Chers lecteurs,
On aurait préféré analyser le match décisif du PSG face à Basaksehir. Évoquer les exploits de Kylian Mbappé ou de Neymar ballon au pied. Raconter 90 minutes d’un match de football, un parmi tant d'autres. Faire notre métier, en somme, et partager un peu ce qui unit : la passion du football et du sport en général.
Mais de cette soirée, on ne retiendra aucun but. On ne parlera pas de sport, même si les sportifs en sont bien les héros. En 2020, à l’heure où le mouvement "Black Lives Matter" a fait le tour du monde, à l’heure où l’on pose un genou au sol pour soutenir la lutte contre l'intolérance, à l'heure où l’UEFA brocarde des spots publicitaires "No to Racism", un arbitre international officiel a dépassé les bornes, en utilisant un terme d'un autre temps. Pour parler de Pierre Achille Webo, adjoint camerounais du coach de Basaksehir, il n'a rien trouvé de mieux que de le définir par sa couleur. "Negru", en roumain.
Ligue des champions
Mardi soir, le PSG et Basaksehir ont dit non au racisme
08/12/2020 À 20:31
Sulley Muntari, Romelu Lukaku, Mido, Dani Alves, Thierry Henry, Stéphane Mbia, Mario Balotelli, Kevin-Prince Boateng ou Kalidou Koulibaly : tous, et la liste est très loin d’être exhaustive, ont vécu le racisme sur un terrain de football. Un mal qui court depuis des décennies. Pour quels résultats concrets ? Jusqu’ici, on s’indignait, on condamnait, promettait d’agir avant de passer à autre chose.
Ce mardi, ce fut différent. Grâce à des joueurs qui ont refusé de subir, une fois de plus, un énième acte raciste qu’on met sous le tapis. Ce mardi, ils ont dit stop. Avec respect et dignité. Demba Ba, Kylian Mbappé, Neymar, Presnel Kimpembe : tous ont compris qu’il ne fallait plus rien laisser passer. Tous ont quitté le terrain. Comme un seul homme.

Demba Ba, celui qui s’est élevé contre le racisme

Leur attitude les honore et rappelle que des joueurs ont un pouvoir qui peut être supérieur aux institutions censées les défendre et les représenter. Face à ça, on ne peut que dire bravo. Et merci. C’est aussi par ce genre d’actes que les choses ont une chance de changer. C’est aussi par ce genre d’actes que l’on se rend compte que le sport peut être un vecteur à la puissance inégalée pour lutter contre toutes les formes de discrimination.
Chers lecteurs, ce 8 décembre 2020 peut marquer un virage historique dans la lutte contre le racisme, dans le football mais aussi au-delà. Alors vous ne lirez pas de résultats sportifs ou votre traditionnelle antisèche. Les joueurs en ont décidé autrement et c’est bien mieux ainsi. Bravo messieurs. Et merci.
Ligue des champions
Soupçons de match truqué autour de PSG-Etoile Rouge : l'enquête classée
IL Y A 14 MINUTES
Ligue des champions
Juve - Liverpool, la peur de la saison sans C1 et de la catastrophe industrielle
IL Y A 10 HEURES