L'AC Milan ne verra pas les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Il n’aura pas l’honneur d’être reversé en Ligue Europa non plus. Pour la dernière journée de la phase de groupes, les Rossoneri ont été copieusement dominés par une équipe remaniée de Liverpool, toujours aussi sûre de ses forces (1-2). Les coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic, titulaire et transparent, avaient pourtant ouvert le score. Mais Mohamed Salah et Divock Origi ont renvoyé le club italien à ses études. L'AC Milan, dernier du groupe B en raison de la victoire de l’Atlético Madrid sur la pelouse du FC Porto (1-3), pourra se concentrer sur la Serie A, dont il occupe la tête.
Le deal était simple pour l'AC Milan : s’imposer face à Liverpool, qui a signé cinq victoires en autant de rencontres sur la scène européenne, et prier pour que le résultat de l’autre rencontre ne lui soit pas défavorable. À l’arrivée, les hommes de Stefano Pioli n’auront même pas fait leur part. Dans un San Siro pourtant plein à craquer, on n’a jamais senti les Milanais prêts à s’embraser face à une équipe bis des Reds. On y a cru, un peu, quand Fikayo Tomori a profité de la passivité en défense de Liverpool à la réception d’un corner mal repoussé par Alisson Becker (1-0, 29e). Mais ce n’était qu’une illusion, tant les Rossoneri ont souffert dès les premières minutes, face à la maîtrise technique insolente de leurs adversaires. En prime, ils n’ont pas été aidés devant par Zlatan Ibrahimovic, qui n’a jamais autant fait son âge, ni, derrière, par Théo Hernandez, qui a souffert face à un diable égyptien.
League Cup
Diogo Jota sort Arsenal, Liverpool va défier Chelsea à Wembley
IL Y A 21 HEURES

Liverpool, même remanié, est trop fort pour Milan

La réaction anglaise n’a d’ailleurs pas trop tardé. Alex Oxlade-Chamberlain a poussé Mike Maignan à la parade sur une frappe puissante mais, malheureusement pour le gardien français, Mohamed Salah rodait dans les parages pour inscrire son septième but cette saison en Ligue des champions (1-1, 36e). L’égalisation était méritée, au regard de la physionomie de la première période. Après la pause, on a entraperçu un semblant de réaction dans les rangs Rossoneri. Elle n’a hélas été que de courte durée, quand bien même l’arbitre a peut-être oublié un penalty après un contact très litigieux entre Franck Kessié et Kostas Tsimikas. Le troisième but sera finalement inscrit par Divock Origi, qui a parfaitement placé sa tête après une frappe de Sadio Mané repoussée sur lui par Mike Maignan, décidément malheureux sur les seconds ballons (1-2, 55e). Mené au score, l'AC Milan n’a plus jamais existé ensuite, et aucun vent de révolte n’a gagné ses rangs.
Les Rossoneri, qui n’étaient pas maîtres de leur destin, quittent donc la Ligue des champions par la petite porte, incapables de signer plus d’un succès. Il aurait de toute façon fallu un miracle pour rejoindre Liverpool dans la phase finale de la compétition européenne. L'AC Milan va désormais pouvoir se concentrer sur le scudetto. De son côté, Liverpool a prouvé, en sortant premier du groupe de la mort avec un bilan parfait (six victoires en autant de sorties), qu’il était plus que jamais un grand favori pour le sacre. Personne ne voudra en tout cas croiser le fer avec la troupe de Jürgen Klopp lors des huitièmes de finale.
Serie A
Pourquoi Milan a pris l'accent français ces dernières années
17/01/2022 À 21:49
Serie A
L'AC Milan punie sur le gong, Naples engrange
17/01/2022 À 19:27