"On ne peut rien se reprocher, on s’est battu". Les mots de Jan Oblak en disent long sur l’écart de niveau affiché entre l’Atlético et Liverpool ce mercredi soir. Il faut dire que l’époque où les Colchoneros avaient privé les Reds d’un potentiel doublé en Ligue des champions, éliminant les tenants du titre dès les huitièmes de finale en mars 2020, paraît loin. Car cette saison, tout semble opposer ces deux formations anglaises et espagnoles, et le match aller complètement dingue disputé ce 19 octobre n’était peut-être qu’un leurre (3-2).
Car ce mercredi soir, il n’y a eu qu’une équipe sur la pelouse d’Anfield : Liverpool, qui a parfaitement tenu son rang en enchaînant un 16e match sans défaite cette saison, dont 12 victoires pour valider, déjà, son billet pour la phase à élimination directe de la compétition-reine. Les Reds ont croqué tour à tour l’AC Milan (3-2), le FC Porto (5-1) et donc l’Atlético de Madrid, par deux fois (3-2, 2-0) pour s’assurer la première place du fameux "groupe de la mort", qui n’en est finalement pas un pour la bande à Jürgen Klopp, fier de ses petits protégés. "Ce soir la prestation a été presque parfaite. Arriver à se qualifier dès le quatrième match, c’est dingue. Les gars l’ont bien mérité", s'est réjoui le tacticien allemand.
Ligue des champions
"Heureux d'être de retour", Griezmann est redevenu Griezmann
IL Y A 8 HEURES

34 tirs tentés, 69 subis : pourquoi Paris ne peut décemment pas envisager la victoire finale

"Je ne sais pas ce qu'il se passe"

Il faut dire que le scénario n’aurait pas pu être meilleur pour Liverpool, qui a marqué dès sa première occasion du match, par le biais d’une tête plongeante de Diogo Jota avant le quart d’heure de jeu. Puis, comme souvent depuis le début de la saison, les coéquipiers de Mohamed Salah, une nouvelle fois intenable sur son aile droite, ont déroulé "contre l'une des meilleures équipes, l'une des plus déterminées et l'une des plus motivées au monde", selon les mots de son entraîneur. Un autre but de Sadio Mané et un avantage numérique acquis avant la pause suite au carton rouge sévère reçu par Felipe ont eu raison des espoirs des Colchoneros. Eux sont désabusés, à l’image de Jan Oblak : "Je ne sais pas ce qu’il se passe, nous devons nous améliorer. C’est l’affaire de toute l’équipe", a commenté le gardien de but au micro de Movistar, le visage fermé.

CR7 "jordanesque", carence du PSG et VAR énigmatique : Les tops et flops de la 4e journée

Pourtant, Diego Simeone le savait, contre une telle puissance offensive, son équipe n’avait pas le droit à l’erreur : "Les joueurs de Liverpool ont montré tellement de précision, ils arrivent à jouer à une vitesse…". Si l’entraîneur argentin a tout de même tenu à féliciter ses joueurs pour "ne pas avoir lâché" en seconde période, sa tête est déjà à la suite : "nous sommes trois à pouvoir encore nous qualifier, il nous reste deux matches passionnants". Même son de cloche pour Mario Hermoso, constamment mis sous pression par les percussions de Mohamed Salah : "nous avons encore deux finales à jouer, à nous de les préparer de manière intelligente". Une manière efficace de se protéger d'une éventuelle introspection.
Si l’Atlético et ses quatre petits points sont d’ores et déjà dos au mur, Liverpool peut voir la suite de manière bien plus sereine. Jürgen Klopp, qui a demandé à ses joueurs "de contrôler à cause d’un calendrier à venir incroyable", avait d’ailleurs déjà la tête au championnat en seconde période. Mis sous pression par Chelsea, en Premier League (les Blues sont premiers, avec trois points d’avance sur Liverpool), l’entraîneur allemand n’a jamais caché que récupérer le titre de champion d’Angleterre était son objectif numéro un cette saison. Et ce résultat face à l’Atlético va lui permettre de faire tourner son effectif pour se donner les moyens d’emmagasiner le plus de points avant les joutes à éliminations directes, dont Liverpool se place naturellement comme l’un des archi-favoris.

"Le problème Ramos est en train de devenir un problème Kimpembe"

Ligue des champions
Griezmann et l'Atlético au paradis
IL Y A 9 HEURES
Ligue des champions
Milan y a cru 7 minutes mais Liverpool était trop fort
IL Y A 9 HEURES