Il fut un de ses espoirs dénichés par l'OL à Metz dont le destin semblait tracé. Grandir dans l'ombre de Lacazette, Valbuena et Fekir, leur succéder le temps venu et porter sur ses épaules le poids des responsabilités de l'attaque de l'OL. Sauf que la carrière de Maxwel Cornet s'est construite jusqu'ici sur des imprévus, des malentendus et des chemins de traverse. Grand espoir en attaque, il a gagné sa place en défense. Souvent décevant en Ligue 1, il brille dans les grandes affiches européennes. Tête de turc de ses supporters, il a conquis l'estime de Pep Guardiola. Tel est Maxwel Cornet : jamais à un paradoxe près.

Premier League
City redémarre bien sans forcer
IL Y A 16 HEURES

A l'heure de retrouver Manchester City, Cornet versera sans doute dans la nostalgie. En 2018, c'est lui qui avait permis à l'OL de Bruno Genesio de signer son plus grand exploit européen. Deux matches en phase de poules face aux Citizens pour une victoire en Angleterre (1-2), un nul à Lyon (2-2) et trois réalisations de l'Ivoirien. 180 minutes qui lui avaient valu l'adoubement de Pep Guardiola : "J'ai été très impressionné par le talent de Maxwel Cornet", avait alors reconnu le coach mancunien. Éloge improbable d'un des plus grands coaches d'Europe alors que Cornet, 22 ans à l'époque, n'avait pas été une seule fois titulaire sur les onze matches précédemment joués depuis l'été 2018 par l'OL.

Maxwell Cornet et son ciseau acrobatique face à Manchester City, mardi soir en Ligue des champions.

Crédit: Getty Images

2017, 88e minute face à l'Ajax…

Il faut dire que sa carrière à Lyon est marquée par la défiance de ses supporters qui lui ont peu pardonné sa maladresse dans le dernier geste. Hormis une belle seconde moitié de saison 2015/2016 (8 buts en L1, son meilleur total) sur le côté gauche, au point d'avoir poussé Mathieu Valbuena sur le banc des remplaçants, Cornet n'a jamais affiché la régularité nécessaire pour devenir incontournable. Et les fans lyonnais, connus autant pour leur intransigeance que pour leur versatilité, ont d'abord retenu ses moments faibles.

Ils ne lui ont jamais vraiment pardonné cette frappe non cadrée à la 88e minute de la demi-finale de Ligue Europa 2017 face à l'Ajax Amsterdam, qui a enterré les derniers espoirs de finale et de titre de la génération Lacazette. Longtemps sur le départ, convoité par Wolfsburg, mais retenu par le col alors que Nicolas Pépé avait préféré Lille à Lyon en 2017, Cornet a fini par trouver sa place cette saison, dans le onze sur l'aile gauche du 3-5-2.

Comme Bouna Sarr

Il a fallu que Rudi Garcia le fasse descendre d'un cran pour exploiter au mieux ses qualités athlétiques, sa capacité à répéter ses efforts et amortir sa maladresse dans les seize mètres adverses. "Dans un premier temps, je pensais que ce serait seulement pour un match, pour dépanner car nous avions pas mal de blessés cet hiver. Et au fil des matches, j'ai vu que l'entraîneur m'avait laissé à ce poste et j'ai commencé à prendre mes marques. Je commence à m'éclater. Cela demande un effort psychologique car il faut avoir le déclic", a-t-il confié à l'AFP avant d'affronter la Juve.

Maxwel Cornet (OL)

Crédit: Getty Images

Comme Bouna Sarr à l'OM, déjà reconverti par Rudi Garcia, Maxwel Cornet s'épanouit dans son nouveau rôle. Si bien qu'il est désormais la référence au poste devant Youssouf Koné, pourtant recruté 9 millions d'euros l'été dernier. Face à la Juve, son volume de jeu avait soulagé l'OL. Cornet n'est peut-être pas le plus adroit, mais c'est un vrai joueur d'équipe avec ce sens du sacrifice et du collectif qui a parfois manqué à l'OL ces dernières années. Il fut capital en marquant face à City en 2018, il sera tout aussi décisif dans un rôle plus obscur ce samedi. Peut-être finalement que sa carrière a démarré sur un malentendu. Cornet n'est peut-être pas fait pour briller mais pour se sacrifier.

Ligue 1
A l'OL, la panne d'inspiration
18/09/2020 À 22:06
Ligue 1
Lyon n'y arrive toujours pas
18/09/2020 À 20:42