Getty Images

L'antisèche : Lyon a sorti les griffes au meilleur moment

L'antisèche : Lyon a sorti les griffes au meilleur moment

Le 27/02/2020 à 00:26Mis à jour Le 27/02/2020 à 08:08

LIGUE DES CHAMPIONS - Au terme d’une prestation pleine d’abnégation, Lyon a signé un succès inattendu face à une bien pâle Juventus Turin (1-0). Souvent décevants, parfois agaçants, les Gones se sont sublimés au meilleur des moments. De quoi penser que Rudi Garcia tient là son match référence sur le banc de l’OL ? Peut-être…

Le jeu : Un Lyon vaillant, une Juve minuscule

Le 3-5-2 aligné par Thomas Tuchel à Dortmund la semaine dernière a suscité pléthore de critiques. Celui qu’a proposé Rudi Garcia ce mercredi a été plus convaincant, en première période du moins. Après dix minutes hésitantes, l’OL est progressivement monté en puissance. Et l’ouverture du score de Lucas Tousart a, d’une certaine manière, logiquement récompensé les efforts de Gones solidaires défensivement, à leur aise dans l’entrejeu et prompts à se projeter vers l’avant. Empruntée et sans idées, la Juve a quant à elle montré un visage méconnaissable, avec un fond de jeu proche du néant. La réaction tardive des Turinois aurait malgré tout pu leur permettre d’arracher l’égalisation au finish. Mais les Lyonnais, pourtant physiquement éprouvés, ont tenu bon jusqu’au bout. Au courage.

Les joueurs : Aouar brillant, Rabiot transparent

Annoncé dans le viseur de la Juventus en vue de la saison prochaine, Houssem Aouar ne pouvait pas mieux s’y prendre pour marquer les esprits. Percutant et inspiré balle au pied, l’international espoirs français a été à l’origine du but de Lucas Tousart, décisif mais surtout impressionnant par son abattage au milieu. Pour son premier match de Ligue des champions, Bruno Guimaraes a pour sa part livré une copie très prometteuse, même si le Brésilien a baissé de régime lors du second acte. En face, aucun Turinois ne s’est vraiment démarqué. Cristiano Ronaldo a été trop esseulé, Paulo Dybala a été pour le moins discret, les latéraux ont peiné, Adrien Rabiot n’a absolument pas pesé. Seuls Gonzalo Higuain et Aaron Ramsey, entrés en fin de rencontre, ont su redresser la barre. Trop tard.

Vidéo - "Aouar, c'est le bon moment pour taper dans l'oeil de Deschamps"

02:50

Le facteur X : De Ligt ensanglanté, l’OL en a profité

L’image était impressionnante. Le fait de jeu, lui, s’est avéré tout sauf anodin. A la demi-heure, Matthijs De Ligt s’est retrouvé avec le visage en sang après s’être fait marcher dessus par son coéquipier Alex Sandro. Le défenseur néerlandais a dû sortir temporairement afin de se faire recoudre. Une courte situation de supériorité numérique que Lyon a parfaitement exploitée, car c’est précisément à ce moment-là que Lucas Tousart a marqué.

Matthijs De Ligt (Juventus Turin)

Matthijs De Ligt (Juventus Turin)Getty Images

La stat : 8

Cela faisait 8 ans que l’Olympique Lyonnais n’avait pas gagné un match de tableau final en Ligue des champions. C’était le 14 février 2012, face à l’APOEL Nicosie (1-0). Trois semaines plus tard, à Chypre, l’OL avait été éliminé aux tirs au but (1-0, 4-3 TAB).

La décla : Leonardo Bonucci (défenseur de la Juventus Turin)

" On doit se réveiller, tout le monde n’était pas concentré. Ca se voyait avant le match. On a donné une mi-temps à l’OL. En deuxième, on a vu la vraie Juve."

Source : Sky Sport Italia

Le tweet insinuant qu’il faudrait changer de tireur

La question : Rudi Garcia tient-il enfin son match référence ?

C’est peu dire que l’aventure de Rudi Garcia en tant qu’entraîneur de l’Olympique Lyonnais ressemble à tout, sauf à un long fleuve tranquille. Arrivé entre Rhône et Saône dans un contexte de défiance, l’ancien coach de l’OM n’a pas encore réussi à se mettre les supporters locaux dans la poche. La faute, d’une part, à des résultats en dents de scie qui empêchent l’OL de se rapprocher du podium en championnat. La faute, surtout, à un fond de jeu jugé insuffisant au regard des forces vives présentes sur la pelouse.

Cette soirée du 26 février risque cependant de marquer un tournant aux yeux des fans des Gones. Alors que de nombreux observateurs s’attendaient sans doute à voir l’actuel 7e de Ligue 1 être rossé par un grand d’Europe, Lyon s’est sublimé. Houssem Aouar avait revêtu ses habits de gala, et c’est tout le jeu de sa formation qui en a été bonifié, a fortiori en première période. Mais c’est avant tout au regard de l’état d’esprit affiché qu’il est de bon ton de parler de "match référence".

D’une combativité exemplaire - cette même combativité qui leur a fait défaut de temps à autre durant des affiches de moindre importance -, les Lyonnais ont serré les dents en fin de match, quand les jambes sont devenues lourdes et que les Bianconeri sont sortis de leur torpeur. Du début à la fin, ils ont fait les efforts les uns pour les autres. Bien sûr, tout n’a pas été resplendissant pour autant. Bien sûr, on pourra toujours ergoter en insistant sur le faible niveau de jeu affiché par la Juve. Il n’en demeure pas moins que cela faisait bien longtemps que les protégés du président Jean-Michel Aulas n’avaient pas affiché une telle force de caractère. Un soir de C1, à quatre jours du Derby et à une semaine d'une demie de Coupe de France face au PSG. Le moment a été bien choisi.

Vidéo - "Ce Lyon-là, on a envie de le revoir beaucoup plus souvent"

03:19
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313