Getty Images

S’affranchir de la sinistrose pour renverser Dortmund, mode d’emploi

S’affranchir de la sinistrose pour renverser Dortmund, mode d’emploi

Le 11/03/2020 à 11:02

LIGUE DES CHAMPIONS – Après trois semaines de psychodrame, le PSG va enfin en découdre avec le Borussia Dortmund en 8e de finale retour. Paris n’a qu’un but de retard sur les Allemands mais le club a connu de drôles de journées entre les deux manches. Comment sortir de ce marasme mental et se redonner confiance dans un contexte particulier lié au huis clos décidé lundi ? Explications.

De la négativité, déplorée par Leonardo au soir d'une victoire face à Lyon, à la peur, suspectée par Thomas Tuchel et une partie des Ultras massés dans le virage Auteuil un jour de succès face à Bordeaux, le Paris Saint-Germain a nagé en eaux troubles ces dernières semaines. Ces mauvaises ondes sont, comme par enchantement, réapparues à l'orée des huitièmes de finale de la Ligue des champions et ont trouvé un écho certain après la défaite de Dortmund (2-1). Défaite qui, si l'on se fie au simple résultat, ne condamne en rien le PSG, mais l'a plongé dans un abîme de perplexité et de doutes.

Avant de retrouver le Borussia pour une opération loin d'être désespérée, même devant des tribunes désespérément vides suite au huis clos décrété lundi et avec un Kylian Mbappé incertain en raison d'une angine déclarée le même jour, Thomas Tuchel et son staff se sont évertués à trouver des parades tactiques et techniques aux problèmes posés par les Allemands, afin d'éviter de buter sur la marche des huitièmes de finale pour la quatrième année de suite. Les Parisiens ont, on l'espère, aussi travaillé sur l'aspect mental des choses et un groupe qui a été touché par son revers au Signal Iduna Park. Redonner confiance à tout un groupe, c'est vital, à défaut d'être simple.

" Chasser la pression, les enjeux, sortir tout ce qui peut interférer négativement"

Comment s'y prend-on ? On l'a vu : les victoires ne suffisent pas. Dans le cas du Paris Saint-Germain, c'est une évidence. Il faut exercer un travail plus profond sur les joueurs, autant marqués par le passif du club depuis 2017 que par leur revers dans la Ruhr. Ancien entraîneur adjoint du PSG durant trois saisons aux côtés d'Artur Jorge (de 1991 à 1994) et reconverti dans la préparation mentale, Denis Troch livre ses clés : "Pour tirer le maximum de son potentiel, il est nécessaire de chasser les interférences. Chasser la pression, les enjeux, sortir tout ce qui peut interférer négativement. Cela ne veut pas dire qu’il faut être dans le déni mais c’est en être conscient qu’il peut y avoir des ondes négatives de l'extérieur mais, comme on n’a pas de levier sur elles, il est nécessaire de travailler sur ce qui est en notre pouvoir."

Neymar (PSG)

Neymar (PSG)Getty Images

Travailler sur ce qui est en son pouvoir, cela ne veut pas dire oublier la pression extérieure. Mais c'est éviter de lui donner une importance inconsidérée. A cet égard, on est en droit de se demander si Leonardo n'a pas sorti son costume de pompier un peu trop vite le soir où il s'est invité sur le plateau du CFC pour éteindre un incendie qui n'avait pas encore pris. Et n'avait aucune raison de prendre, soit dit en passant. Pour Denis Troch, créateur et directeur général de H-Cort Performance, ce n'est pas aussi simple. Leo a tenté un coup : "Lors de la Remontada, les joueurs du Barça avaient décrété que c’était jouable. Les joueurs, staff, dirigeants et journalistes se sont mis derrière cette croyance jusqu’à l’exploit. Pour créer l’exploit, il est nécessaire qu’il y ait engouement et engagement pour que tous les paramètres soient alignés. C’est sans doute ce qu’a essayé Leonardo." Raté.

Travailler sur ce qui est en son pouvoir, c'est aussi agir sur la peur, celle-là même qui a été pointée du doigt par Tuchel mais minimisée par Marquinhos. Comment fait-on pour la chasser ? D'ailleurs, est-ce vraiment souhaitable ? Avoir peur, n'est-ce pas sain, d'une certaine manière ? "La peur, la crainte ou le doute sont nécessaires et légitimes avant un événement important. C’est obligatoire. Si vous n’avez pas peur ou si vous ne doutez pas, c’est que vous n’avez pas scanné et vérifié toutes les problématiques à venir. Avoir des doutes, c'est la preuve de votre investissement cela va vous permettre de trouver des réponses au jeu, au processus, à l’adversaire et à ce qui pourrait vous arriver pendant le match. La grande difficulté, c’est si le doute arrive pendant la rencontre. Et là, c’est la gangrène."

L'exemple de Liverpool

Tout est une question de dosage. Et d'équilibre. Et, en ce moment, l'impression partagée est que tout événement - contraire ou non - se transforme en micro-drame pour Paris. Mercredi dernier, la qualification à Lyon a paradoxalement semblé faire naitre encore plus de doutes dans l'entourage du PSG. Si Paris n'a pas tout fait parfaitement, c'est une évidence le PSG a tout de même gagné 5-1 au Groupama Stadium. Cela ne devrait pas être un détail. Pourtant, le tableau parisien parait constamment noirci par son environnement.

Ce dont le club de la capitale doit s'affranchir. "Personne ne doute de la qualification de Liverpool… Pourtant, Liverpool n'a pas marqué à Madrid. Et le PSG l'a fait, rappelle Denis Troch. C’est l’interprétation qu’on fait des événements… C’est l’environnement qui rappelle au club toutes les choses qui peuvent être pénalisantes. Je ne dis pas qu’il ne faut pas l’entendre. Mais il faut s’autoriser à voir les choses différemment en interne et à se protéger. Se dire ‘ok, c’est logique que l’environnement proche puisse avoir peur ou que l’adversaire soit dans une bonne dynamique’ mais il ne faut pas être surpris. Un club doit se recentrer sur lui-même mais tout en comprenant qu’on n’a pas de levier sur l’extérieur. La presse, le public, le PSG n’a pas de mainmise là-dessus." Paris doit compter sur lui-même. Point barre. Dans un Parc des Princes désespérément vide, il n'aura de toute manière pas d'autre choix.

Vidéo - Un triplé mais pas seulement : le récital de Mbappé à la loupe

02:47
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313