Getty Images

Real Madrid - PSG (3-1) - Neymar-Ronaldo : L'un tente, l'autre marque

Neymar-Ronaldo : L'un tente, l'autre marque

Le 15/02/2018 à 17:33Mis à jour Le 15/02/2018 à 17:35

LIGUE DES CHAMPIONS - Toute la différence entre le Real Madrid et le PSG (3-1) ce mercredi se résume au duel à distance entre les stars des deux clubs. Quand Neymar a beaucoup tenté sans faire mouche, Ronaldo a frappé juste.

Ils sont faits pour ces matches-là. Pour les lumières. Pour les lauriers. Pour les rencontres qui changent le fil d'une saison. Pour ces instants qui construisent les palmarès. Cristiano Ronaldo et Neymar sont des joueurs rares, faits d'un bois particulier. Le plus précieux sans doute. Mercredi, l'un avait l'occasion de rappeler qu'il était encore la référence et l'autre d'accélérer la succession. Car il ne faut pas s'y tromper, si Paris a fait de Neymar le joueur le plus cher de l'histoire cet été, c'est davantage pour faire basculer ces chocs européens que pour humilier les défenses de Dijon, Toulouse ou Metz. A la mi-temps de cette double confrontation, le constat est sévère pour le Brésilien : Ronaldo est toujours le patron et Paris attend son retour sur investissement.

Cette rencontre et ce duel à distance ont livré une vérité : Paris n'a pas encore rattrapé le Real et Neymar court toujours derrière Ronaldo. L'un ne va sans doute pas sans l'autre. On peut décortiquer le match du Portugais dans tous les sens, appuyer sur ses deux grosses occasions ratées face à Areola, souligner sa maladresse sur coup franc, regretter son relatif anonymat dans la construction du jeu. Mais au tableau d'affichage, son nom s'est inscrit deux fois. Un penalty et un but heureux d'un contre de la cuisse ? Certes mais Ronaldo a inscrit un doublé et atteint la barre des 100 buts inscrits avec un seul et unique club en Ligue des champions, une première.

Vidéo - Huitièmes - Zidane : "Ronaldo toujours présent dans les grands rendez-vous"

00:16

Ronaldo frappe cinq fois plus

"Sur Ronaldo, je dis toujours la même chose", a analysé Zinédine Zidane après la rencontre. "Dans les grands rendez-vous, il faut toujours compter sur lui." Le PSG devrait théoriquement en faire de même pour Neymar. Le Brésilien, lui, a beaucoup plus participé à la construction du jeu. Comme s'il voulait s'occuper de tout. Mais à force de vouloir trop en faire, il a parfois oublié l'essentiel : l'efficacité.

S'il est impliqué sur l'action de l'unique but parisien, le Brésilien a manqué de simplicité. Il a fait des différences sur ses courses, ses dribbles et ses appels, beaucoup plus que Ronaldo, mais n'a jamais fait mouche. Et le Portugais, même beaucoup plus discret, a frappé cinq fois plus au but (10 contre 2). "Quand on marque et que l'équipe gagne, c'est toujours un moment spécial", a-t-il simplement savouré. "Ce soir, cela m'a souri, j'ai marqué deux buts et j'ai aidé l'équipe à gagner."

Ronaldo a rappelé qui était le patron

Il serait injuste de passer sous silence son excellent décalage pour Mbappé (50e) ou cet autre caviar pour Cavani (12e) mais c'est bien maigre au regard des attentes qu'a suscitées son pharaonique transfert. Et c'est bien peu sur la feuille technique d'un match que Ronaldo, lui, a fait basculer. Rien n'est scellé. Paris peut encore y croire, Neymar peut toujours lui permettre de sortir l'ogre madrilène. Mais à Santiago Bernabeu, Ronaldo, même peu flamboyant, a rappelé pourquoi son armoire s'était encombrée de cinq Ballons d'Or quand celle de Neymar reste vide. "Nous n'avons pas eu la tranquillité et la maturité, surtout en fin de match", a commenté le Parisien. "Je crois qu'il a manqué quelques petites choses à notre équipe." Au PSG certes, mais aussi à Neymar.

0
0