Sont-ils intouchables ? Même dans un mauvais soir ? La question mérite d'être posée après la défaite de mercredi soir contre Manchester City où Neymar et Kylian Mbappé sont restés jusqu'au bout sur la pelouse du Parc des Princes (1-2). Le champion du monde tricolore, si étincelant face au FC Barcelone ou contre le Bayern Munich à l'aller, a pourtant passé une soirée bien terne. Incapable de faire des différences dans ses un contre un et de prendre la profondeur pour mettre à mal la défense mancunienne, on ne l'a presque pas vu.
De son côté, Neymar n'a pas été beaucoup plus dans la lumière, baissant de rythme au fil du match. Mais Mauricio Pochettino a préféré les conserver jusqu'au bout. Qu'importe leur état de forme ce soir-là. Pendant ce temps-là, Angel Di Maria, le Parisien le plus inspiré dans le secteur offensif face aux Citizens, a dû céder sa place à la 80e alors qu'il ne s'économisait pas pour aider ses partenaires derrière. Un choix surprenant ? Pas tant que ça.

"Le piège Neymar-Mbappé s'est refermé sur le PSG"

Ligue 1
50 millions et une étrange banderole : Pogba focalise l'attention au PSG
IL Y A 17 HEURES

En C1, Neymar et Mbappé jouent le maximum de minutes possibles

Il faut déjà remarquer que ce n'est pas juste l'apanage de Mauricio Pochettino. Avant lui cette saison, Thomas Tuchel avait les mêmes habitudes avec ses deux stars quand il était sur le banc parisien. Sauf blessure pour le Brésilien contre Istanbul, Neymar et Kylian Mbappé ne sont jamais sortis avant la 90e minute en Ligue des champions. Ils ont certes quitté la pelouse à certaines reprises avant le coup de sifflet final. Mais c'était à chaque fois dans le temps additionnel, pour les toutes dernières minutes ou secondes (ndlr : contre Leipzig au retour ou pour Neymar face au Bayern à l'aller). Et si cela se comprend sur les derniers matches européens, c'était moins justifiable ce mercredi soir tant ils ont été loin de meilleur niveau.
Alors intouchables ? Cela y ressemble. Et ce n'est pas si étonnant. C'est une question de statut mais aussi de profils. Les joueurs de cette trempe ont déjà évidemment à cœur de rester le plus longtemps sur les prés pour avoir le plus de chance de s'illustrer sur la plus belle scène européenne. Et surtout - même en sortant des questions d'ego -, il est difficile pour un coach de s'en priver même pour quelques minutes.

Neymar lors de PSG - Manchester City

Crédit: Getty Images

Messi, Ronaldo, de Bruyne, Haaland : tous à la même enseigne

Même s'ils ne sont pas au sommet de leur art – et c'est un doux euphémisme pour évoquer leur match de mercredi notamment après la pause -, des stars comme Ney et Mbappé peuvent toujours faire la différence sur un geste, une accélération ou une inspiration. C'est ce qui les rend à part. Et complique leur management, même si Pochettino a alors accepté d'apparaître bien passif devant la noyade de son équipe face à City.
Ce choix fait au détriment du collectif peut agacer. N'est-ce pas contre-productif pour une équipe de continuer coûte que coûte avec des joueurs hors du coup ? Peut-être. Mais ce n'est pas nouveau dans le monde du football. Et le PSG n'est pas le premier ou le seul à réserver ce genre de traitement de faveur à des stars. Demandez actuellement à la Juventus Turin, où Cristiano Ronaldo est dans une mauvaise passe mais ne sort jamais malgré ses 36 ans. Ou au FC Barcelone où Lionel Messi a disputé tous les matches de C1 dans leur intégralité et n'est sorti que deux fois en Liga cette saison.
Pourtant souvent protégé alors qu'il a régulièrement eu des pépins physiques, Kevin de Bruyne, le bourreau de Manchester City des Parisiens, n'a lui plus quitté la pelouse avant la fin dans les matches à élimination directe. Même le jeune Erling Haaland est logé à la même enseigne à Dortmund (ndlr : jamais remplacé en C1, une seule fois en Bundesliga). Composer avec des joueurs d'une autre dimension revient souvent à accepter ce genre de compromis quand on est technicien. Mais est-ce vraiment des compromis quand on possède des joueurs de ce talent, aptes à basculer le sort d'un match à tout moment même dans un mauvais soir ? La particularité de Paris est peut-être que Pochettino en possède deux dans le même secteur. Et quand les deux ne sont pas inspirés, cela devient un vrai souci. Comme mercredi soir.
Ligue 1
Wijnaldum explique son choix : "Je démens avoir choisi le PSG pour l'argent"
22/07/2021 À 12:01
Matches amicaux
Beaucoup de jeunes, quelques cadres et un succès au finish : le PSG sourit contre Augsbourg
21/07/2021 À 18:54