Qu'ont en commun Christian Benteke, Edinson Cavani et Dominic Calvert-Lewin ? Ils évoluent tous trois en Premier League, sont de vrais attaquants de surface, mesurent 1,87m ou plus et sont donc naturellement performants pour marquer de la tête. Depuis deux saisons, pourtant, un homme fait mieux qu'eux dans ce domaine. Il est un ailier de formation, ne dépasse pas le mètre soixante-dix-sept et fait des merveilles à Liverpool : Diogo Jota.
Samedi face à Watford, le Portugais a une nouvelle fois mis les Reds sur les rails en ouvrant le score d'un coup de casque parfait. Exactement comme il l'avait fait, une semaine plus tôt, pour donner de l'avance au Portugal lors de la demi-finale de barrages face à la Turquie. L'ancien joueur de Porto, qui retrouve Benfica ce mardi soir en quarts de finale de Ligue des champions (21h00) ne culmine pas aussi haut que la plupart des spécialistes du domaine aérien.
Premier League
Salah prolonge à Liverpool
01/07/2022 À 15:11
Mais ne lui parlez pas de taille. Diogo Jota a beau rendre une dizaine de centimètres à la charnière turque (Kabak-Demiral-Söyüncü), à celle des Hornets (Samir-Kabasele) et à la plupart des défenseurs centraux de Premier League, il fait aujourd'hui partie des références européennes parmi les joueurs adroits de la tête. Avec Liverpool cette saison, il a marqué six de ses vingt buts d'un coup de casque. Et avec le Portugal, cinq de ses six dernières réalisations l'ont été de cette manière.

Jota, produit transformé

L'ancien joueur de Wolverhampton n'en a pourtant pas fait une obsession. "Je ne pense pas avoir fait d'efforts supplémentaires dans ce domaine, assurait-il sur le site officiel de son club. Je me souviens que lorsque j'étais gamin, je regardais le championnat portugais et voyais les joueurs marquer de la tête. Je me disais : 'ah, j'aimerais pouvoir faire ça !' Je n'ai jamais compris pourquoi j'y accordais autant d'importance. Mais maintenant je suis capable de mettre ces buts et j'en suis très heureux."
À 25 ans, Diogo Jota n'est pas encore un produit fini mais son efficacité de la tête a grandi en même temps que son jeu a évolué. Car le Portugais n'est pas particulièrement brillant dans les airs en dehors de la surface. En Premier League, il remporte moins d'un tiers de ses duels aériens. Mais c'est justement parce qu'il n'a pas le physique de l'emploi qu'il est particulièrement difficile à contrer pour les défenseurs.
Qu'il soit aligné sur un côté ou dans l'axe, son rôle est toujours le même : Jota agit comme un faux numéro 9, capable de se faire oublier et d'arriver lancé dans la surface. Sa capacité à faire les bons appels, couplée à la qualité de centres des joueurs de Liverpool, fait le reste. Le Portugais est adroit de la tête mais au contraire d'un Lukaku ou Dzeko, il n'est pas un attaquant fixe.
Un des joueurs les plus intelligents de Premier League
Avec lui, les latéraux Trent Alexander-Arnold et Andy Robertson ne ciblent pas un joueur. Ils visent une zone. Face à Watford, au moment où Joe Gomez adresse son centre, l'international lusitanien est intercalé entre deux défenseurs... derrière le point de penalty. Mais au moment où il place sa tête, il se situe déjà dans les 5,50m adverses. Du Jota pur jus. "C'est une course incroyable", a souligné Rio Ferdinand, le "pundit" de BT Sport, ce week-end. "Il est l'un des joueurs les plus intelligents de Premier League", a abondé son homologue Gianfranco Zola.

Qui va gagner la Coupe du Monde ? Notre tableau final pour le Mondial

À ce sens du but, Diogo Jota associe la vivacité avec laquelle il a tapé dans l'œil de Liverpool lorsqu'il évoluait à Wolverhampton. "Il est capable d'avoir de la vitesse mais aussi de garder beaucoup de contrôle avec son corps, c'est effrayant", précisait Jürgen Klopp. Idéal pour bien placer ses coups de casque. Autre qualité méconnue : sa force physique, qui lui permet de transférer beaucoup de puissance lors de ses reprises de la tête.
En novembre dernier, lors de la démonstration de Liverpool face à Arsenal (4-0), le Portugais avait beaucoup fait parler de lui sur les réseaux sociaux à la suite d'une passe en profondeur de la tête, particulièrement puissante, qui avait lancé Sadio Mané avant un but de Mohamed Salah. Ce jour-là, il avait aussi marqué. Du pied, cette fois-ci.
Premier League
Fin d'une ère et petite révolution : Darwin change tout à Liverpool
15/06/2022 À 16:35
Premier League
Remplacer Mané par Nunez : Liverpool a-t-il perdu la tête ?
15/06/2022 À 13:18