Paris a souffert. Paris a été malmené. Paris a parfois été martyrisé. Mais Paris est libéré et surtout qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions après son match nul face au Barça (1-1), ce mercredi soir, au Parc des Princes. Sauvés à de nombreuses reprises par Keylor Navas, les hommes de Mauricio Pochettino ont probablement vu passer le spectre d'une nouvelle (et improbable) remontada. Cette fois, le pire a toutefois été évité.
Ça fait du bien
"Ma colère à la pause ? Je crois qu'en première période nous avons trop gambergé sur le terrain, a expliqué le technicien parisien à RMC Sport. On ne pensait pas au jeu mais à cette qualification. Je leur ai dit. Il y avait trop d'influences négatives (...) Evidemment, nous n'étions pas contents de la première période mais les joueurs étaient les premiers à ne pas l'être. Parfois, ce genre de choses arrivent, mais en seconde période nous avons davantage rivalisé, nous avons été mieux et nous nous sommes qualifiés. C'est le football, il faut aussi savoir souffrir. L'important, c'est d'y croire, d'éloigner toutes ces pensées négatives."
Ligue 1
Wijnaldum explique son choix : "Je démens avoir choisi le PSG pour l'argent"
HIER À 12:01

Comment Koeman a piégé Pochettino

Forcément heureux, Nasser Al Khelaïfi a parlé de sa "fierté" de rejoindre les quarts de finale. "Moi, j'ai oublié ce qui s'est passé il y a quatre ans (sourire). L'histoire va rester, mais on a joué et on a sorti le grand Barcelone, on est content", a confié le président parisien. La remontada est-elle définitivement effacée des mémoires parisiennes avec cette qualification du soir ? "Ça fait du bien, après tout ce qu'on a subi, pas que contre le Barça, mais contre Manchester encore une fois", a répondu le capitaine Marquinhos à RMC Sport.
Enfin, Pochettino, lui, a également eu un mot pour son héros du soir : Keylor Navas. "Il a fait un match énorme, ses actions prouvent toutes ses qualités. C'est un top gardien mondial et ça s'est vu ce soir", a lâché l'entraîneur argentin, comme émerveillé par la performance de son portier. Sans lui, l'histoire aurait probablement été toute autre... Mais quatre ans plus tard, Paris a trouvé son ange gardien.

"La différence par rapport à 2017, c’est Navas"

Matches amicaux
Beaucoup de jeunes, quelques cadres et un succès au finish : le PSG sourit contre Augsbourg
21/07/2021 À 18:54
Ligue 1
Bonne nouvelle pour Paris : Bernat a repris l'entraînement collectif
19/07/2021 À 21:33