Getty Images

Quadruplé, zéros pointés, Zidane "historique" : les tops et les flops de la 2e journée

Quadruplé, zéros pointés, Zidane "historique" : les tops et les flops de la 2e journée

Le 03/10/2019 à 00:29Mis à jour Le 03/10/2019 à 10:11

LIGUE DES CHAMPIONS – Le premier quadruplé depuis quatre ans en Ligue des champions, les débuts manqués du Real de Zidane, de Lille, l'Atalanta, Leverkusen et le Benfica … Voici les tops et les flops de la deuxième journée de Ligue des champions.

Tops

  • Gnabry, l'improbable quadruplé

La première journée de la phase de poules nous avait déjà offert son lot de surprises, avec les triplés réussis par les inattendus Erling Haland, de Salzbourg, et Mislav Orsic, du Dinamo Zagreb. Deux semaines plus tard, cette fois-ci, nous avons vu encore plus fort. Serge Gnabry a réussi un quadruplé en faveur du Bayern sur le terrain de Tottenham (2-7). Le 14e de l'histoire de la Ligue des champions (dont 2 quintuplés), le premier depuis Cristiano Ronaldo face à Malmö en décembre 2015. Une performance d'autant plus rare qu'elle est habituellement dévolue à de grands buteurs. Pas à quelqu'un dont le meilleur total sur une saison est de 11 buts en championnat (avec le Werder Brême en 2016-2017). On peut souligner qu'il a aussi délivré une passe décisive, ce mardi à Londres. Sa prouesse est d'autant plus savoureuse qu'elle a été réalisée sur le terrain de l'ennemi juré d'Arsenal, le club qui a permis à Gnabry de découvrir le monde professionnel.

Serge Gnabry - Tottenham Hotspur vs FC Bayern

Serge Gnabry - Tottenham Hotspur vs FC BayernGetty Images

  • Un mardi en folie

Pour dire vrai, la première journée de Ligue des champions nous avait un peu laissé sur notre faim. Mais la plus prestigieuse des compétitions de clubs s'est magistralement rattrapée ce mardi. Car niveau émotions, on a été servi avec 28 buts inscrits en 8 rencontres (3,5 buts par match). Et pas moins de quatre retournements de situations. Dont le nul 2-2 du Real Madrid face à Bruges après avoir été mené 0-2 à la pause, et le carton stupéfiant du Bayern à Tottenham après avoir encaissé le premier but de la partie (2-7). Moins retentissant, mais tout aussi renversant, on citera les victoires du Shakhtar sur le terrain de l'Atalanta (1-2) et de l'Etoile Rouge Belgrade face à l'Olympiakos (3-1), après avoir concédé l'ouverture du score. Mercredi n'a pas été tout à fait du même acabit, mais on a failli vivre un retournement ahurissant. Mené 3-0 à Anfield par Liverpool, Salzbourg est revenu à égalité à l'heure de jeu (3-3). Mais Salah a finalement sauvé les tenants du titre (4-3).

Emmanuel Dennis célèbre son but avec Bruges face au Real Madrid

Emmanuel Dennis célèbre son but avec Bruges face au Real MadridGetty Images

  • L'Ajax s'invite au sommet avec les tauliers

Outre le Bayern, trois autres formations ont réussi le carton plein, avec deux victoires en deux journées. Le PSG, Manchester City et l'Ajax ont même fait un petit peu mieux, en ne concédant pas le moindre but. S'il n'est pas surprenant de citer le champion de France et le champion d'Angleterre pour de telles performances, il était moins attendu de retrouver le dernier demi-finaliste de la Ligue des champions. Malgré les départs cet été de tauliers comme De Ligt et de Jong, le club néerlandais a su maintenir son niveau de performance et a infligé deux fois 3-0 à ses adversaires. A domicile face à Lille, puis sur le terrain de Valence ce mercredi. De quoi forcer l'admiration.

Valencia Ajax

Valencia AjaxGetty Images

  • Suarez réveille (presque) à lui tout seul le Barça

Luis Suarez fait toujours partie des tauliers du Barça. Mais il était moins attendu que Lionel Messi ou Antoine Griezmann, ses compères en attaque, pour faire la différence face à l'Inter. Or c'est bien lui qui a permis au Barça de sauver la face et d'éviter une défaite qui se dessinait après l'ouverture du score rapide de Lautaro Martinez (0-1, 3e). L'Uruguayen a ensuite marqué deux beaux buts très différents dans leur exécution. D'abord, une reprise de volée depuis l'extérieur de la surface (1-1, 58e), puis un face-à-face remporté devant Handanovic après avoir éliminé Godin sur un contrôle de balle d'une justesse admirable (2-1, 84e). Avec ce doublé, son premier dans la compétition depuis septembre 2016, l'attaquant de 32 ans a autant marqué que lors de ses deux précédentes campagnes de Ligue des champions.

Flops

  • Lille, des paroles mais pas les actes

Christophe Galtier avait annoncé la couleur en conférence de presse d'avant-match. Il a tenu un discours conquérant, en demandant à ses joueurs d'emballer la rencontre et de se lâcher face à Chelsea. "Jouer, jouer et jouer" avait-il prévenu. Mais voilà, sur le terrain, la donne a été tout autre. Certes, les Dogues ont marqué et se sont créé quelques occasions. Mais avec seulement sept tirs tentés, c'était trop peu pour espérer un autre résultat que la défaite, face à une formation anglaise qui n'est plus l'épouvantail qu'elle a pu être par le passé. Le LOSC comptait s'appuyer notamment sur son carton plein au stade Pierre Mauroy depuis le début de saison (4 victoires en 4 matches). Il prolongera finalement sa disette de 9 matches à domicile sans victoire en Ligue des champions (3 nuls, 6 défaites). Une série qui s'étire depuis le succès contre l'AEK Athènes le 17 octobre 2006 (3-1).

Willian (Lille-Chelsea)

Willian (Lille-Chelsea)Getty Images

  • Quatre zéros pointés mais de bonnes raisons d'espérer

Deux défaites après deux journées. C'est le bilan peu reluisant des Lillois, qui avaient aussi lourdement chuté à Amsterdam il y a deux semaines (3-0). Mais ils ne sont pas les seuls à être passés au travers de ce début de campagne de Ligue des champions. C'est également le cas de l'Atalanta, du Bayer Leverkusen et de Benfica. Quatre clubs mal embarqués mais dont l'avenir ne s'est pas totalement obscurci. Car il suffit de se remémorer quelques illustres exemples. En 2008-2009, le Panathinaïkos s'était retrouvé en pareille situation, ce qui ne l'avait pas empêché de finir en tête de son groupe. Côté français, Lyon en 2007-2008 et l'OM en 2010-2011 étaient parvenus à rejoindre les huitièmes de finale. Et puis, comment ne pas évoquer Tottenham, la saison passée, qui est allé jusqu'en finale de la compétition.

Duel Jardel-Azmoum lors de Zenit - Benfica

Duel Jardel-Azmoum lors de Zenit - BenficaGetty Images

  • Le Real et Zidane continuent de décevoir

Ce n'est pas une défaite à l'arrivée, mais comment ne pas parler de la plus grosse surprise de cette deuxième journée de la Ligue des champions. Après s'être fait corriger au Parc des Princes (3-0), le Real Madrid a péniblement arraché un nul à domicile face à Bruges (2-2). Les Merengue sont donc toujours à la recherche de leur premier succès dans la compétition européenne cette saison. Ce qui ne leur était jamais arrivé dans toute leur histoire à ce stade de l'épreuve. Un terrible constat qui pourrait fragiliser un peu plus la situation de Zinédine Zidane dont le deuxième mandat est loin d'être à la hauteur du premier.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0