Eurosport

Manchester United - Où est passé Alexis Sanchez ?

Où est passé Sanchez ?

Le 12/03/2018 à 23:26Mis à jour Le 13/03/2018 à 18:36

LIGUE DES CHAMPIONS - Arrivé en grande pompe cet hiver à Manchester United, Alexis Sanchez n'a pas encore trouvé le rythme au sein de l’équipe mancunienne. Imprécis, le Chilien semble aussi limité par le style de jeu mancunien.

De là à dire qu’il est devenu inoffensif, il n’y a qu’un pas qu’on ne saurait encore franchir. Car Sanchez est un "top-player". Et c’est souvent dos au mur qu’ils retrouvent leurs instincts primaires. Celui du but. Une habitude perdue pour la recrue phare de Manchester United cet hiver. Soufflé au nez et à la barbe de Manchester City, le Chilien est venu renforcer une attaque déjà pléthorique. Avec des résultats mitigés, la preuve en image.

Les stats d'Alexis Sanchez depuis son arrivée à Manchester United

United, ce n’est pas Arsenal

Des stats individuelles faméliques pour un joueur de son calibre. Surtout que son seul but est venu sur penalty. Mais c’est surtout son influence sur le jeu mancunien qui pose problème. Trimballé sur le front de l’attaque, tantôt à gauche ou derrière Lukaku, même testé sur l’aile droite, Alexis Sanchez n’a pas encore trouvé la bonne formule. Son match face à Crystal Palace lundi dernier en est le symbole le plus frappant : 34 ballons perdus, pas loin de son total le plus important dans le Royaume.

La philosophie mancunienne pose aussi question. À Arsenal, Sanchez était le relais privilégié pour faire des différences. Son sens de la provocation, sa vitesse d’exécution et sa capacité à se mettre en position de frappe faisait de lui l’option offensive numéro 1 de la troupe d’Arsène Wenger. A Manchester, le Chilien est plus discret.

Vidéo - Mourinho : "Sanchez ? Il était bon marché et même gratuit"

00:44

Le jeu mancunien, beaucoup plus direct, pourrait coller à ses qualités de contre-attaquant. Mais ce n’est pas encore ça. Une preuve supplémentaire de sa discrétion ? Chez les Gunners, l’artificier Sanchez tentait sa chance près de 3,6 fois par match et réussissait 2,7 passes dites clés par match. Avec les Red Devils, on passe à 2,2 frappes et 1,5 passe.

Preuve que tout n’est pas encore rose, José Mourinho a été obligé de défendre son attaquant en conférence de presse. "Pour sûr, la saison prochaine sera meilleure pour lui. Il apprend à jouer avec nous et nous apprenons comment en tirer le meilleur", a reconnu le technicien portugais en conférence de presse avant le choc contre Liverpool (2-1). Manière de dire que l’apport immédiat du numéro 7 ne saute pas aux yeux. Pourtant, l’entraîneur portugais a déjà fait du Chilien un élément converti.

Alexis Sanchez lors de Huddersfield - Manchester United en FA Cup le 17 février 2018

Alexis Sanchez lors de Huddersfield - Manchester United en FA Cup le 17 février 2018Eurosport

Déjà "Mourinhisé"

Son match face à Liverpool en a été le symbole le plus parfait. Discret, voire inexistant offensivement, Sanchez s’est mué en chien harceleur. D’attaquant de soutien, il est devenu soutien des milieux de terrain. Son rôle est clair : monter le plus vite possible sur les premiers relanceurs et gripper la mécanique adverse. Après la victoire face à Chelsea en février dernier (2-1), Mourinho avait décrit l’apport du Chilien : "Alexis avait une mission, être le troisième homme d’attaque et en même temps le quatrième milieu de terrain". Un job qui demande une certaine caisse physique.

Pas de problème pour Sanchez, c’est une de ses principales qualités. Et il va devoir l’exploiter à fond dans le United de Mourinho. Si la lumière accompagnait ses prestations du côté de l’Emirates, il lui faudra sans doute passer par des périodes d’ombre comme celle qu’il connaît actuellement du côté d’Old Trafford. C’est le prix à payer pour devenir un soldat de Mourinho. Après, s’il a encore le temps après son travail défensif de planter et faire marquer, les Red Devils ne s’en plaindront pas.

Alexis Sanchez

Alexis SanchezGetty Images

0
0