Quand on a autant rêvé, le réveil n'en est que plus brutal. Ce n'est pas tant de perdre contre le Bayern Munich. Le club bavarois n'a pas gagné tous ses matches de Ligue des champions par hasard. Il avait clairement la meilleure équipe du plateau. Paris n'a pas à rougir. Il a beau avoir tout l'argent du monde (ou du Qatar), le PSG est encore un nain à côté de son bourreau du soir. La Coupe d'Europe ne s'achète pas. Elle se cultive. Et c'est bien le sentiment qui prédomine après le sixième sacre européen du club allemand. Comme souvent.

Paris est encore en apprentissage. Et cette défaite en finale en fait partie. Les hommes de Thomas Tuchel étaient presque à la hauteur de l'événement. Mais pas tout à fait. Il y a ce manque de réalisme en attaque. Cette petite erreur qui se paie au prix fort en défense. Mais surtout, cette incapacité à réagir après le but bavarois. Il fallait se sublimer pour renverser ce Bayern et forcer son destin. C'était le moment de se transcender, de refuser cette réalité. Et c'est justement ce que les Parisiens n'ont pas su faire.

Ligue des champions
Les notes du PSG : Neymar et Mbappé sont (complètement) passés à côté
23/08/2020 À 21:58

"Il a manqué un plan B à ce PSG quand ses stars ont commencé à dérailler..."

Le PSG peut regretter cet acte manqué. Il peut facilement en trouver les incarnations. Neymar en premier. Le Brésilien était le meilleur espoir du club de la capitale tant il dominait le jeu sur ce Final 8. Il n'a rien dominé du tout en finale. Il a été une proie beaucoup trop facile pour le Bayern. Comme Kylian Mbappé. On ne lui parle pas d'âge. Mais pour ce qui est de tuer pour gagner, le prodige du foot français a échoué. Sur ce coup-là. Parce qu'il sait comment s'y prendre. Il l'a déjà prouvé. Mais au moment où Paris rêvait d'un feu d'artifice, il n'a envoyé que des pétards mouillés.

Invariable obscurité

Ces actes manqués, Paris les a collectionnés. Tant que les larmes sont chaudes, autant en profiter pour ressasser le passé. L'entrée décisive d'un Lionel Messi sur une jambe, le but improbable de Demba Ba, le 3-5-2 contre Manchester City, évidemment la remontada, l'élimination contre l'équipe C de Manchester United… Son destin européen a longtemps ressemblé à une histoire vouée à l'échec. Le PSG semblait avoir enfin trouvé la lumière pour éclairer son chemin cette année. Mais au bout du compte, il se retrouve invariablement dans l'obscurité.

"Mbappé et Neymar se sont fait manger le cerveau"

Pourtant, cette chanson-là résonne différemment. Parce que le PSG a franchi un cap. Parce que, sans être totalement à la hauteur de l'événement, il n'est pas passé à côté pour autant. Ce club a grandi cette saison. Il dégage plus de force. Il a mené sa barque jusqu'en finale en tenant bon dans la difficulté. Et ce n'est pas cette défaite qui doit tout remettre en question. C'est juste le constat que la dernière marche est encore trop haute. Mais y arriver, cela ne peut pas être un petit pas tant ce PSG avait collectionné les désillusions jusqu'ici.

Il ne doit pas se leurrer pour autant. Si l'idée lui vient de se reposer sur ses lauriers, il aura vraiment tout perdu. Car c'est le plus grand des défis qui l'attend : s'en relever. Avec tous les pièges que cela implique. Un nouveau statut. Un groupe remodelé, avec les départs de cadres comme Thiago Silva ou Edinson Cavani, avec les incertitudes inévitables autour de l'avenir de Neymar et Kylian Mbappé. La Coupe d'Europe est un échiquier où le déplacement du plus petit des pions peut avoir les plus grandes conséquences. Paris ne doit pas se tromper. Cet acte-là, il ne devra pas le manquer.

Neymar da Silva (PSG)

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Letellier retrouve le PSG
IL Y A 10 HEURES
Supercoupe d'Europe
Un bonheur total pour le Bayern
HIER À 21:33