Le contexte

Comme un symbole. Mercredi 12 août, le jour de son 50e anniversaire, le Paris Saint-Germain va donner à Lisbonne le coup d’envoi du Final 8, ce format inédit de la Ligue des champions pensé par l’UEFA pour aller au terme de la compétition, bouleversée et interrompue par la crise sanitaire. Et ce face à l’Atalanta, équipe la plus inexpérimentée de cette édition mais aussi la plus séduisante, par son jeu décomplexé et culotté.

Transferts
Elégant mais inconstant, Dele Alli pourrait-il changer le visage du PSG ?
HIER À 06:41

Mercredi, le Paris Saint-Germain a l’occasion de mettre un terme à une très longue période de disette en rejoignant le dernier carré de la C1. 25 ans, pour être précis. Et, Final 8 oblige, cette qualification va se jouer un seul match, sec. Comme la potentielle demi-finale. Un format unique qui peut rendre service aux Rouge et Bleu, le PSG étant ce qu’on appelle communément "une équipe de coupe". La chance d’une vie pour Paris.

Seulement, vaincre l’Atalanta ne sera pas une mince affaire. Comme souvent avec le PSG, les jours qui précèdent les grands rendez-vous européens sont mouvementés. A une semaine du quart de finale, le club parisien a annoncé la blessure de Marco Verratti, s’ajoutant à l’incertitude concernant la titularisation ou non de Kylian Mbappé, et à la suspension d’Angel Di Maria. Mais la Dea n’est pas vernie non plus, amputée de deux de ses joueurs clés, à savoir Pierluigi Gollini et Josip Ilicic.

En sortie de banc, Mbappé peut tout casser : Le Top 5 de ses entrées fracassantes

Dans le jeu, le PSG va devoir trouver des solutions pour combler ces absences. Mais c’est surtout, comme dans tous les grands rendez-vous, dans la tête que ça va se jouer. Il y a cinq mois, dans un Parc des Princes à huis clos, les Parisiens ont réussi à se défaire de leurs démons, en éliminant Dortmund et en mettant ainsi fin à une série de déconvenues face au Barça, au Real puis Manchester United. Jouer ensemble, être combattif, faire les efforts ne rien lâcher devront être les maitres mots des hommes de Thomas Tuchel. Plus que jamais, l’état d’esprit des troupes sera un facteur déterminant dans ce match couperet.

Le joueur à suivre : Keylor Navas

C’est sans doute l’homme qui manquait au PSG. Un grand gardien. Depuis l’arrivée de QSI dans la capitale en 2011, des stars du ballon rond ont porté la tunique parisienne, à tous les postes. Sauf à celui de gardien de but. Paris a cru, lors de la saison 2018-2019, passer un cap en s’offrant Gianluigi Buffon. Mais c’est bien l’Italien qui a été le principal artisan de l’élimination parisienne face à Manchester United l’an passé. Du haut de ses trois Ligue des champions remportées avec le Real Madrid, Navas rassure et dégage de la sérénité. Et il sait être là dans les grands rendez-vous, comme lors du nul arraché à Bernabeu lors des phases de poules. Alors que le gardien titulaire de l’Atalanta, Pierluigi Gollini, est blessé, le portier du PSG a tout pour être le facteur X de cette rencontre.

Keylor Navas

Crédit: Getty Images

Trois stats à avoir en tête

0 : En Ligue des champions, le PSG n’a jamais battu une équipe italienne en six rencontres disputées (4 nuls, 2 défaites).

12 : Neymar a inscrit 12 buts lors de ses 16 derniers matches de phase finale de la Ligue des champions. Seuls trois joueurs font mieux : Lewandowski, Ronaldo et Messi.

16 : L’Atalanta est l’équipe qui a le plus encaissé de buts (16) lors de cette édition de la Ligue des champions.

Huit équipes, quatre affiches : Les 10 stats à connaître avant les quarts de finale

Ils ont dit

Gian Piero Gasperini sur Mbappé :

Je suis navré, parce que quand un joueur se fait mal, c'est quelque chose qui me désole. Mais pour nous, c'est évident que ce serait mieux sans lui

Thomas Tuchel toujours sur Mbappé :

Oui, Kylian Mbappé sera dans l'équipe pour finir le match

Notre avis

Ce quart de finale a tout du match piège. Sur le papier, Paris semble avoir tiré le gros lot en affrontant l’Atalanta sur un match sec. Mais les hommes de Gasperini pratiquent un des plus beaux football d’Europe, avec un jeu débridé, intense et tourné vers l’avant. Face au pressing et au rythme imposé par la Dea, le PSG va subir. Mais si les Parisiens ne sous-estiment pas leur adversaire, font preuve d’un état d’esprit irréprochable comme face à Dortmund et se montrent un tant soit peu réalistes, ils auront toutes leurs chances d’accéder au dernier carré. Paris a les cartes en main. A eux de voir ce qu’ils en font…

Thomas Tuchel, Kylian Mbappé et le PSG seront au rendez-vous des quarts de finale de la Ligue des champions

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Mbappé avait faim et ça a fait mal : "C'est impressionnant ce que fait Kylian"
HIER À 15:43
Ligue 1
Paris se ressaisit et s'impose à Nice
HIER À 12:50