L’Olympique de Marseille a retrouvé le sourire, samedi, en battant Nantes (3-1) dans une Ligue 1 définitivement plus à sa taille que la Ligue des champions. Mais mardi, le club olympien sera déjà de retour sur la scène européenne, où il devra faire face à ses démons au moment de la réception de l’Olympiakos (21h00). Un voyage au Pirée qui avait été le point de départ d’une aventure catastrophique. Après quatre journées, l’OM est dernier, sans aucun point glané ni but marqué. Et évidemment, il est éliminé.
Vous voulez vous abonner à Eurosport ? Profitez de notre offre Black Friday

Encore 5,4 millions d’euros à aller chercher

Ligue 1
Sans envie, l'OM s'est remis en mode survie
30/04/2021 À 22:33
Alors, quel levier reste-t-il à Marseille pour se réveiller ? L’honneur ? Il a déjà été bafoué et son triste record de 13 défaites consécutives en C1 va lui coller au maillot pendant de nombreuses années. La perspective d’être reversé en Ligue Europa ? Elle n’intéresse guère André Villas-Boas, farouchement opposé à ce système de reversement des troisièmes. Non, ce qu’il reste à l’OM est peut-être - du moins il doit l’être - un besoin beaucoup plus primaire : l’argent.

André Villas-Boas, en conférence de presse avant le match opposant le PSG à l'Olympique de Marseille, le 11 septembre 2020

Crédit: Getty Images

Venons-en aux faits. Si l’UEFA n’a pas encore communiqué les dotations pour cette édition de la Ligue des champions, c’est un total de 1,95 milliard d’euros qui ont été partagés entre les 32 participants la saison dernière. L’OM a évidemment droit aux 15,2 millions d’euros de participations mais peut d’ores et déjà s’assoir sur ses 9,5 millions d’accession aux huitièmes de finale. Entre les deux, il y a six matches, en l’occurrence plus que deux, qui sont aussi utiles pour renflouer les caisses.

Lucrative Ligue Europa

Les primes de résultat étaient les suivantes lors du dernier exercice : 2,7 millions d’euros par victoire, 900 000 euros par match nul. Marseille est donc passé, grossièrement, à côté de 12 points… et 10,8 millions d’euros jusqu’ici. Tout simplement énorme. Il lui reste 5,4 millions à aller chercher d’ici la fin de cette phase de groupes, ce qui impliquerait une victoire contre l’Olympiakos puis contre Manchester City. De manière à peine plus raisonnable, quatre points et 3,6 millions seraient déjà un petit exploit.

Luiz Gustavo (Marseille) lors de la finale de la Ligue Europa

Crédit: Getty Images

Mais ce n’est rien à côté de ce que l’OM peut toucher en étant reversé en Ligue Europa. À l’issue de son parcours en 2018, qui l’avait vu échouer en finale, le club olympien avait touché près de 23 millions d’euros, phase de poules comprise. Leipzig, reversé cette année-là de Ligue des champions, était reparti avec 6 millions d’euros après s’être arrêté en quart de finale. L’Atlético, également reversé, avait touché plus de 16 millions d’euros pour sa victoire finale.

L'OM dans le rouge

Une donnée que le club phocéen est obligé d’avoir en tête, étant donné sa situation financière. Faisons un bond en arrière. Le 19 juin dernier, il soufflait après avoir appris la décision de l’UEFA de ne le sanctionner "que" financièrement pour son non-respect des règles du fair-play financier. Trois millions d’euros d’amende, 15% de ses revenus issus des compétitions européennes retenus par l’instance européenne lors des deux prochaines saisons, mais pas d’interdiction de participer à la C1. Pour le moment.
Car une chose est sûre, l’OM est toujours dans le rouge financièrement. Selon Mediapart, son déficit à l’issue de l’exercice 2019-2020 dépasserait les 127 millions d’euros. Avec des tribunes vides et la seule vente de Bouna Sarr cet été (8 millions d’euros), on voit mal comment les choses se seraient améliorées depuis.
Le moral dans les chaussettes, c’est une évidence. Les considérations éthiques de Villas-Boas, qui estimerait "honteux" et "pas digne" un reversement après de telles prestations en C1, peuvent s’entendre. Une envie de ne pas surcharger son calendrier, alors que la possibilité de titiller le PSG en Ligue 1 existe, est également recevable. Mais cet OM-là n’est pas en position de choisir. Et plus que simplement sauver l’honneur, il doit penser à son compte en banque.

Joker Braithwaite, zéro de l’OM et disette de Mbappé : les tops et flops

Ligue 1
Marseille se complique la vie pour l'Europe
30/04/2021 À 20:55
Ligue 1
Un défi réussi, déjà un autre dont il se méfie : Sampaoli face à l'énigme Payet
29/04/2021 À 23:11