Il n’avait mis que trente-deux jours. Le 25 janvier dernier, un peu plus d’un mois après s’être fait licencier du Paris Saint-Germain le jour du réveillon de Noël, Thomas Tuchel rebondissait Outre-Manche, à Chelsea. Au moment de sa signature chez les Blues, de nombreux observateurs du club londonien, et du ballon rond dans sa globalité, s’accordaient à dire que le coup était bien senti par les dirigeants londoniens, tant l’Allemand semblait correspondre aux besoins du club et au championnat anglais. Force est de constater qu’ils ne se sont pas trompés.

Klopp, Guardiola, Ancelotti, la liste s’allonge…

Quand Thomas Tuchel pose ses valises à Londres, Chelsea est 9e de Premier League, à douze points du leader Manchester United. Mais surtout, le club londonien est incapable de remporter un match face à un "gros" de Premier League. Jusqu’à la nomination de l’Allemand, les Blues affichaient un terrible bilan face aux meilleures équipes du championnat anglais : en cinq rencontres (face à Arsenal, Everton, Tottenham, Manchester United et Liverpool), ils n’avaient pris que deux points sur quinze possibles, et n’avaient inscrit qu’un petit but.
Ligue 1
200 millions d'euros : l'improbable pactole du Real pour Mbappé
HIER À 12:03

Le Chelsea de Tuchel, tout l’opposé de son PSG

Désormais, ces statistiques désolantes appartiennent à l’histoire ancienne. Ni Ancelotti, ni Klopp, ni Guardiola ni Mourinho n’ont réussi à vaincre le Chelsea de Thomas Tuchel. Mieux encore : les Blues n’ont pas encaissé le moindre but face à ces cadors de Premier League. Ces gros matches ne sont pas des cas isolés, et les statistiques le prouvent : Chelsea a réalisé 16 clean sheets en 21 matches officiels sous les ordres de l'entraîneur allemand. Et ce n’est pas tout, puisque Tuchel est devenu le premier entraîneur à enchaîner dix matches à l'extérieur sans la moindre défaite avec les Blues. Rien que ça.
C’était d’ailleurs l’un des chantiers de Thomas Tuchel en arrivant à Londres : solidifier la défense du club londonien, bien trop souvent à l’agonie jusqu’à son arrivée. Avec son 3-4-2-1, qui ressemble surtout à un 5-3-2 en phase défensive, l’entraîneur allemand a fait de Chelsea l’une des meilleures défenses de Premier League. Seul Manchester City encaisse moins de but que les Blues en championnat cette saison.

Séduire d’entrée, Tuchel sait le faire

Avec ses idées et ses approches tactiques qui lui sont fidèles, Tuchel a redonné un second souffle à Chelsea. Solides derrière, rapides dans les transitions offensives et pressants sur le porteur du ballon, les Blues ont changé de visage en quelques semaines et ont retrouvé une place digne de leurs ambitions. Une métamorphose incarnée par certains joueurs, dont Mason Mount, très bon sous la tunique londonienne depuis plusieurs semaines maintenant. En championnat, désormais, Chelsea est quatrième...
Si le tacticien a remis Chelsea à l’endroit en championnat, il a également réussi à hisser le club dans le dernier carré de la Ligue des champions. Avec la manière, qui plus est, après avoir éliminé l’Atlético de Madrid en huitièmes de finale et maîtrisé Porto lors des quarts. La dernière demi-finale de Ligue des champions disputée par le club londonien remonte à 2014, lorsque Chelsea venait d’éliminer le PSG sur un but de Demba Ba. Thomas Tuchel a mis fin à sept années de disette.

Changer en pleine année, ça a déjà souri à Chelsea

Il faut croire que l’entraîneur allemand est adepte des départs canons avec ses nouveaux clubs. Lorsqu’il a pris les rênes du Paris Saint-Germain à l’été 2018, Thomas Tuchel a connu des premiers mois plus qu’encourageants avec le club de la capitale française. En mettant en place un jeu séduisant, en étant proche de ses stars et en offrant au public parisien de belles soirées européennes, contre Liverpool notamment, le tacticien avait mis tout le monde d’accord. Jusqu’à l’élimination qu’on pourrait qualifier d’humiliation, face à Manchester United au Parc des Princes au mois de mars 2019.
Nul ne sait si Thomas Tuchel connaîtra une désillusion comparable avec Chelsea. Le bilan européen des Blues sera quoi qu’il arrive positif, tant les Londoniens partaient de loin avant l’arrivée de l’Allemand. Mais Chelsea a aussi le droit de rêver : la seule fois que Chelsea a soulevé la Ligue des champions, c’était sous les ordres d’un entraîneur arrivé en cours de saison, Roberto Di Matteo. Et si Tuchel réitérait l’exploit ? Pour cela, ses hommes devront réaliser une grosse performance mardi sur la pelouse du Real Madrid, là où Liverpool a échoué il y a trois semaines.

Roberto Di Matteo avec Chelsea

Crédit: Getty Images

Premier League
Après dix ans au Real, Varane relève le défi MU
27/07/2021 À 18:19
Premier League
Dénouement en vue pour Varane, le Real prêt à le laisser filer à Manchester United
25/07/2021 À 16:24