Le 7 août 2019, il était devenu un joueur de troc, une victime de la bulle spéculative qu'est le marché des transferts. Un peu plus d'un an et demi plus tard, João Cancelo est le latéral de référence en Europe. Échangé avec Danilo dans une opération gagnant-gagnant destinée à soulager les bilans financiers de Manchester City et de la Juventus, l'international portugais est désormais le rouage essentiel de la machine 2.0 bâtie par Pep Guardiola. Ce mercredi soir, à Budapest, en huitième de finale aller de la Ligue des champions, le défenseur de 26 ans a déboulonné le Borussia Mönchengladbach par une prestation remarquable. Une de plus.
Ex-latéral dévoreur de couloirs, Cancelo est désormais l'homme à tout faire de la meilleure équipe du Vieux Continent actuellement. Pur droitier mais souvent aligné à gauche pour occuper un poste pas suffisamment fourni qualitativement aux yeux de Guardiola, l'international portugais a acquis la liberté d'évoluer tantôt milieu de terrain défensif, tantôt relayeur, tantôt ailier gauche. Et s'il n'est pas franchement à l'aise avec son pied faible, il se débrouille : ce mercredi soir, les deux actions décisives sont nées de sa patte droite, clinique, précise, létale.
La preuve : Bernardo Silva, auteur de l'ouverture du score, n'a même pas eu à sauter, malgré son petit mètre 73 pour convertir le centre de son compatriote en but. "D'habitude, je ne suis pas aussi bon de la tête, a d'ailleurs confirmé l'ancien Monégasque au micro de BT Sport après la rencontre. J'ai essayé de m'entraîner dans ce domaine […] mais j'ai aussi été chanceux que João me délivre ce très bon centre."
Ligue des champions
Mendy, héros inattendu mais pas incongru
24/02/2021 À 23:06
L'ailier connaît Cancelo par cœur et l'entente a également fait mouche en deuxième période, lorsqu'à la réception d'un autre centre parfait du latéral, Silva a remisé sur Gabriel Jesus, qui a conclu.

A la table de Davies, Alexander-Arnold et Kimmich

"C'est un joueur incroyable. J'ai joué durant sept ans avec lui lorsque j'étais à Benfica, a ajouté l'ancien joyau de l'ASM, qui a vu l'évolution d'un joueur dont la palette était bien plus limitée lorsqu'il évoluait à Valence, à l'Inter ou à la Juventus. On est de la même génération, notre entente est bonne sur le terrain. Il connaît mon timing et je sais à quel point il est bon sur ce type de ballons. Sa qualité de passe est remarquable." Ce ne sont pas les statistiques qui disent le contraire : à Budapest, 100% de ses centres ont trouvé preneur.
Au four et au moulin, impressionnant physiquement, omniprésent offensivement, Cancelo s'est invité, en quelques semaines, à la table de Trent Alexander-Arnold, Alphonso Davies voire Joshua Kimmich, références du poste. Mais il est maintenant, de loin, celui dont l'impact sur le jeu de son équipe est le plus important. "Il est tellement intelligent qu'il nous apporte quelque chose de spécial pour nous faire jouer", a analysé Guardiola après le match, avant de nuancer : "Il doit aussi s'améliorer et mieux gérer ses prises de risque." Exigeant, le technicien catalan.

Bernardo Silva, Cancelo et Sterling lors de Borussia Mönchengladbach - Manchester City

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
"Qu'ils changent de métier" : Gasperini fou furieux après le rouge face au Real
24/02/2021 À 22:56
Ligue des champions
A 11 contre 10 mais sans idée, le Real s'en est remis à Mendy
24/02/2021 À 21:53