Getty Images

Real-PSG : Emery, c'est le tournant de sa vie

Emery, c'est le tournant de sa vie

Le 13/02/2018 à 12:12Mis à jour Le 13/02/2018 à 12:14

LIGUE DES CHAMPIONS - Unai Emery joue gros face au Real Madrid. L'entraîneur du PSG ne doit pas seulement conduire son équipe à la qualification face au double champion d'Europe en titre pour espérer garder son poste. Il lui faudra aller plus loin encore. Mais cette étape est essentielle pour lui permettre de grandir.

Unai Emery est au pied d'une montagne. Dont le Real Madrid n'est même pas le sommet. C'est juste un énorme obstacle sur son parcours. L'entraîneur du PSG ne sait pas de quoi son avenir sera fait. Mais il connaît déjà le défi qu'il lui faut impérativement relever. Pour avoir une chance de garder sa place, l'Espagnol doit conduire Paris jusqu'au dernier carré de la Ligue des champions. Cela implique déjà de faire tomber la Maison Blanche, double tenante du trophée. Certains y verraient un exploit monumental. Lui, une étape pour faire durer son aventure dans la capitale.

Emery aurait des raisons de la réduire à sa plus simple expression. Sa carrière d'entraîneur en dépend tellement. Paris a fait le pari de grandir avec lui et la réciproque est vraie aussi. Ce pari, il se joue maintenant. Dans trois semaines, si le PSG est éliminé de la Ligue des champions, il aura échoué. Dans trois mois, si Paris est encore en mesure d'être champion d'Europe, il aura gagné. Et même plus que ce qu'il peut imaginer si le Basque va encore plus loin que l'objectif fixé par sa direction. D'un extrême à l'autre, il n'y aura pas grand-chose. Des petits détails qui font le grand tournant d'une vie.

Unai Emery, l'entraîneur du PSG, lors du dernier entraînement avant le déplacement à Munich

Unai Emery, l'entraîneur du PSG, lors du dernier entraînement avant le déplacement à MunichGetty Images

Des petits détails qui font un grand entraîneur, aussi. Emery est arrivé à Paris sans savoir les maîtriser au plus haut niveau, celui de la Ligue des champions. Il est venu pour apprendre et l'apprentissage s'est avéré douloureux. De Barcelone et Munich, l'Espagnol a essuyé deux corrections, très sévère concernant la catalane. Il s'est toujours fait un devoir d'en tirer les enseignements. Mais son équipe n'a jamais retenu la leçon jusqu'ici. Elle doit encore faire ses preuves. Et affronter le géant merengue à ce stade de l'épreuve, c'est tout sauf un examen blanc.

Son crédit n'a pas passé les Pyrénées

Emery est un professeur reconnu en Espagne. Il n'a pas entraîné le Barça ou le Real mais il a souvent fait l'unanimité dans "l'autre Liga", celle qui ne concerne pas la lutte pour le titre entre les deux géants espagnols, que ce soit avec Valence ou Séville. Il n'a pas remporté la Ligue des champions mais il est le seul à pouvoir se vanter d'avoir soulevé le trophée de la Ligue Europa trois fois d'affilée. Emery est considéré comme un grand entraîneur sur la péninsule. En France, il n'a jamais eu le crédit dont il jouit de l'autre côté des Pyrénées. Pour l'instant.

Vidéo - 8es - Emery: "L'équipe est mieux préparée que l'an dernier"

00:55

Son équipe est pourtant attractive. Bien sûr, les dirigeants parisiens n'ont pas lésiné sur les moyens pour attirer deux attaquants de premier plan l'été dernier, Neymar et Kylian Mbappé. Encore fallait-il orchestrer tout cela et Emery a su le faire. Il y aura toujours débat sur sa capacité à imposer cette fameuse "patte" qui avait fait sa réputation en Espagne. Qu'importe les palabres. Le Basque peut se vanter d'être à la tête de l'équipe qui marque le plus de buts en Europe. Et certainement de l'une des formations les plus spectaculaires du Vieux Continent. Il n'y est pas pour rien.

Se muer en meneur d'hommes

Le Paris d'Emery peut battre n'importe qui sur son talent. Ce n'est pas le problème. Son souci, c'est cette incapacité chronique à l'exprimer dans les rendez-vous les plus importants. Il lui manque la gagne. Et le Basque a plutôt donné plus l'impression de faire partie du problème que d'en être la solution. Quand le niveau s'élève, quand un coach doit se muer en meneur d'homme pour communiquer la rage de vaincre à ses joueurs, l'Espagnol n'a pas su répondre présent depuis qu'il est à Paris. C'est tout ce qui fait défaut à Emery. Mais c'est tout ce qu'on voit jusqu'ici.

Unai Emery quitte la pelouse du Camp Nou après la défaite du PSG à Barcelone

Unai Emery quitte la pelouse du Camp Nou après la défaite du PSG à BarceloneEurosport

C'est aussi tout ce qu'incarne le Real Madrid. Si un club symbolise cet état d'esprit de gagneur qui fait la différence entre une bonne équipe et une grande équipe, c'est bien le géant merengue. Emery n'est que trop bien placé pour le savoir. Il est toujours reparti vaincu de ses déplacements à Santiago-Bernabeu. Ou presque. Il y a récolté un nul, l'exception qui confirme la règle, et huit défaites. Mais le Basque n'avait jamais pu s'appuyer sur les armes dont il dispose aujourd'hui. Son défi, maintenant, c'est de savoir s'en servir.

C'est un tournant décisif pour Emery. Dire que sa vie en dépend, ça peut paraître excessif. Pas dans le cas d'un homme qui vit pour entraîner. Le Basque était un bon entraîneur quand il est arrivé à Paris. Son but, c'est d'être un grand entraîneur quand il quittera la capitale. Il lui faudra plus qu'une qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions. Mais c'est un sacré cap que représente une confrontation avec le double champion d'Europe en titre. Car beaucoup de choses peuvent se finir à Madrid pour Emery. Mais tout peut y commencer aussi.

0
0