Jean-Baptiste Duluc : PSG - Bayern : 2-2

Il y a quelque chose de quasi inéluctable avec le PSG et sa capacité à se faire peur. Parfois, jusqu’à craquer, comme de la remontada face à Barcelone. Et, parfois, les Parisiens réussissent à se reprendre juste ce qu’il faut pour passer, comme cela a été le cas face à l’Atalanta lors du Final 8. Et je ne vois pas pourquoi cela changerait. L’aller a certes tourné en faveur de Paris mais cela était plus dû à une efficacité clinique qu’à une quelconque domination. Bien au contraire. Le Bayern avait été maitre de son jeu et sûr de sa force mais avait payé très cher son inefficacité et ses oublis défensifs, qu’il n’aura pas gommé en une semaine.
Les absences de Lewandowski et de Gnabry se ressentent dans la zone de vérité et la défense bavaroise est loin du mur qu’elle formait l’an passé. Mais la force collective du Bayern risque encore une fois de poser des soucis à la défense parisienne, surtout en l’absence de Marquinhos, et je ne serais pas surpris de voir Paris jouer à se faire très peur, en étant mené 1-2 à la pause par exemple. Mais le PSG a trop de qualité offensive pour ne pas exploiter les nombreux espaces que le Bayern sera de plus en plus obligé de laisser. Et Paris se qualifiera. De justesse.
Ligue des champions
"Je suis désolé" : Dans la tempête en Espagne, Hazard s'excuse
IL Y A 2 HEURES

Neymar

Crédit: Getty Images

Maxime Dupuis : PSG - Bayern 1-2

Il y a six petits jours, le Paris Saint-Germain a réussi l'un des coups les plus fumants de son histoire et même de celle du football français, assurément. Aller battre le tenant sur ses terres à cette hauteur de la compétition est un exploit XXL qui a été célébré et reconnu comme tel. Clinique offensivement et un peu plus à l'arrache derrière, le PSG a finalement vécu une soirée heureuse qui ne demande qu'une redite au Parc des Princes.
Dans un autre écrin mais avec un scénario qui s'annonce proche de celui de l'Allianz-Arena, le club de la capitale a des chances revivre une soirée résistance avec des Bavarois, 31 tirs à l'aller, qui n'auront d'autre solution que de frapper aux moins deux fois pour espérer se qualifier. Pour le PSG, la clé sera devant, encore. Mais aussi dans l'entrejeu où il faudra que le ballon brûle un peu moins les pieds des dépositaires du jeu. Parce qu'entre résister et subir, il y a une marge que Paris avait allègrement franchie à Munich. Et qu'il faudra réduire pour retourner dans le dernier carré.

Enzo Guerini : PSG - Bayern 1-1

Le scénario fou du match aller prouve que les rencontres européenes du Paris Saint-Germain sont toujours difficiles à analyser en amont et, par définition, à pronostiquer. Après l'exploit réalisé en Bavière, le PSG a une option sur la qualification mais va devoir contenir les assauts du Bayern Munich, qui doit marquer au moins deux buts (ou gagner par un but d'écart à partir de 3-4) pour pouvoir se qualifier.
Comme à l'aller, Paris risque de subir. Et l'absence de Marquinhos en défense centrale n’est pas une bonne nouvelle pour le PSG. L’ange gardien Keylor Navas risque d’être une nouvelle fois déterminant, mais le Bayern a quand même de fortes chances de tromper le costaricain, au moins une fois. En face, les forces offensives parisiennes auront sans doute des espaces et devraient en profiter pour marquer et donner un peu d’air au PSG. Avec ce score, Paris est qualifié et rejoint le dernier carré de la C1. Et prendrait sa revanche sur la finale perdue en août dernier…

Christophe Gaudot : PSG - Bayern : 1-3

Je n'oublie pas que si Paris a livré une superbe prestation du point de vue de la solidarité, il a surtout été dominé, autant territorialement que dans la possession au match aller. Je n'irais pas jusqu'à dire que ce succès était un miracle mais je ne pense pas qu'il reflète totalement la physionomie du match. Aussi, je me méfie de ce match retour pour le Paris Saint-Germain surtout avec l'absence de Marquinhos.
Certes, Kylian Mbappé et Neymar devraient sensiblement avoir les mêmes espaces qu'à aller, certes Keylor Navas est toujours là, certes le Bayern Munich n'a toujours pas Robert Lewandowski... Mais, Paris est Paris et j'ai du mal à croire au discours qui avance que le match retour face au Barça en huitièmes est oublié. Les Catalans étaient autrement moins inquiétants que les Bavarois et pourtant le PSG a tremblé. Face à une équipe puissante comme l'est le Bayern, je crois que ça peut se reproduire et que cette fois les conséquences seront terribles...

Eric Maxim Choupo-Moting

Crédit: Getty Images

Hadrien Hiault : PSG - Bayern 2-1

Mauricio Pochettino l’a dit en conférence de presse : "Le Barça, c’est du passé". L'entraîneur du Paris Saint-Germain ne veut plus s’attarder sur ce huitième de finale retour qui a vu le club de la capitale vaciller. Non, le Bayern, ce sera un match différent. Et je ne suis pas loin de le penser. Paris avance dans la compétition, Paris grandit et Paris n’a pas envie de revivre un match retour stressant. Car une fois ça passe mais deux fois, c’est moins sûr, d’autant que la marge aller face aux Bavarois est bien moins importante que face au Barça (3-2 contre 4-1 face à Barcelone).
Pour ça, les Parisiens pourront à priori compter sur les retours de Paredes et de Verratti dans le onze de départ. Ou au moins l’un des deux, et ce sera déjà une grande différence par rapport au match aller. Avec une charnière Danilo-Kimpembe qui a montré de l’autorité face à Strasbourg - certes ce n’était que Strasbourg -, mais quand même. L’arrière-garde a pu peaufiner ses réflexes avant le grand match. Et devant, Mbappé et Neymar vont montrer que le PSG peut compter sur eux dans les grands soirs, une semaine après un récital bavarois.

Pochettino : "Nous sommes les outsiders, ça ne me gêne pas"

Clément Lemaitre : PSG - Bayern 3-1

Les hommes de Mauricio Pochettino sont prévenus : s'ils ne jouent pas à 100% de leurs moyens mardi soir en quart de finale retour de Ligue des champions, ils se mettront assurément en danger. Mais à Munich, les champions de France en titre ont montré qu'ils savaient tenir, grâce notamment à un Keylor Navas en état de grâce.
En confiance depuis plusieurs mois, il n'y a pas de raison que ça change, surtout que le Bayern sera toujours privé de son attaquant phare, Robert Lewandowski. Sur les phases offensives, le PSG a fait très mal à l'aller grâce à la vitesse de Kylian Mbappé et la vision du jeu de Neymar. L'ancien Monégasque a pris l'avantage psychologique sur la défense bavaroise il y a une semaine et semble prêt à finir le travail au Parc des Princes.

Guillaume Maillard-Pacini : PSG - Bayern 2-2

Le Bayern n'a pas vraiment le choix. Dos au mur, les Bavarois vont devoir attaquer, attaquer... et encore attaquer. Renverser un score pareil (2-3) lors du retour, ce n'est pas vraiment une partie de plaisir. Même quand on s'appelle "Bayern Munich". Il y aura donc probablement des buts ce mardi soir au Parc des Prices. Mais attaquer, c'est aussi s'exposer. Et des contres, le PSG n'attend que ça.
On a pu le voir à l'aller. Les hommes de Mauricio Pochettino n'ont eu besoin que de deux-trois occasions pour marquer deux buts. Neymar-Mbappé, ça ne pardonne pas. Ou plus. Si les absents sont toujours nombreux des deux côtés, on voit mal comment le PSG ne pourrait pas conserver son avance acquise à l'Allianz Arena, notamment avec cette physionomie du match qui s'annonce. Ce sera peut-être chaud. Mais ça devrait passer.

Martin Mosnier : PSG - Bayern 3-1

Paris a beaucoup de défauts, le Bayern beaucoup de certitudes. Mais le match aller a montré qu'en Ligue des champions, le talent peut parfois suffire. Munich a répété en conférence de presse qu'il ne se renierait pas et Paris a dans son effectif les deux armes parfaites pour le contrer. Comme à l'aller, Neymar et Kylian Mbappé vont se régaler dans le dos de la défense centrale, parfois un peu pataude, des Bavarois.
Des champions d'Europe qui ont sans doute minimisé l'absence de Robert Lewandowski, le meilleur joueur du monde depuis un an. Si la soirée tourne bien, si Keylor Navas tient la baraque, le PSG pourrait même signer son grand soir, sa référence ultime et le plus grand exploit de son histoire. Avec un trio Neymar, Mbappé, Navas au même niveau que la semaine dernière et un Bayern qui va devoir se livrer sans doute plus qu'il ne le souhaiterait, la soirée pourrait être magnifique.

Un quadruplé, un chef-d'œuvre, un acte de naissance : Le top 5 des matches de Mbappé

Laurent Vergne : PSG - Bayern 1-2

La pire chose à faire, pour le PSG, serait de croire que le plus dur est fait. Exceptionnel de réalisme à l'Allianz Arena, le champion de France a signé un gros coup et fait un pas important vers la qualification, mais il ne peut se permettre de subir le jeu autant que lors de ce premier acte. Le Bayern a de l'orgueil, et s'il n'a pas que ça, ce moteur-là sera puissant au Parc.
Difficile d'imaginer une qualification en roue libre pour Paris malgré le succès de l'aller. En huitièmes de finale, le retour au Parc contre le Barça avait été pénible à vivre, mais le PSG possédait une marge insurmontable pour les Catalans. Ce ne sera pas le cas cette fois. Alors, Paris va sans doute souffrir, peut-être trembler, mais il possède néanmoins les armes, et désormais le vécu, pour ne pas sombrer.
Ligue des champions
Virer son entraîneur, briller avec son successeur : la méthode Chelsea fonctionne toujours
IL Y A 8 HEURES
Ligue des champions
"Si on nous avait dit en janvier qu'on serait en finale de Ligue des champions..."
IL Y A 10 HEURES