8.2 : Une formation qui tire finalement peu

Cet été, Lionel Messi a rejoint Kylian Mbappé et Neymar pour former un trio offensif de rêve. Mais entre rêve et réalité, il peut y avoir un gouffre. Ce début de saison au PSG en est un bon exemple, notamment en Ligue des champions où le PSG ne s'est pas encore mué en une attaque de feu. C'est même tout l'inverse. Avec son trident star, l'équipe parisienne n'a marqué que 9 buts jusqu'à présent, soit 10 de moins que le Bayern Munch et 8 de moins que Manchester City par exemple.
Un chiffre illustre d'ailleurs vraiment les maux du secteur offensif parisien : le nombre de tirs par match. Jusqu'à présent, le PSG n'a tenté que 8.2 tirs par rencontre, soit le 28e bilan de cette phase de poules. Sur 32 équipes. Derrière, il n'y a que Malmö (6), Wolfsburg (6.6), le Dynamo Kiev (7.4) et Milan (8). Des équipes comme l'Inter Milan (20.2 tirs par match), le Real Madrid (19.2) ou encore le Bayern Munich (19) et Manchester City (18.8) sont, elles, loin devant. Forcément, cette incapacité à se mettre en position de frappe n'aide pas les attaquants parisiens à alimenter la marque. Et met en exergue les soucis du collectif parisien.
Ligue 1
Entorse de la cheville pour Wijnaldum, absent trois semaines
IL Y A 10 HEURES

Paris Saint-Germain's Argentinian forward Lionel Messi reacts during the UEFA Champions League first round group A football match between Paris Saint-Germain's (PSG) and Manchester City, at The Parc des Princes, in Paris, on September 28, 2021. (Photo by

Crédit: Getty Images

17 : Le but parisien est très exposé

S'ils tournent dans le but parisien, Gianluigi Donnarumma et Keylor Navas ne pensaient sûrement pas avoir autant de travail à faire quand ils sont alignés. Leur défense est en effet souvent mise à mal en Europe. C'est simple, le PSG concède 17 tirs par match cette saison en Ligue des champions ! Un chiffre assez inquiétant. La défense guidée par l'excellent Marquinhos est ainsi la cinquième plus exposée cette saison en C1.
Seuls le FC Sheriff Tiraspol (23.8), Malmö (18.2), Bruges (17.8) et Besiktas (17.6) ont subi plus de tirs adverses, des formations pas forcément du standing du PSG ou en tout cas avec les mêmes ambitions européennes sans leur faire injure. Pendant ce temps-là, Edouard Mendy semble passer des soirées bien plus tranquilles avec Chelsea (5.2 tirs par rencontre), tout comme les gardiens de Manchester City, du Bayern Munich ou de Liverpool (7).

Gigio Donnarumma (PSG)

Crédit: Getty Images

22 : Un pressing inefficace

Paris ne parvient pas à étouffer ses adversaires. Selon Opta, le PSG n'a ainsi récupéré que 22 ballons en zone d'attaque (lors de séquences de jeu qui commencent à 40 mètres du but adverses). Ça ne vous parle pas ? Alors pour vous donner une idée de l'inefficacité du pressing parisien, il suffit de le comparer à d'autres : seul le FC Sheriff Tiraspol a récupéré moins de ballons dans cette zone (20) en Ligue des champions cette saison. De là à penser que certains ne font pas forcément les efforts nécessaires, il n'y a qu'un pas…

7.2 : Une équipe qui récupère peu de ballons

Là, ce n'est pas un souci offensif. Mais peut-être plus d'attitude même si ce n'est pas toujours révélateur. Pire formation de la C1 au nombre de duels aériens gagnés (5.2 par match contre 14.4 pour Liverpool par exemple), le PSG n'intercepte que 7.2 ballons par rencontre, soit le 2e plus petit total de la Ligue des champions juste devant Lille (7). Et ce n'est pas parce que le PSG met le pied sur le ballon. Déjà car la possession parisienne n'est pas impressionnante cette saison (53.3% soit le 10e bilan des équipes de C1). Mais aussi puisque des formations comme Manchester City ou le Bayern ont un meilleur pourcentage de possession tout en récupérant plus de ballons (respectivement (13.4 et 11).
Ligue 1
"Vous ne savez même pas arbitrer ici !" : Averti, Mbappé s'emporte contre le corps arbitral
HIER À 21:41
Ligue 1
Michut - Simons : le futur, c'est maintenant
14/01/2022 À 22:36