Les langues se délient. Sur le plateau de ZDF, une chaîne de télévision allemande, Julian Draxler n'a pas été tendre avec ses coéquipiers et son entraîneur après la défaite (1-2) et l'élimination du PSG face au Real Madrid.

Concernant la prestation de son équipe, Julian Draxler l'a trouvée trop timorée : "On a fait tourner le ballon mais tu ne peux pas gagner en faisant juste ça. Tu dois mettre la pression sur le Real quand tu perds 1-3 à l'aller, pas juste faire des passes et espérer que quelque chose tombe du ciel."

Ligue des champions
"Dégringolada", "ridicule européen", "manque de classe" : la presse européenne se paye le PSG
07/03/2018 À 08:27

Interrogé ensuite sur sa prestation personnelle, Draxler n'a pas masqué sa déception d'avoir si peu joué, lui qui est rentré à la 76e minute (à 1-1). Il s'est même étonné qu'Unai Emery ait retardé son entrée de cinq minutes, alors que Cavani venait d'égaliser.

Nous avons investi 400 millions, mais...

"C'était un manque de sensibilité, je ne l'ai pas bien compris, a confié sans langue de bois l'Allemand. Ce n'était pas logique. On venait d'égaliser et ça ne changeait rien. Il fallait continuer à les presser et à jouer offensivement. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. J'étais surpris et en colère".

Fâché, l'Allemand a ensuite évoqué l'avenir du projet parisien, entre lucidité et optimisme : "Nous avons investi 400 millions d'euros l'été dernier et tout le monde disait que ça allait changer les choses, mais on a encore échoué à passer ce tour. Cependant, je reste persuadé qu'on a un énorme potentiel. Mais on réalise aussi dans ce genre de matches qu'il nous manque encore quelque chose. Cela doit nous faire réfléchir." Le message est passé.

Lassana Diarra, Julian Draxler (Paris Saint-Germain)

Crédit: Eurosport

Ligue des champions
Les notes du PSG : Verratti est inexcusable, Mbappé et Di Maria sont passés à côté
06/03/2018 À 23:03
Liga
Emery : "Je crois que Neymar doit revenir en Espagne"
08/01/2020 À 14:55