Vous les avez forcément vues passer, ces stats. Vous avez été ébahis, vous aussi, on le sait. Combien de buts, de passes décisives comptaient Cristiano Ronaldo et Lionel Messi au même âge que Kylian Mbappé sur la scène européenne ? L’écart avait de quoi donner le tournis, à raison : la précocité du Français reste l’un des phénomènes footballistiques les plus fulgurants de la décennie écoulée. Mais, malheureusement, on ne reste pas jeune prodige éternellement.
Alors, simplifions l’équation et les comparaisons par un seul chiffre : à 22 ans (il les a eus le 20 décembre dernier), combien de Ligue des champions Mbappé affiche-t-il au palmarès ? 0. A 22 ans, Lionel Messi remportait sa deuxième Coupe aux grandes oreilles, la première comme acteur principal. A 22 ans, Cristiano Ronaldo lançait une campagne personnelle ahurissante (11 matches, 8 buts) qui aboutirait sur le sacre européen des Red Devils. Si Mbappé a été très en avance, celle-ci semble avoir fondu comme neige au soleil selon le thermomètre C1.

"Depuis 2018, Mbappé ne progresse plus" : Est-on trop sévère avec lui ?

Ligue des champions
Le PSG a un territoire à marquer, une histoire à réécrire
15/02/2021 À 20:37
Produit de son époque et de son football, Mbappé aura été très haut, très tôt. Depuis, il n’a pas quitté les cimes du football mondial. Si ses baisses de forme ont pu prêter à débat, sa régularité statistique fait encore de lui l’un des meilleurs joueurs du monde. Mais Mbappé n’est toujours pas fini, et c’est tant mieux. Au très haut niveau, autrement dit en phase éliminatoire de C1 ou en sélections, le Parisien a perdu de son rayonnement depuis le Mondial 2018. Forcément, le temps est long.
  • Face au Real en 2018, il n’avait pas marqué ni été décisif dans les deux manches du 8e de finale
  • Face à Manchester United en 2019, son retour cauchemardesque a presque fait oublier son efficacité du match aller
  • Face à Dortmund en 2020, il a laissé Neymar prendre la lumière
  • Lors du Final 8, sa blessure à la cheville l’aura sans doute privé d’un rôle plus affirmé
  • Son duel raté face à Neuer en finale hante encore les mémoires parisiennes (dont la sienne)

Manuel Neuer face à Kylian Mbappé

Crédit: Getty Images

Capitaine ou lieutenant d’exception ?

En sélection, son Mondial russe et sa rentrée 2018 fracassante ont laissé la place à un casse-tête insoluble en l’état. Son pire visage, notamment en Turquie en juin 2019, aura refroidi l’enthousiasme des plus fervents partisans d’une sélection tournée autour de son talent. Sa prise de pouvoir annoncée se décale de mois en mois, sans que l’on sache si le problème vient de la formidable efficacité du duo Griezmann-Giroud ou de son incapacité à renverser complètement la table.
En 2021, quatre ans après son acte de naissance européen, il y a encore une question sous-jacente qui entoure le cas de la comète de Bondy : "On va voir si Mbappé est un capitaine ou un lieutenant, s'il peut mener son équipe ou s'il a besoin d'un fer de lance à ses côtés", résumait parfaitement Edouard Cissé vendredi dans L’Equipe. Mis sur orbite dans un rôle de phénomène encadré par un groupe qui ne dépendait pas uniquement de son rendement (à Monaco ou en Bleu), le Français reste encore capable de disparaître à des moments où il est attendu au tournant. Dans un contexte turbulent, il est en proie à des passages à vide qui le font sortir de ses matches sans jamais retrouver le fil. Difficile de réclamer "plus de responsabilités" face à cette énigme persistante : quand Mbappé réussira-t-il à briser son plafond de verre ?

Silencieux sur la remontada, DJ hyperactif par ailleurs : que devient Deniz Aytekin ?

Léthal plutôt que spectaculaire

Ce mardi, pas de doute, il sera le leader de ce PSG privé d’Angel Di Maria et Neymar, ses deux pourvoyeurs de caviars habituels. Au Camp Nou, Mbappé s’avancera pour la première de son histoire parisienne sans l’un des deux hommes en match éliminatoire de C1.
Dès lors, le schéma de jeu parisien et les forces barcelonaises semblent pointer tous les doigts en sa direction : de sa capacité à exploiter parfaitement les espaces catalans dépendra en grande partie le sort du PSG dans cette double confrontation. Pour cela, il lui faudra devenir léthal plutôt que spectaculaire.

Carnage en contre et duo Griezmann-Messi à museler : les clés tactiques de Barça-PSG

Une nécessité qu’il a parfois eu du mal à mettre en musique quand les projecteurs étaient braqués sur lui. "Il lui faudra avoir le recul pour ne pas en faire trop, ce qui va être dur pour lui, affirme d’ailleurs Éric Rabesandratana, suiveur du PSG et ancien capitaine du club à l’AFP. Dans l'esprit, c'est bien, mais justement il faut qu'il laisse le jeu aux autres et que lui se réserve pour finir les actions".
Dans sa quête de sommets et d’éternité, il a souvent eu tendance à singer Neymar, pour le meilleur et pour le pire. Mais Kylian n’a finalement pas grand-chose à voir avec la star brésilienne, si ce n’est une technique et une explosivité ahurissantes. Les ressorts de leurs jeux sont finalement assez différents et donc très complémentaires, ce que Mbappé a voulu effacer en l’absence de son compère. "ll s'éparpille trop [quand il cherche à faire le jeu, NDLR], complète Rabe. S'il veut construire le jeu, il y perd de l'énergie et de l'efficacité. Il a envie d'avoir plus de responsabilités, d'amener plus à l'équipe, mais qu'il se concentre sur ses grandes qualités: la finition, être décisif".

De Pérez à Neymar, tout le monde n’aura d’yeux que pour lui

En conférence de presse, Mauricio Pochettino et sa langue de bois ne se sont pas trop attardés sur le cas Mbappé. Tout juste a-t-il précisé qu’il attendait "toujours la même chose des grands joueurs, qu'il remplisse leur part du travail", se disant ravi de son entente avec Mbappé jusqu’à présent. Une manière de ne pas surexposer son attaquant, dont la prestation sera épiée de tous.
De son rendement dépend forcément la suite de sa saison et, à moyen-terme, de sa carrière. Briller au Camp Nou, c’est l’assurance de voir le Real toquer à la porte avec la ferme intention de faire une folie pour avoir son nouveau joyau. Briller au Camp Nou, c’est la possibilité de rééquilibrer une balance qui penche un peu trop du côté de Neymar à Paris ces dernières semaines. Briller au Camp Nou, c’est la garantie de renouer avec une histoire européenne qui s’est quelque peu endormie. Alors, pour lui comme pour le PSG, vivement le réveil.
Ligue des champions
Balayé, le Barça doit se repenser : "Ça doit être un tournant pour changer beaucoup de choses"
IL Y A 5 HEURES
Ligue des champions
Pas de miracle à Munich : le Barça se fait gifler et prend la porte
IL Y A 6 HEURES