Getty Images

L'antisèche : Simeone sait encore y faire

L'antisèche : Simeone sait encore y faire

Le 12/03/2020 à 00:10Mis à jour Le 12/03/2020 à 09:11

LIGUE DES CHAMPIONS - L'Atlético Madrid a sorti Liverpool en 8es de finale grâce à sa victoire en prolongation à Anfield (2-3). A l'aller comme au retour, les Madrilènes ont respecté à la perfection le plan de jeu mis en place par Diego Simeone pour réaliser cet exploit. Et sur deux matches, c'est encore plus fort.

Le jeu : De l'attaque-défense, comme prévu

Il n'y a pas eu de surprise. Comme à l'aller, ce match a donné lieu à une opposition attaque-défense. Liverpool a ainsi largement dominé la possession. Et l'Atlético Madrid s'est essentiellement contenté de défendre. Mais cette fois même si les Colchoneros ont présenté un bloc bien regroupé, les Reds, qui se sont longtemps cassés les dents sur Jan Oblak and co, ont su trouver la faille dans l'arrière-garde des futurs champions d'Angleterre. A deux reprises même.

Dos au mur, les Madrilènes ont cependant eu une réaction magique. Sans sortir de leur schéma. Mais en frappant coup sur coup grâce à Marcos Llorente avant de se rétracter encore une fois sur son but. Puis d'enfoncer le clou sur une nouvelle contre-attaque rondement menée par Alvaro Morata.

Les joueurs : La faille Adrian, le miracle Llorente

Difficile de ne pas citer Adrian. Alors que Jan Oblak a sorti un grand match en multipliant les arrêts, le remplaçant d'Alisson n'a pas eu grand-chose à faire. Mais il a fait une erreur coupable juste après la deuxième réalisation des Reds. Sa mauvaise relance a amené le premier but de Marcos Llorente et complétement changé le cours de ce match.

Avec son doublé en prolongation, le milieu de terrain espagnol restera comme le grand acteur de cette victoire de l'Atlético. A Liverpool où Mo Salah et Sadio Mané ont manqué d'efficacité dans le dernier geste, le milieu de terrain a été impressionnant pendant de très longues minutes, à l'image d'un Georginio Wijnaldum présent sur les deux buts des Reds ou d'un Alex Oxlade-Chamberlain omniprésent.

Le tweet qui en dit long sur l'exploit de l'Atlético

La qualification est déjà énorme. Mais en renversant une situation improbable, l'Atlético Madrid a réalisé une première. C'est en effet la première fois que les Reds tombent à Anfield en Coupe d'Europe depuis l'arrivée de Jürgen Klopp en 2014.

La stat : 34 tirs

Alors que l'Atlético Madrid n'a eu que 29% de possession – à peine mieux que les 27% du match aller -, Liverpool a beaucoup tenté. Mais les Reds ont manqué de réalisme. La preuve ? Ils ont eu 34 tirs et ont cadré 11 fois. Pour deux buts au final. En faisant trembler les filets à trois reprises en 10 tirs, l'Atlético leur a donné une belle leçon sur ce plan-là…

La décla : Jürgen Klopp (entraîneur de Liverpool)

" Tout le monde a vu le match et sait que ça aurait pu être différent. J'ai adoré nos 90 premières minutes, notre principale erreur c'est d'avoir marqué le deuxième but trop tard. On n'a pas réussi à le marquer pendant les 90 minutes, c'est notre faute. Mais face à une équipe comme l'Atlético avec plein de joueurs de niveau mondial c'est difficile (...) Arriver à poser autant de problèmes à une équipe qui défend aussi bien, c'est incroyable. Le but (du 2-1) a changé la dynamique, tout ce qui était naturel pour nous avant ça ne l'a plus été et eux se sont dit que ça pouvait être leur soirée. On s'est crispé, eux ça les a mis en confiance. Personnellement, je ne comprends pas leur façon de jouer, mais le vainqueur a toujours raison."

La question : Un chef d'oeuvre de Simeone ou un échec de Klopp ?

C'était un vrai duel tactique. Un vrai choc de coupe d'Europe, comme on les aime. A l'aller comme au retour, la physionomie de cette opposition n'a pas changé : l'Atlético a accepté de souffrir en laissant la possession et en reculant pour défendre sa surface. Et Liverpool a allégrement mis le pied sur le ballon en multipliant les centres. Le champion d'Europe prend finalement la porte dès les 8es. Et alors qu'on voyait les Reds largement favoris il y a encore quelques semaines au vu de leur parcours impressionnant en Premier League, il est tentant de tomber sur Jürgen Klopp.

S'il n'est bien sûr pas irréprochable – notamment peut-être dans la gestion de ses hommes ces derniers temps -, l'entraîneur de Liverpool n'a pourtant pas grand-chose à se reprocher. A l'aller comme au retour, ses protégés ont surtout manqué de réalisme et ont été plombés par Adrian. Il faut plus applaudir Diego Simeone. Sous le feu des critiques cette saison, El Cholo a mis en place le plan de jeu idéal. Avec un dispositif tactique clair. Et sur les deux matches – pendant plus de 210 minutes s'il vous plait -, ses joueurs l'ont respecté à la perfection pour réussir le coup idéal. On peut critiquer ce refus de jeu. Il n'en reste pas moins que c'est un chef d'œuvre tactique et un modèle de management, qui porte le sceau de Diego Simeone avec un Atlético digne de ces plus belles heures européennes.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313