Il y a des soirs, comme ça, où rien ne va. A l'image des autres clubs français, le PSG a lui aussi été battu en Ligue des champions ce mercredi soir. Réduits à neuf, les hommes de Thomas Tuchel ont vécu un cauchemar face à Leipzig (2-1). C'est (déjà) leur deuxième défaite dans cette phase de groupes de C1 après celle face à Manchester United lors de la première journée. De quoi fragiliser un peu plus la position du technicien allemand ?

"Est-ce que je me sens en danger ? Non. Est-ce qu’il y a un problème au club ? Non", a répondu ce dernier au micro de RMC Sport après la rencontre. Avant d'expliquer les raisons de ce revers : "C’est difficile d’expliquer ce qu’il s’est passé, on a manqué le deuxième but, et après on a concédé un penalty. Et puis on prend un rouge, et ça devient difficile à dix… Ça fait trop de situations défavorables, ça fait la différence, a assuré Tuchel (...) On a joué contre une équipe qui était leader de Bundesliga la semaine passée. On a fait un bon match, on aurait pu mener 2-0. C’était plus difficile en deuxième période mais on manque de joueurs, on manque de rythme. C’était un match très serré."

Ligue des champions
Le progrès, l'arme avec laquelle Rashford compte se mettre à hauteur de Mbappé
IL Y A 13 HEURES

La situation de Tuchel est-elle intenable ? "Si c’est pour continuer sept mois comme ça…"

Pour Tuchel, son groupe est avec lui

Avec trois points au compteur, le PSG n'est pas vraiment en bonne posture pour se qualifier en huitièmes de finale. Mais rien n'est encore perdu. "Ce sont des duels directs qu’on peut encore remporter, si on gagne 1-0 ou 2-0 au Parc. On a toujours notre destin en mains, il ne faut pas douter", a prévenu le technicien allemand, certain que son groupe est toujours avec lui. "C’est le même groupe qui est premier en Ligue 1. On est ensemble, c’est le sport, il y a des phases difficiles".

Lui aussi interrogé au micro de RMC Sport, Marquinhos a confirmé cette version. "On est soudés. Sur le terrain, il faut qu'on se batte. C'est tout. Il faut qu'on arrête, qu'on bosse tous, qu'on arrête de laisser des points. Bien sûr qu'on soutient le coach, il a fait la meilleure saison de l'histoire. Le foot n'a pas de patience mais pour moi, le coach, tous, on doit se concentrer (...) Dans le foot, on n'a pas trop le temps mais on a confiance en notre coach", a expliqué le capitaine parisien. Ses dirigeants pourront-ils en dire autant ?

Ligue des champions
Sans Thiago Silva, c'est l'opération portes ouvertes au PSG
IL Y A 13 HEURES
Ligue des champions
Paris, rêve ou cauchemar : tout se joue à Old Trafford
IL Y A 13 HEURES