André Villas-Boas, entraîneur de Marseille, a dit mercredi sur RMC espérer que l'arbitre roumain mis en cause pour des propos racistes lors du match Paris SG-Basaksehir "saurait dire pardon". "La première chose, c'est que je suis triste. C'est une chose qui ne doit pas avoir de place dans la société et le foot. Mais ça continue et c'est grave, très grave. Je suis très déçu et triste", a dit Villas-Boas après la défaite de l'OM sur la pelouse de Manchester City. "Mais je suis content de la décision des deux équipes et de la force de caractère de Demba Ba. Il a très bien réagi. Bravo pour son courage, qui donne un exemple à l'UEFA", a ajouté Villas-Boas, avant d'évoquer le cas de l'arbitre mis en cause, le Roumain Sebastian Coltescu.

J'espère que sa carrière ne s'arrêtera pas
Ligue des champions
L'anecdote de Ba sur PSG-Basaksehir : "Crivelli a décidé de ne pas sortir et a été suivi"
11/12/2020 À 19:45

"Je suis préoccupé. Tous les humains ont le droit de dire pardon et je crois que l'arbitre doit avoir ce droit aussi. Il est peut-être père, sa famille va être sous pression. C'est dur aussi pour lui et j'espère qu'il saura dire pardon, qu'il saura assumer qu'il s'est trompé. Une suspension serait logique mais j'espère que sa carrière ne s'arrêtera pas", a déclaré le technicien portugais.

Souhaitant sanctionner l'entraîneur adjoint de Basaksehir, le Camerounais Pierre Achille Webo, d'un carton rouge pour protestation, le Roumain Sebastian Coltescu l'avait désigné à l'arbitre principal comme "le noir" en roumain ("negru"), provoquant la colère et l'indignation des deux équipes. Le match ayant été arrêté à 0-0 à la 13e minute de jeu, il a repris mercredi soir au même chronométrage, avec une nouvelle équipe arbitrale. Le Paris SG, déjà assuré d'être en huitièmes de finale, s'est imposé sur un score de 5-1.

Ligue des champions
Neymar évoque à nouveau l’affaire Alvaro Gonzalez : "Cela a eu lieu avec moi au début de saison"
09/12/2020 À 22:12
Ligue des champions
Les Parisiens fiers d'avoir montré l'exemple face au racisme : "On ne veut plus subir ça"
09/12/2020 À 20:28