"Il faut avoir du caractère pour revenir plus fort, mais cela va être une nuit compliquée." Voilà dans quel état d'esprit s'est trouvé Raphaël Varane, au micro de Movistar +, après sa soirée cauchemardesque. Parce que oui, malgré toute son expérience, malgré son titre de champion du monde, malgré ses trois Ligue des champions remportées, c’est bien lui, Raphaël Varane, qui a littéralement offert la qualification à Manchester City vendredi. Et le Français risque de s'en mordre les doigts encore longtemps.

Premier League
Cinq buts encaissés, pour une leçon de football : Man City a pris une bonne fessée
HIER À 17:21

Une erreur peut en cacher une autre

En l’absence de Sergio Ramos, suspendu, les clés de la défense madrilène lui revenaient. Et il n’a pas su en faire bon usage. Aligné dans l’axe aux côtés de Militão, le Français a montré des signes de faiblesse, et ce dès l’entame de la rencontre. Mis en difficulté par le pressing des attaquants de Manchester City, Varane a commis une première grossière erreur dès la neuvième minute, perdant le ballon dans sa surface au profit de Gabriel Jesus qui a rapidement servi Sterling pour l’ouverture du score des Citizens.

"Peut-être que l'on a pris un peu trop de risques au début du match et on la payé cher", a d'ailleurs reconnu Varane en zone mixte après la rencontre. Mais à ce stade, la première erreur ne condamnait pas fermement les espoirs madrilènes, qui devaient dans tous les cas inscrire deux buts pour espérer valider leur ticket pour le Final 8 de Lisbonne. Karim Benzema a d’ailleurs remis son équipe sur la voie de la qualification, quelques minutes après la première boulette de son compatriote. A la pause, les espoirs des Merengue n'étaient pas enterrés, loin de là.

Karim Benzema après son égalisation contre Manchester City en 2020

Crédit: Getty Images

Thibaut Courtois a lui aussi été à la hauteur de l’évènement, sauvant plusieurs fois les siens avec des parades de grande classe, notamment au début du deuxième acte. Mais c’était sans compter sur une deuxième erreur de Raphaël Varane. Sur un long ballon en chandelle, le Français a une très mauvaise lecture du jeu et laisse la balle rebondir, avant de finalement tenter une passe en retrait avec la tête pour son gardien. Pas de chance, Gabriel Jesus l’a parfaitement anticipé, se retrouvant ainsi seul face au portier belge. 2-1 pour City et le Real Madrid, peu inspiré offensivement, ne reviendra plus.

Un seul être vous manque…

Pour la deuxième année consécutive, le Real Madrid est éliminé dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pour la deuxième année consécutive, Sergio Ramos a manqué le match retour, laissant donc Varane face à ses responsabilités. S’il n’a pas été particulièrement fautif l’an passé, lors de la défaite à Bernabeu face à l’Ajax Amsterdam, il est cette fois-ci le premier coupable de ce nouveau revers des Madrilènes.

Et l’ancien Lensois en est d’ailleurs parfaitement conscient. ""Cette défaite est pour moi" a d’abord assumé Varane en zone mixte après l’élimination des siens. "Je veux faire front parce qu'à mes yeux, cette défaite est pour moi. Je dois l'assumer. Je suis triste pour mes coéquipiers, pour leurs efforts. J'ai ma responsabilité dans la défaite, les erreurs se paient très cher à ce niveau de compétition (...) Aujourd'hui, j'ai échoué, et je dois l'assumer."

Sur la pelouse de l’Etihad, Raphaël Varane a déçu. En plus d’avoir offert la qualification aux Citizens, le Français a rappelé aux yeux de tous à quel point Sergio Ramos est, que ce soit par son jeu mais surtout son attitude, le vrai patron du Real Madrid. Et si le champion du monde avait réussi à enfiler ce costume en Russie à l’été 2018, il ne semble pas prêt à assumer ce rôle à la Maison Blanche.

Liga
Avec le Real, le VAR fait (toujours) polémique
HIER À 10:09
Liga
Ça n'a pas été simple, mais le Real est lancé
26/09/2020 À 20:57