Paris le sait mieux que personne : la qualification n’est jamais acquise avant le coup de sifflet de final du match retour. Il y’a un mois, le PSG s’était fait peur au Parc des Princes, lors de la réception de Barcelone en huitième de finale retour de la Ligue des champions, après s’être largement imposé lors de la manche aller en Catalogne (1-4). Mardi, les hommes de Mauricio Pochettino ne veulent pas aborder leur deuxième round face au Bayern Munich de la même manière.

Paris dans la peau de l’outsider

A la veille du quart de finale retour, Mauricio Pochettino a donné le ton en conférence de presse : "Je pense toujours que c’est du 50/50. Les deux équipes peuvent passer. On respecte beaucoup le Bayern qui est pour moi la meilleure équipe d’Europe". Pas d’excès de confiance, donc. Et surtout un refus de se mettre dans le costume du favori, malgré le succès en Bavière lors du match aller : "Ça ne me dérange pas qu’on parle d’exploit parce qu’on connaît le favori. C’est (le Bayern, ndlr) le champion en titre. Nous sommes l’outsider."
Ligue des champions
Paris a bien grandi, désormais il doit travailler son identité
HIER À 23:55

Un quadruplé, un chef-d'œuvre, un acte de naissance : Le top 5 des matches de Mbappé

N’ayons pas peur des mots : la victoire au match aller a bien des allures "d’exploit", au vu de la machine qu’est le Bayern Munich et tant Paris a subi et souffert. Quelques minutes après ce succès en Bavière, Leonardo s’était d’ailleurs déjà penché sur le match retour au micro de Sky Italia : "Nous devons aborder le match retour différemment, pour savoir mieux le gérer que lorsque nous avons rencontré Barcelone."
Alors, comment le PSG va-t-il aborder ce match retour ? Questionné sur ce sujet en conférence de presse lundi, Mauricio Pochettino n’a pas semblé être enclin à bouleverser ses plans : "On ne va ne pas changer grand-chose, surtout pas notre philosophie et nos idées de jeu." Par ailleurs, le tacticien est persuadé que son homologue bavarois restera sur un plan de jeu quasi similaire à celui du match aller : "Pour parler de tactique, il nous faudrait des heures. Ce seront deux équipe qui suivront leurs lignes directrices."

Pour Paredes et Verratti, Pochettino prend l’exemple de Barcelone

Pour l’entraîneur parisien, en poste depuis le début de l’année 2021, la clé ne se trouve pas dans l’approche tactique de la rencontre et sur le onze aligné. Questionné sur ce que pourraient changer Leandro Paredes et Marco Verratti par rapport au match aller, où les deux joueurs étaient absents, Pochettino a assuré que le déroulement du match retour ne dépendait pas d’eux. "Ce n’est pas une question de nom, c’est une question d’attitude collective", a tout simplement déclaré l’Argentin, en prenant l’exemple du huitième de finale retour contre Barcelone, où la présence des deux hommes sur le terrain n’a pas empêché les Parisiens de beaucoup subir.
Sur ce point, difficile de ne pas donner raison à Mauricio Pochettino, tant le PSG avait été asphyxié et privé de ballon pendant toute la première période de ce match retour face au Barça, et ce malgré la présence sur la pelouse des deux joueurs cités plus haut. Mais quand on voit la prestation rouge et bleu dans l’entrejeu à Munich, où d’innombrable ballons ont été perdus faute de qualité technique dans la conservation et la transmission, il est légitime de se demander la présence de Paredes et de Verratti ne permettrait pas aux Parisiens de respirer un peu et de mieux maitriser les débats. Si le premier, suspendu à l’aller, devrait être titulaire, un gros doute subsiste sur la présence de l’Italien dans le onze de départ mardi.
C’est sûr qu’une équipe comme elle va nous mettre en difficulté
Mais au-delà du onze aligné, c’est avec un état d’esprit irréprochable que les Parisiens pourront valider leur ticket pour le dernier carré de la C1 mardi. Mauricio Pochettino a bien insisté sur ce point en conférence de presse d’avant match : "Je parlais de l’attitude collective pour garder le ballon, mais aussi de l’aptitude. On aura besoin des deux. Le Barça, c’est du passé. Le Bayern, c’est le match de demain, face à la meilleure équipe du monde. C’est sûr qu’une équipe comme elle va nous mettre en difficulté", a d’ailleurs concédé l’entraîneur parisien. "C’est dans ces moments qu’il faut montrer la force, la solidarité et la solidité pour affronter ces moments."
Paris ne devrait vraisemblablement pas modifier son approche tactique lors de ce quart de finale retour, et semble avoir accepté de contenir les multiples assauts bavarois à venir. A en croire Mauricio Pochetino, tout se joue dans la tête. Mardi, les premières minutes de la rencontre donneront rapidement un aperçu de l’état d’esprit dans lequel seront ses hommes. Et, aux alentours de 22 heures 45 (ou plus tard), l’issue de cette double confrontation donnera raison ou non à l'entraîneur parisien.

Le paradoxe Neymar : "En C1, il est dans l'efficacité, en L1, il est dans la facilité"

Ligue des champions
Leonardo garde le moral : "Je suis optimiste pour le futur"
HIER À 22:22
Ligue des champions
"C'était bien que Mbappé ne joue pas ce soir" : Guardiola satisfait des détails favorables à City
HIER À 22:07