Les mauvais souvenirs ont forcément rejailli dans les têtes parisiennes. Ceux d'un acte manqué l'été dernier. Ceux d'un rêve évanoui dans l'antre de Lisbonne. Paris n'a pas oublié son bourreau bavarois. Cet implacable Bayern Munich venu le faucher sur la dernière marche avant la consécration suprême. Ce coquin de sort lui a réservé le même adversaire en quart de finale de la Ligue des champions. Le PSG a une revanche à prendre. Mais cette revanche passe surtout par la capacité des Parisiens à ne pas reproduire les mêmes erreurs qu'en ce maudit 23 août.
Jusqu’au 21 mars, l’abonnement à l’application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre vos événements préférés en LIVE et sans PUB.
Au moins, le club de la capitale connaît bien son adversaire. Le Bayern Munich n'a pas beaucoup changé depuis son sixième sacre européen en terre portugaise. Ce n'est pas vraiment une bonne nouvelle. La formation d'Hansi Flick dégage toujours cette surpuissance qui l'a conduite en tête de la Bundesliga et en quarts de finale de la Ligue des champions. Et qui en fait le favori de cette nouvelle édition. Elle reste une formidable machine, un rouleau compresseur irrésistible malgré quelques failles persistantes. Paris n'avait pas su les exploiter l'été dernier. Il sait d'autant mieux ce qu'il ne doit pas faire pour éviter une nouvelle désillusion.
Ligue des champions
Retrouvailles explosives entre Bayern et PSG, choc de titans entre Real et Liverpool
19/03/2021 À 11:19

Ne plus accepter de subir

Thomas Tuchel avait un plan de jeu légitime à Lisbonne. Mais minimaliste. L'entraîneur parisien de l'époque avait choisi d'accepter la domination bavaroise dans le jeu et de miser sur la vitesse de ses attaquants pour tenter de surprendre le Bayern en contre-attaque. Si ce plan de jeu était légitime, c'est surtout parce que le technicien allemand était privé de son meilleur argument pour contrarier la supériorité du Bayern dans l'entrejeu avec l'absence de Marco Verratti. La donne peut être différente pour ces retrouvailles, et pas seulement dans la perspective de la présence du milieu italien.

Qui passera en quarts ? Les pronos de la rédac

Paris peut s'appuyer sur une référence avec sa performance face au Barça au Camp Nou (1-4). S'il y a obtenu une victoire éclatante, c'est aussi parce qu'il s'est donné les moyens de ne pas subir la domination catalane. Avec une débauche physique de tous les instants et de tous ses hommes, jusqu'aux attaquants. Avec, aussi, une qualité technique supérieure dans l'entrejeu, incarnée par le duo Paredes-Verratti. L'Argentin, suspendu, fera défaut lors du match aller en Bavière. Mais même sans lui, Paris doit s'inspirer de ce qu'il a fait à Barcelone pour rivaliser avec le Bayern au milieu. Il en a les moyens, plus qu'à Lisbonne.

Ne plus passer pour un novice

Paris avait aussi souffert de son manque d'expérience dans la capitale portugaise. En toute logique. Dans ce domaine, le Bayern avait une avance monumentale sur le club parisien. Le sextuple champion d'Europe a l'habitude des grands rendez-vous européens. Il s'agissait de sa quatrième finale de Ligue des champions sur la dernière décennie, quand Paris en disputait une pour la toute première fois de son histoire. Cela s'était particulièrement senti dans la gestion du score par le Bayern après avoir ouvert la marque. Au métier, les Allemands avaient coupé aux Parisiens tout espoir de revenir dans le match.

Paris face à un défi historique : "Sortir une équipe de ce calibre, le PSG ne l'a jamais fait"

Le PSG paraissait un brin naïf à Lisbonne. Il n'aura pas le droit de l'être autant pour ces retrouvailles, tant ce petit détail peut faire une grande différence. Mais Paris a déjà montré qu'il avait appris de cette cruelle désillusion. Il n'avait plus les défauts du novice contre Barcelone. C'est aussi ce qui lui a permis de faire fructifier sa supériorité au match aller, comme de plier sans rompre sous les vagues catalanes au retour. Cette expérience lui a été essentielle pour venir enfin à bout d'un géant européen en Ligue des champions sur des tours à élimination directe. Mais le Bayern est encore un cran au-dessus. Et le PSG devra confirmer qu'il a bien grandi pour espérer le terrasser.

Ne plus laisser passer sa chance

Même dominé dans le jeu, même plombé par son manque d'expérience, le PSG aurait pu connaître un sort différent à Lisbonne. Certes minimaliste, le plan de jeu de Tuchel n'a pas été loin de fonctionner. Car ce Bayern a ses défauts. Il lui arrive de connaître quelques trous d'air en défense et de concéder des occasions. Paris les a eues, notamment pour prendre l'avantage en première période. Il était tombé sur un excellent Manuel Neuer. Mais il avait surtout manqué de réalisme dans le dernier geste, à l'image d'une frappe trop molle de Kylian Mbappé dans une position idéale face au portier bavarois.
Ce constat s'était aussi appliqué sur la défense, avec une faute de marquage de Thilo Kehrer immédiatement sanctionnée par Kingsley Coman sur le seul but du match. Paris n'avait pas su être efficace dans les deux surfaces, et ce défaut suffit à faire perdre des matches de ce niveau. Il lui avait manqué ce côté "tueur" pour saisir pleinement sa chance. Les Parisiens ont les moyens de transformer ce défaut en qualité. Derrière, à l'image d'un Keylor Navas en état de grâce, comme devant, avec un Kylian Mbappé revenu au sommet de sa forme après avoir été diminué l'été dernier. Deux individualités, parmi d'autres, qui auront la charge de sanctionner la moindre erreur du Bayern. C'est le seul moyen de le faire chuter.

"Le PSG est l'une des meilleures équipes d'Europe en contre-attaque"

Ligue des champions
De Bruyne, des fractures mais son Euro ne serait pas en danger
30/05/2021 À 11:33
Ligue des champions
Chelsea s'offre aussi un statut de tête de série pour la prochaine C1 : tous les chapeaux
30/05/2021 À 07:55