jury, de l'évènement ? Avec le PSG avant ce huitième de finale tant attendu face au Real Madrid, c'est un peu la même histoire. Surtout que le passé est là pour hanter les Parisiens, les vieux démons n'étant jamais très loin. Et il n'est d'ailleurs pas illégitime de se demander comment Paris va réagir contre les doubles champions d’Europe en titre.

Le traumatisme de la "remontada" infligée par le FC Barcelone la saison passée n'est pas très loin. On a pourtant changé de saison. Des nouveaux visages sont arrivés et non des moindres. Les talents des Neymar et Kylian Mbappé, l'expérience d'un Daniel Alves ont clairement changé cette équipe parisienne qui s'est présentée avec plus d'arguments pour ce nouvel opus de la Ligue des champions. Il n’y a pas de raison de ne pas le dire : Paris est mieux armé pour rêver en grand sur la scène européenne. En revanche, ce PSG est-il mieux armé psychologiquement ? Là, le doute subsiste.

Si Alves et Neymar ont le profil pour faire progresser Paris dans ce domaine et si la saison parisienne a de quoi rassurer, certaines sorties laissent penser que tout n'est pas encore réglé. Sur certains matches, les leaders de la L1 ont encore montré des failles inquiétantes sur le plan mental. Rappelez-vous, le match retour face au Bayern Munich. A l’image des deux buts rapidement encaissés ou encore de sa fébrilité défensive, Paris, qui a trop reculé, est sorti de ce match avec l'impression que les enseignements du Barça n'avaient pas été retenus.

Neymar et Unai Emery

Neymar et Unai EmeryGetty Images

Thiago Silva attendu au tournant

Alors bien sûr, voir Paris se rater sur un match pourrait passer. Même si c'était un choc européen. Le souci, c'est qu'il y a d'autres rencontres où ce côté mental a fait défaut au PSG cette saison. A Marseille (2-2), les Parisiens s'étaient fait bouger. N'ayant visiblement pas mesuré l'importance d'un OM-PSG. Et à Lyon le mois dernier (2-1), ils ont été surpris par l'engagement lyonnais. Aujourd'hui, l'impression reste qu'Unai Emery n'arrive pas toujours à préparer ses joueurs pour aller au combat. Et avant un Real-PSG, ce n'est pas anodin.

Quid de Thiago Silva dans tout cela ? Et oui, il est impossible de ne pas parler du capitaine parisien à l'heure de faire ce constat. A Barcelone la saison passée, le Brésilien avait sombré avec son navire. Pire. Le défenseur central avait montré la voie en évoluant trop bas. Son côté friable entrevu au Mondial 2014 avec la sélection auriverde avait alors ressurgi. Et il avait ensuite été montré du doigt. En tant que capitaine et leader de la défense, il a été érigé comme l'un des principaux responsables de cet échec.

Pour lui, ce huitième de finale va être une occasion de corriger le tir et de faire mentir ces détracteurs face au Real Madrid de Sergio Ramos. Et pour le PSG de démontrer sa force de caractère face à une équipe merengue qui devrait tout faire pour bousculer la formation parisienne et la prendre à la gorge. L'absence d'un Thiago Motta, qui aurait été bien précieux par son expérience, n'aidera pas les Parisiens à surmonter leur défi. Qu’importe. L'heure n’est pas aux excuses. Mais à chasser ses vieux démons.

0
0