Getty Images

L'évidence Motta

L'évidence Motta

Le 05/03/2018 à 22:04Mis à jour Le 05/03/2018 à 22:37

LIGUE DES CHAMPIONS – Le PSG aura bien besoin de Thiago Motta d'entrée face au Real Madrid. Si Unai Emery a cette fois-ci le choix pour le poste de sentinelle, le milieu de terrain italo-brésilien, absent à l'aller, doit jouer. Et les raisons sont légion.

Pour partir à la guerre, il y a des hommes qui s'imposent. Certains profils que l'on préfère avoir à ses côtés à l'heure de monter au front. En football, c'est un peu la même histoire avant certains chocs. Comme ce huitième de finale retour du PSG face au Real Madrid. Pour ce duel, et devant l'obligation parisienne de retourner la situation, un homme a ainsi le profil type dans les rangs du PSG : Thiago Motta.

Lassana Diarra, Adrien Rabiot et Thiago Motta… Pour ce match retour, Unai Emery a pourtant le choix pour le poste de sentinelle. Mais l'a-t-il vraiment ? Sur le papier, peut-être. Dans les faits, c'est une autre histoire. Thiago Motta s'impose comme une évidence. Certes, Lassana Diarra monte en puissance depuis quelques matches. Adrien Rabiot a lui déjà montré son potentiel dans les grands rendez-vous à ce poste. Mais il serait dommage de se priver du jeune Français en relayeur. Surtout, Motta, c'est autre chose.

Thiago Motta face à Saint-Etienne

Thiago Motta face à Saint-EtienneGetty Images

Paris est plus serein avec lui

Sa science tactique, son influence, son expérience du très haut niveau plaident pour lui. Par sa justesse technique, sa relance aussi propre qu'efficace ou encore ses passes justes toujours dans le bon tempo, l'international italien est un liant très précieux au cœur du jeu pour le PSG. Il stabilise le fameux bloc-équipe. Fluidifie le jeu. Et bonifie ses coéquipiers, à l'image d'un Marco Verratti avec qu'il entretient un lien privilégié. Que dire aussi de son impact en défense ? L'un de ses atouts, c'est le placement, l'anticipation. Et la culture tactique. Ainsi, il sait quand stopper une action avec une petite faute. Mettre le pied quand il le faut. Avec lui, Paris se montre tout simplement plus serein.

A 35 ans, on pensait pourtant que son influence allait diminuer. Encore plus au cours de cette saison où Paris a dû apprendre à jouer sans lui régulièrement. Mais sa sortie face à l'OM en Coupe de France a remis les pendules à l'heure. Pour sa première titularisation depuis le 20 décembre, l'Italo-Brésilien a rappelé qu'il pouvait encore être fondamental dans l’entrejeu parisien. Voilà pour les arguments purement sportifs. Déjà pas mal pour convaincre nombre d'entraineurs de l’aligner. Mais ce n'est pas tout.

Thiago Motta (PSG)

Thiago Motta (PSG)Getty Images

Sans lui, Paris souffre toujours dans les grands rendez-vous

Il ne faut pas oublier le côté plus obscur de l'ancien Barcelonais. Ses petits coups vicieux, sa capacité à agacer ses adversaires et à peser sur l'arbitrage. Des détails ? Pas tant que ça dans des rendez-vous comme celui face au Real. C'est aussi sur ce genre de petites choses qu'une rencontre peut tourner dans votre sens. Cette palette riche et atypique rend Motta spécial. Et explique pourquoi Paris souffre à le remplacer, même si Lass Diarra a des atouts pour y parvenir. Et pourquoi il doit jouer.

Après s'être présenté sans lui à l'aller, Unai Emery, qui s'était trompé en alignant Lo Celso en 6 à Bernabeu, ferait ainsi bien de ne pas le snober pour ce match retour. S'il faut une preuve de plus au technicien basque, le passé est là pour se charger de servir de garde-fou. Motta n'était pas là lors du huitième de finale retour face au Barça la saison passée (6-1). Il avait aussi raté les deux quarts de finale face à l'ogre barcelonais en 2014-2015 (défaites 1-3 puis 2-0). Une coïncidence ? Peut-être pas. Clairement pas même. Oui, mille fois oui, Thiago Motta doit être aligné d'entrée face au Real. Un possible retournement du PSG passe déjà par là.

Vidéo - Diarra, Motta ou... les deux ? Emery entretient le mystère

00:50
0
0