Getty Images

Bousculer son ADN et trouver le nouveau Suarez : à l'Ajax, la nécessité sud-américaine

Bousculer son ADN et trouver le nouveau Suarez : à l'Ajax, la nécessité sud-américaine

Le 16/09/2019 à 22:13Mis à jour Le 17/09/2019 à 19:13

LIGUE DES CHAMPIONS - Lille se déplace sur la pelouse de l’Ajax à l’occasion de la première journée de la phase de groupes. Le dernier demi-finaliste de la dernière compétition est lui aussi réputé pour sa cellule de recrutement et sa capacité à attirer les jeunes talents de demain. Avec, depuis trois ans, un fort intérêt pour l’Amérique du Sud.

Le contingent américain a perdu une unité en toute fin de mercato avec le départ en prêt de Lisandro Magallan au Deportivo Alaves, six mois seulement après son arrivée en provenance de Boca Juniors pour 9 millions d’euros. Il n’en reste pas moins que l’Ajax continue de miser sur le continent américain au sens large, avec un focus évident sur l’Amérique du Sud.

Depuis 2016, le club a ainsi attiré un attaquant brésilien, un joueur mexicain, trois footballeurs colombiens ainsi que trois autres argentins. Huit joueurs venus de l’autre bout du monde pour des fortunes diverses, certains s’étant imposés comme des éléments majeurs du club amstellodamois, d’autres n’ayant pas réussi à convaincre des dirigeants et des entraîneurs très exigeants.

Grinta, football de rue et tempérament

Prenez un match de l’Ajax en Ligue des champions la saison passée et observez. Regardez la différence de style entre Nicolas Tagliafico, latéral gauche et Noussaïr Mazraoui, latéral droit, ou encore avec Joël Veltman, pouvant évoluer aussi sur le côté. Vous verrez un monde d’écart dans la façon de vivre une rencontre de football. Et c’est aussi ce que les dirigeants de l’Ajax ont cherché à apporter à ce groupe.

Nicolas Tagliafico et Klaas-Jan Huntelaar en 2018-2019

Nicolas Tagliafico et Klaas-Jan Huntelaar en 2018-2019Getty Images

Lorsqu’il est arrivé à l’été 2016, Davinson Sanchez a tout de suite séduit les observateurs. Le défenseur colombien allie qualité technique et juste agressivité, un profil parfait pour réussir au plus haut niveau et notamment à l’Ajax, où les défenseurs centraux doivent être en capacité de s’imposer balle au pied et participer activement à la construction du jeu. Revendu 40 millions d’euros un an plus tard à Tottenham, sa réussite a créé un appel d’air à Amsterdam. Depuis, trois joueurs à vocation défensive issus de cette zone géographique ont rejoint le groupe néerlandais : Tagliafico, Martinez et enfin Alvarez, le petit nouveau mexicain. Lors de ses deux sorties sous le maillot ajacide, Edson Alvarez a brillé au milieu de terrain par sa justesse technique et son impact physique dans les duels.

Pour Aad de Mos, ancien entraîneur de l’Ajax et du PSV, ce recrutement permet de combler quelques manques du football néerlandais. "Les Sud-américains sont plus agressifs, plus déterminés, on a l’impression qu’ils sont plus ... énervés, témoigne-t-il pour Eurosport. Ils se battent pour beaucoup de choses sur le terrain, certains ont connu l'extrême pauvreté et ils veulent tout gagner. Les Néerlandais jouent un football magnifique mais ce n’est peut-être pas une question vitale comme les Sud-Américains qui sont à fond pendant les 60 matches de la saison". Consultant pour le diffuseur de la Ligue des champions aux Pays-Bas, il n’avait pu s’empêcher de remarquer que les trois joueurs à la retombée du coup franc de Ziyech sur l’ouverture du score face à Nicosie étaient Alvarez, Tagliafico et Martinez, arguant que les autres joueurs "regardaient et avaient peur de se décoiffer."

Dans un autre registre, l’arrivée de David Neres a aussi apporté son lot de bienfaits. Dans un style moins réfléchi et méthodique, le Brésilien a ajouté de l’instinct et de l’imprévisibilité à l’attaque de l’Ajax. Si ses premières semaines ont été compliquées car son style dénotait vraiment avec le reste des joueurs, il a su s’acclimater sans pour autant dénaturer tout son jeu et oublier le côté intuitif de son apprentissage à travers, notamment, le football de rue. C’est d’ailleurs un élément que les jeunes ajacides apprennent lors de leur formation à l’académie, remis au goût du jour à travers le plan Cruyff lancé début 2011.

"On a remarqué et on le sait que les plus grands joueurs ont joué dans la rue et y ont beaucoup appris, résumait ainsi Ruben Jongkind, co-auteur de ce plan, en avril dernier à Eurosport. Ce n’était plus le cas ces dernières années. On a donc commencé à s’entraîner sur des parkings pour développer leur habilité technique et leur faculté à jouer debout puisqu’on ne peut pas tacler sur du béton. On a aussi fait du futsal pour leur apprendre à évoluer dans les petits espaces, mais aussi du football sur des terrains de squash pour les rebonds et l’intensité... tout ceci pour qu’ils s’habituent à de nouvelles situations et à différents espaces."

Vidéo - Après l'Ajax la saison dernière, qui fera souffler un vent de folie sur la Ligue des champions ?

05:42

L’influence de Henk Veldmate

Lors de la saison 2013-2014, l'Ajax comptait 6 joueurs danois dans son effectif professionnel, grâce au travail et à l’influence du recruteur maison John Steen Olsen. Cette saison-là, il n’y avait pas la moindre trace d’un quelconque footballeur sud-américain dans le club amstellodamois. Aujourd’hui, le rapport de force s’est inversé. Avec la vente de Dolberg à Nice, il n’y a plus de Danois à l’Ajax, pour la première fois depuis 2005. Le fort contingent scandinave a laissé sa place à une forte présence sud-américaine. Cela ne veut pas dire que la Scandinavie a été abandonnée - certains membres de la cellule de recrutement étaient par exemple à Copenhague en août -, mais cela témoigne d’une évolution du club.

Elle coïncide avec l’arrivée de Henk Veldmate. L’ancien responsable du recrutement du FC Groningen a débarqué à l’Ajax le 1er février 2016. L’homme est connu pour son appétence pour le marché sud-américain et pour avoir découvert Luis Suarez en 2006. Lors d’un voyage à Montevideo pour superviser un autre joueur uruguayen, il assiste par hasard à un match du Nacional et repère Suarez. Groningen casse sa tirelire pour le jeune attaquant de 19 ans et le recrute contre un chèque de 1,6 million d’euros, record du club à l’époque.

" Ils achètent des Brésiliens et des Argentins pour deux ans, dans le but de les revendre très cher ensuite, comme le font Porto ou Benfica "

Dès sa nomination à l’Ajax comme directeur de la cellule de recrutement, il prend en main les dossiers Davinson Sanchez et David Neres, même s’ils ont déjà été repérés par les recruteurs en place. Les deux joueurs débarquent moins d’un an après sa prise de fonction. Ces derniers mois, il multiplie les contacts avec divers footballeurs dans sa zone géographique préférée. Le Brésilien Richarlison et l’Argentin Cristian Pavon sont ciblés mais choisissent finalement d’autres pistes. Magallan, Tagliafico, Martinez et Alvares, eux, font le choix d’Amsterdam.

Contrairement au LOSC dont le "scouting" est la source principale de la composition de l’équipe première, l’Ajax utilise sa cellule de recrutement internationale comme appoint, avec encore beaucoup d’attention mise sur la formation des futures stars de demain. Avec Veldmate, le club néerlandais a déplacé le curseur de son attention vers le continent sud-américain. L’alliance entre technicité, agressivité, grinta et créativité a fait des étincelles la saison passée en Ligue des champions. Ce cocktail a encore été renforcé cet été et l’Ajax compte bien en profiter pour ses futures conquêtes nationales et européennes.

David Neres

David NeresGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0