Puisqu'à l'heure de faire les comptes, on ne pourra pas vraiment faire autrement, la carrière de Lionel Messi, aussi éclatante et unique qu'elle soit, sera jugée et comparée d'abord et avant tout avec celle de Cristiano Ronaldo, l'autre géant de la génération. Et s'il y a bien un domaine où le Portugais a pris de l'avance, c'est dans sa faculté à signer des grands matches de Ligue des champions quand ses équipes en ont besoin. A lui tout seul, ou presque, il aura renversé le cours des choses :
  • Avec Manchester dès 2007, lors du quart de finale retour face à la Roma (7-1) où il inscrit un doublé après avoir perdu l'aller (2-1).
  • Avec le Real en 2016, face à Wolfsburg (3-0) où son triplé a permis d'effacer la débâcle en Allemagne (2-0).
Trophée des Champions
Cyclisme, F1... et le foot : Adams, le milliardaire à la manette du Trophée des champions à Tel-Aviv
IL Y A 3 HEURES
  • Avec la Juve en 2019 où il terrasse l'Atlético de Simeone d'un triplé (3-0) après un match aller fantomatique (2-0).

Moise Kean, Cristiano Ronaldo - Juventus-Atlético Madrid - Champions League 2018/2019 - Getty Images

Crédit: Getty Images

Messi est loin d'avoir à ce point forcé le destin du Barça dans son histoire quand il avait déjà un pied dans la tombe comme ce mercredi à l'heure de se rendre au Parc (défaite 1-4 à l'aller). La remontada face au PSG en 2017, malgré son but sur penalty, est avant tout l'œuvre d'un formidable Neymar ce soir-là et ne porte pas vraiment sa signature.
Et il faut remonter à 2011 et un doublé face à Arsenal en 8e de finale retour après une défaite à Londres (2-1) ou 2013 avec un doublé face à l'AC Milan (4-0) après un revers en Italie (2-0) pour trouver trace d'un Messi qui ressuscite son club. Ces dernières années, il a même eu tendance à être englouti par la médiocrité de ses coéquipiers après avoir fait le boulot à l'aller. Ce fut le cas à Liverpool en 2019 (3-0, 4-0) et à Rome en 2018 (4-1, 3-0) pour deux éliminations en forme d'humiliation.

L'atout dans la manche de Laporta pour garder Messi

Peut-il rester dans un club qui n'a plus atteint une finale de C1 depuis 2015 ?

La mission que lui propose ce retour face au PSG semble impossible. Réussie, elle serait d'autant plus homérique pour un Messi si discret à l'aller et qui se cherche un frisson européen depuis plusieurs saisons désormais. Homérique et symbolique. Car elle étirerait pour quelques temps encore son parcours européen sous le maillot catalan. Car ce mercredi, même s'il se refuse à en parler, le plus grand joueur de l'histoire du FC Barcelone jouera peut-être son dernier match de Ligue des champions sous les couleurs de son club de toujours.

Luis Suarez, Lionel Messi et Neymar avec le trophée de la Ligue des champions, après la victoire de Barcelone sur la Juventus - 2015

Crédit: Panoramic

Or ce sont bien cette compétition et ce club qui ont fait de lui ce qu'il est aujourd'hui, à savoir l'un des plus grands de l'histoire. C'est une page d'histoire qui pourrait se tourner Porte d'Auteuil. Peut-il rester dans un club qui n'a plus atteint une finale de C1 depuis 2015 et dont la compétitivité s'érode saison après saison ? Après les deux humiliantes remontadas de 2018 et 2019 et la leçon infligée par le Bayern l'an passé (8-2), une nouvelle débâcle européenne, et face au PSG qui fait figure de potentiel point de chute pour l'Argentin, accréditerait un peu plus la thèse d'un départ pour qu'il ne s'assoit pas définitivement sur ses ambitions de fin de carrière et qu'il remette son club à une place honorable en Europe.
C'est aussi, et avant tout, contre cette fatalité que se battra Lionel Messi. Un combat, peut-être son ultime avec les Blaugrana, qui décidera de l'avenir des Catalans en C1 cette saison.
Trophée des Champions
"On va enfin pouvoir jouer sur les côtés" : Hakimi, entre belles promesses et grande attente
IL Y A 3 HEURES
Trophée des Champions
PSG - Lille, choc édulcoré pour un premier trophée
IL Y A 3 HEURES