Getty Images

La C1, nouvelle étape du déclassement de l'Atlético ?

La C1, nouvelle étape du déclassement de l'Atlético ?

Le 18/02/2020 à 19:10Mis à jour Le 19/02/2020 à 10:01

LIGUE DES CHAMPIONS – Largué par le duo Real-Barça en Liga, à la lutte pour une qualification en C1, l'Atlético de Madrid vit une saison de déclassement qui pose la question d'une fin de cycle. La période dorée sous l'égide de Diego Simeone pourrait connaître son épilogue lors d'un huitième de finale face au tenant du titre, Liverpool.

La Juventus Turin de Cristiano Ronaldo l'an dernier, le Liverpool de Jürgen Klopp cette saison, l'Atlético de Madrid n'est pas gâté par le tirage au sort en huitièmes de finale de Ligue des champions. Évidemment pas favoris face à l'ogre européen qu'est devenu le leader de Premier League, les Colchoneros pourraient connaître plus qu'une élimination européenne précoce. La fin d'un cycle s'annonce.

"Nous devons rester responsables, et prendre en compte (...) tout ce que nous avons déjà réussi en tant que club, avec ce staff et cette équipe", a écrit Miguel Angel Gil Marin, le directeur général, dans une lettre récemment adressée aux supporters. L'Atlético ne regarde plus vraiment devant, préférant rappeler son passé récent plutôt glorieux. Un titre en Liga (2014), deux finales en Ligue des Champions (2014 et 2016), un sacre en Ligue Europa (2018), il est vrai que le bilan madrilène sur la dernière décennie aurait de quoi faire pâlir bon nombre de ses camarades européens. "Je suis très respectueux de l'opinion publique, les critiques sont nécessaires pour progresser, accepte le "Cholo". Chacun peut penser ce qu'il veut, mais tout ce qui importe, une fois que le match commence, ce sont les faits".

Plus de Griezmann, plus de Godin

Mais neuf ans après son arrivée au poste d'entraîneur, Diego Simeone a semble-t-il perdu la clé. La clé, c'est possible, des éléments indispensables et apparemment irremplaçables c'est certain. Antoine Griezmann et Diego Godin, pour ne citer qu'eux, ont quitté le navire l'été dernier, sentant peut-être que celui-ci allait tanguer tôt ou tard. Diego Simeone évoquait même "une saison de transition". "Les critiques qu'il reçoit, c'est comme ça, c'est le football. Quand tu perds autant de joueurs, c'est dur. Tu dois changer l'équipe, recruter de nouveaux joueurs, changer de philosophie, de style de jeu..., tempère son adversaire du soir Jürgen Klopp. Ça prend du temps, et les gens ne te laissent pas le temps".

Notons pour la défense des Matelassiers que l'effectif a été ravagé par les blessures toute la saison. Diego Costa devrait être de retour mais Joao Félix ne sera pas sur la pelouse pour l'aller face aux Reds alors que Trippier traîne une pubalgie depuis début janvier. Les méthodes d'Oscar Ortega, préparateur physique de l'Atlético, ne changent pas et commencent à toucher à leurs limites.

diego costa

diego costaGetty Images

En Liga, l'Atlético Madrid n'a plus quitté le podium depuis 2011-2012, soit la première saison du "Cholo" Simeone à sa tête. Mieux, il a terminé devant le Real en 2018 et 2019. Un objectif irréalisable aujourd'hui avec 13 points de retard sur le rival merengue. L'heure est plutôt à la lutte avec Getafe (3e, 42 pts), Séville (5e, 40 pts), Villareal, (6e, 38 pts), Valence (7e, 38 pts) et même la Real Sociedad (8e, 37 pts) pour les deux dernières places qualificatives en Ligue des champions. L'élimination piteuse face à Cultural Leonesa (D3) en 16es de finale de Coupe du Roi n'a fait qu'accentuer l'impression d'une lente agonie.

Liverpool retrouve le Wanda

Jouer Liverpool en huitième de finale de C1 alors que votre équipe ne va, à l'évidence, pas bien est tout sauf un cadeau. Dans la capitale espagnole, on aurait sans doute aimé affronter un club moins huppé, moins sûr de lui pour retarder au maximum les questions autour de la fin de cycle qui pleuvront au moment de l'élimination, si elle devait avoir lieu, en Coupe d'Europe. "Chacune des équipes a beaucoup de qualités et ce qui fait la différence entre deux équipes de même niveau, c'est souvent l'attitude", estime Marcos Llorente. Problème, l'Atlético ne semble plus être capable de lutter yeux dans les yeux avec le gotha européen. Et son style bien à lui qui l'a quasiment porté sur le toit de l'Europe ne fonctionne plus. "Je n'ai pas senti de pessimisme, j'ai senti de l'espoir. Mes joueurs ont une envie impressionnante de jouer, donc j'ai plutôt senti de l'optimisme à vrai dire", préfère répéter Simeone.

Cet Atlético a-t-il ses chances face à Liverpool ? La qualité des deux effectifs et la forme du moment font pencher pour la négative. Les Reds, favoris à leur propre succession, arrivent sûrs de leurs forces (76 points sur 78 en Premier League, 13 sur 18 sur la scène européenne) face à une équipe qui doute. Une équipe qui, si elle est toujours solide, marque peu (25 buts en 24 matches de Liga, 8 en 6 matches de C1). Et en plus l'air du Wanda Metropolitano semble plaire aux joueurs de Jürgen Klopp, sacrés dans l'enceinte de l'Atlético, il y a huit mois.

Vidéo - Liverpool seul au monde : qui peut empêcher les Reds de réussir le doublé ?

07:59
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313