Getty Images

Lyon a-t-il une âme ? C'est maintenant qu'il va le savoir

Lyon a-t-il une âme ? C'est maintenant qu'il va le savoir

Le 16/09/2019 à 23:06Mis à jour Le 17/09/2019 à 18:44

LIGUE DES CHAMPIONS - En quête d'une nouvelle mentalité, Lyon débute sa campagne européenne par la réception de l'équipe qui, sur le papier, est la plus forte du groupe. Mais le Zenit fait-il suffisamment peur pour obliger les Gones à se mettre au niveau ?

Lyon espérait avoir changé. Ses trois dernières sorties en Ligue 1, et surtout la dernière à Amiens (2-2), lui ont prouvé le contraire. L'OL est-il le même, aussi, en Ligue des champions ? Paradoxalement, le club ne doit pas forcément l'espérer au moment d'aborder sa campagne européenne par la réception du Zenit Saint-Pétersbourg, ce mardi soir (18h55).

Vidéo - "Si Lyon a grandi, il doit sortir de ce groupe et même le gagner"

03:31

La saison dernière, lors des grands matches, les Gones avaient su se débarrasser de leur irrégularité chronique pour battre (1-2) puis accrocher Manchester City (2-2) en Coupe d'Europe, et s'offrir le PSG (2-1) en Ligue 1 en février dernier.

Le Zenit, comme City ou comme Hoffenheim et le Shakthar ?

Cette confrontation face aux Russes va permettre de découvrir dans quelle mesure l'équipe rhodanienne a fait évoluer son approche mentale des rencontres. Théoriquement, le Zenit est l'adversaire le plus dangereux du groupe G, puisqu'il figurait dans le chapeau 1 lors du tirage au sort. Il en était aussi le club le moins prestigieux.

Il est donc impossible de savoir avec quel état d'esprit les Lyonnais vont appréhender ce match. La saison dernière, ils avaient par exemple alterné le bon et le franchement médiocre face aux deux autres outsiders de son groupe, Hoffenheim et le Shakhtar Donetsk, contre lesquels ils n'avaient pas été capables de s'imposer.

Lyon - Hoffenheim

Lyon - HoffenheimGetty Images

"Nous sommes préoccupés, a confié l'entraîneur Sylvinho, vendredi, après un nul piteux à Amiens (2-2), dans des propos relayés par OL TV. Nous devons réagir et nous habituer à gagner. C'est une chose fabuleuse et merveilleuse, mais acquérir cette mentalité n'est pas simple." Car si l'évolution mentale n'est toujours pas amorcée, l'équipe, elle, a bel et bien changé.

Une cinquantaine de matches européens en moins

Seuls quatre joueurs qui avaient été du déplacement victorieux à Manchester City devraient affronter le Zenit, ce mardi, si le coach brésilien a la possibilité d'aligner son équipe-type. Les autres (Rafael, Marcelo, Cornet) ont pris place sur le banc ou ont été voir ailleurs (F.Mendy, Ndombele, Diop, Fekir).

Au total, le onze lyonnais devrait cumuler moins de 250 participations à des rencontres européennes, contre 297 pour l'équipe qui avait débuté à l'Etihad Stadium. Le déficit est important et constitue une donnée supplémentaire à prendre en compte pour résoudre l'équation sur laquelle Sylvinho s'acharne, depuis le jour de sa présentation, où il avait rappelé qu'on ne jouait pas au foot "sans âme".

Vidéo - Sylvinho : ''Je peux promettre qu'il y aura beaucoup de travail''

02:18

A défaut d'avoir la certitude d'en avoir une, l'OL devrait au moins récupérer son capitaine Jason Denayer, exemplaire dans ce rôle depuis le début de saison et forfait pour le déplacement à Amiens vendredi dernier. Ce n'est pas une garantie. Mais c'est toujours ça de pris.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0