Un but en finale de Ligue des champions et tout prend une autre tournure... Kingsley Coman, longtemps plombé par les blessures et encore incertain mercredi contre la Lazio, a enfin trouvé une certaine maturité au Bayern Munich, proche de se qualifier pour les quarts. "Il n'y a pas de doute, depuis ce jour à Lisbonne, ma confiance en moi a augmenté et je joue encore mieux", a récemment déclaré l'ailier français, convaincu que c'est son but, synonyme de sacre européen face au Paris SG en août (1-0), qui lui a donné des ailes.
Mardi matin, il a été dispensé d'entraînement en raison d'une douleur musculaire. Son entraîneur Hansi Flick s'est donné 24 heures pour décider de l'aligner ou non, dans un match dont le Bayern sera archi-favori, après la correction infligée aux Romains à l'aller (4-1). "Pour moi il est l'un des meilleurs du monde à son poste", dit de lui le technicien. "Il a pris confiance dans ses capacités. Ce que nous voulons voir de lui, il le fait bien, et il est associé à beaucoup de nos buts."

Kingsley Coman fête son but lors de PSG - Bayern, en finale de C1

Crédit: Getty Images

DFB-Pokal
Le match du Bayern reporté à cause du Covid-19, deux joueurs touchés à Dortmund
IL Y A 6 HEURES

Le tacle de Flick

Six buts, dont trois en Ligue des champions, et surtout 13 passes décisives jalonnent déjà sa saison. En octobre, il avait mis K.-O. l'Atlético Madrid presque à lui seul (4-0) avec deux buts et une passe décisive lors du premier match de la phase de poule. Mais Flick, fin psychologue, l'avait rattrapé au vol lors de la conférence de presse d'après-match: très bien, avait-il dit en substance, mais briller sous les projecteurs de la Ligue des champions ne suffit pas. "Nous le lui avons dit 'il faut le faire (aussi) en Bundesliga', on doit attendre cela d'un joueur de sa qualité aussi dans les autres compétitions", avait-il taclé.
Aiguillonné, Coman a fait mieux que réagir: il a pris une dimension nouvelle dans l'équipe et doublé la concurrence. "J'ai beaucoup gagné en maturité", confirme l'ancien Parisien (24 ans), arrivé au Bayern en 2015, à tout juste 19 ans. "J'ai acquis beaucoup d'expérience, je pense que je suis dans la meilleure période de ma carrière, je connais bien mon corps."
Et c'est sans doute là le constat le plus important, pour un joueur au talent fou mais dont le début de carrière a été haché par les blessures. En 2018, deux déchirures ligamentaires consécutives à la cheville gauche l'ont contraint à quasiment neuf mois d'arrêt, et privé d'une convocation au Mondial-2018 en Russie. Pendant que ses actuels coéquipiers du Bayern, ses compatriotes Corentin Tolisso, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez soulevaient, eux, la Coupe du monde.

Manuel Neuer et Kingsley Coman

Crédit: Getty Images

Invendable
Coman rêve désormais d'entrer dans l'Histoire en gagnant une deuxième fois de suite la Ligue des champions: "avec cette équipe, nous pouvons marquer une époque", assure-t-il. "Nous sommes jeunes ou à l'âge de la maturité, nous avons encore du temps. Nous pouvons et voulons défendre notre titre." Son président Karl-Heinz Rummenigge l'a déclaré "invendable": "Kingsley est aujourd'hui un joueur de très haut niveau, extrêmement précieux pour le Bayern. Il fait souvent la différence, et dans les moments importants", souligne-t-il.
Reste à savoir combien de temps le destin de ce joueur formé au PSG restera lié à celui du "Rekordmeister". Selon le magazine allemand Kicker, généralement très bien informé, le Français sous contrat jusqu'en 2023 vient de refuser une offre pour prolonger jusqu'à 2026.
Aucun détail sur les négociations n'a fuité mais, selon un tableau estimatif des salaires au Bayern publié en mars par la chaîne Sky, Coman serait actuellement le moins bien payé des quatre ailiers du club, avec 8 millions d'euros par an, très loin des 18 millions de Leroy Sané, et derrière Douglas Costa (12 M) et Gnabry (9 M). De nouveaux exploits cette année en C1 feraient inévitablement monter les enchères.
Football
Pour la première de Nagelsmann, le Bayern tenu en échec par l'Ajax
24/07/2021 À 17:18
Bundesliga
150 millions de perte de recettes pour le Bayern ?
05/07/2021 À 15:36