Getty Images

Troch sur l'élimination du PSG : "Elle peut servir de leçon"

Troch sur l'élimination du PSG : "Elle peut servir de leçon"
Par AFP

Le 07/03/2019 à 13:14Mis à jour Le 07/03/2019 à 13:45

LIGUE DES CHAMPIONS - "Il faut reconstruire des croyances positives", a expliqué jeudi à l'AFP le préparateur mental Denis Troch, ancien joueur et entraîneur adjoint du Paris Saint-Germain, pour effacer de la mémoire collective le souvenir de la remontada de Barcelone, qui a ressurgi contre Manchester United.

Estimez-vous que les mauvais souvenirs du Paris Saint-Germain en Ligue des champions ces dernières années ont pu influer sur le scénario du match contre Manchester United ?

Denis Troch : Effectivement, il y a dans la mémoire collective, de l'équipe et du club, cette 'remontada' qui existe. Pour autant, elle peut servir de leçon et aider si, dans le fond, cette triste expérience a été nettoyée afin de reconstruire quelque chose de positif. Si individuellement et collectivement, ça n'a pas été visité, ça peut être compliqué par la suite. Car à chaque fois qu'il va y avoir quelque chose qui va ressembler à ça, ça ressurgira chez chacun d'entre nous, c'est-à-dire les supporters, les dirigeants, les journalistes, etc. Et ça peut avoir un impact sur l'environnement proche de la rencontre, ce qui n'a peut-être pas été le cas sur ce 'come-back'.

Kylian Mbappé lors de PSG-Manchester United / Ligue des champions

Kylian Mbappé lors de PSG-Manchester United / Ligue des championsGetty Images

" Déconstruire les croyances que c'est injouable, reconstruire des croyances positives"

Pourtant, il n'y avait que quatre joueurs titulaires à Barcelone, qui ont débuté contre United. Comment la remontada a-t-elle pu avoir un impact sur les "nouveaux" ?

D.T. : Ce n'est pas parce que vous n'avez pas participé à quelque chose que vous n'êtes pas impacté. On peut profiter de l'environnement et aussi être impacté par des choses qui ne vous appartenaient pas à l'origine. C'est pour ça qu'il faut travailler sur le fond et sur la forme. (...) La forme, c'est-à-dire identifier les problématiques, déconstruire les croyances que c'est injouable, reconstruire des croyances positives sur le fait que la victoire n'appartient pas forcément qu'aux autres, que le Paris Saint-Germain ne s'est pas toujours arrêté en quarts de finale de la Ligue des champions. Si la problématique c'est qu'on perd toujours en finale, comme j'ai eu à le gérer avec Clermont en rugby, toute l'année on va travailler sur ce qui nous permet de finaliser la saison.

L'entraîneur Thomas Tuchel a déclaré après le match que seul un bon résultat peut effacer ces années de traumatismes. Êtes-vous d'accord ?

D.T. : La victoire permet de se donner du temps car elle permet d'éviter des interférences négatives. Pour autant, il est nécessaire, en parallèle, de travailler sur le fond. Il faut du temps, parce que ça ne se fait pas d'un coup de baguette magique, pour nettoyer ce qu'il s'est passé, de manière à pouvoir positiver, et se procurer des anticorps pour les prochaines rencontres de cette teneur-là. Pour être prêt la saison prochaine, il est nécessaire dès maintenant de commencer à travailler.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0