Une véritable purge. Et le mot n'est pas trop fort. Lille et le FC Séville ont offert un spectacle d'une grande médiocrité mercredi soir (0-0). Pas de but, des occasions qui se comptent sur les doigts d'une main, un ennui quasiment permanent. Il y a des 0-0 qui valent la peine d'être regardés. Celui-ci n'entrait vraiment pas dans cette catégorie. Il n'y a rien de déshonorant à concéder un nul face à une équipe habituée aux joutes européennes comme la formation andalouse. Mais c'est impossible de ne pas attendre davantage des Dogues que cette prestation indigente.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Il y avait un air de déjà-vu sur la pelouse du Stade Pierre-Mauroy. Celui d'un LOSC incapable de se lâcher, de prendre des risques, d'afficher une réelle volonté de faire mal à l'adversaire. C'était pourtant l'occasion où jamais. Avec un point en deux matches, et deux déplacements à venir dans la phase retour, la formation de Jocelyn Gourvennec jouait une partie importante de son avenir européen face aux Andalous. Du genre de celles qui doivent donner des ailes. Mais les Nordistes n'ont jamais relâché le frein à main.
Ligue des champions
Lille n’avance pas mais reste en vie
20/10/2021 À 20:51

Burak Yilmaz (Lille) face à Séville

Crédit: Getty Images

Il y a bien eu quelques fulgurances de Burak Yilmaz, le seul à avoir réellement tenté de faire des différences. Il y a bien cette occasion pour Renato Sanches sur l'un des rares ballons récupérés dans les pieds espagnols en première période. Lille aurait peut-être fini par se lâcher si le Portugais n'avait pas perdu son duel face au portier sévillan, Yassine Bounou. Son échec aurait pu pousser les Dogues à persévérer, à intensifier enfin leur pressing quitte à laisser quelques espaces. Le jeu en valait probablement la chandelle. Mais il n'en a rien été.

"Il faut pousser plus"

Et Lille se retrouve une nouvelle fois à l'heure des regrets. Comme c'est le cas depuis le début de cette Ligue des champions. "C'était un match solide défensivement oui, mais cela manquait un peu de justesse technique, pour créer des occasions, déplorait le défenseur lillois José Fonte au micro de Canal + à l'issue de la rencontre. Quand tu joues chez toi, il faut prendre ce genre de match, il faut pousser plus, vraiment avoir l'envie de marquer, de gagner."
Mais ce LOSC reste comme paralysé par l'enjeu. C'est d'autant plus troublant pour une équipe dépourvue de tous complexes la saison passée, car c'est bien cet état d'esprit qui lui a permis de détrôner le PSG pour s'emparer du titre de champion de France. Les Dogues étaient alors insouciants, prêts à mordre tout ce qui se présentait à eux. Tout cela a disparu en un été. "C'est un peu frustrant quand on se rappelle la saison dernière, confirmait José Fonte. Il faut travailler pour retrouver la dynamique et la force de l'année passée."
Lille peut toujours se raccrocher à l'espoir de se qualifier. Il n'est pas éliminé de la course aux huitièmes de finale. "On n'a pas marqué mais on continue, a lancé José Fonte. Il reste trois matches, il faut continuer à se battre pour se qualifier." Un discours assez proche de celui prononcé par Benjamin André au soir de la défaite à Salzbourg il y a trois semaines. Dans ce laps de temps, le LOSC n'a pas su retrouver ses vertus. Et le constat reste identique. Le club nordiste reste incapable de saisir sa chance à bras le corps. Il s'enfonce dans la frustration. Et il ne peut s'en prendre qu'à lui-même.

Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur de Lille

Crédit: Getty Images

Liga
Un but à la CR7, le Bernabeu à ses pieds : le chef d'oeuvre de Vinicius en vidéo
IL Y A 15 HEURES
Liga
Grâce à Benzema et Vinicius, le Real renverse Séville
IL Y A 16 HEURES